Connexion

Syndicate content

Eric Bourguignon (FdG): « j’espère faire aussi bien que Mélenchon »

vendredi, 1 juin, 2012 - 16:25

Eric Bourguignon, Candidat Front de Gauche dans la 7ème circonscription des Français de l'étranger qui regroupe les pays d'Europe centrale et orientale. Il vit à Munich où il milite à die Linke ("La Gauche", l'alter ego allemand du Front de Gauche). Il espère faire aussi faire aussi bien aux législatives que Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles dans sa circonscription, soit 7,5%.

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 38 ans je suis un spécialiste des subventions européenne en matière de recherche. J’habite à Munich depuis 3 ans. Cela fait dix ans que je vis à l’étranger. Au total j’ai vécu 5 ans au Royaume-Uni et 6 ans en Allemagne

Comment en êtes-vous arrivé à vous présenter ?

Je milite depuis vingt ans je suis dans la politique. J'étais militant à la LCR quand j’étais en France. Pour cette élection, j’ai eu la chance de pouvoir me présenter sous les couleurs du Front de Gauche. J’ai de bons espoirs. J’espère faire au minimum le même score que Jean-Luc Mélenchon. En Allemagne, je suis membre de die Linke. J’aimerais bien me présenter un jour à une élection locale en Allemagne. La prochaine échéance, c’est la en 2014 pour les municipales.

En cas de victoire comment allez-vous exercer vos mandats ?

Je n’entends pas déménager. Munich est au centre de l’Europe grâce au train à grande vitesse. Cela me permettra, si je suis élu, de concilier mon travail parlementaire à Paris et les besoins de présence locale dans ma circonscription et à Munich.

Que pensez-vous du découpage des circonscriptions pour élire les députés des Français de l’étranger?

Il n’est pas très bien fait. Les circonscriptions sont artificielles. Le manque de cohérence est criant. Dans celle Europe centrale où je me présente, c’est assez spécial. 80% des votants vivent en Allemagne. Je n’ai pas à me plaindre quand je vois les aberrations du charcutage électoral d'autres circonscriptions autres dans le monde.

Pour faire campagne, j’ai quatre meetings en Allemagne et dans les pays de l’Est. Nous avons pu faire un débat public avec les autres candidats. Je ne parle pas des nombreux rendez-vous Skype avec nos électeurs afin d’expliquer le programme. Je commence à avoir des retours positifs de la campagne.

Quelles sont les thèmes prioritaires pour les Français dans votre circonscription et qu’entendent-ils de leurs futurs élus ?

Sans surprise, l’éducation et l’apprentissage du français dès la maternelle. Ce sont des sujets prioritaires. Il y a une dichotomie entre les deux-tiers des familles qui placent leurs enfants dans les écoles du pays et ceux qui suivent les enseignements des écoles françaises. Les questions de financement et d’accès au cours de langue doivent être débattues.

Le service public consulaire est aussi très important. La qualité des services publics dans les instituts français et la pérennité de rayonnement de la France est un enjeu central. Enfin les divorces des couples binationaux sont parfois très problématiques, particulièrement pour la garde des enfants. Régler cette question doit aussi être une priorité pour les nouveaux élus. Ce n’est pas une question d’argent, mais de législation et de volonté politique.


Pays