Connexion

Syndicate content

Nos voisins européens attendent Hollande au tournant

lundi, 18 juin, 2012 - 10:54

Pour la presse européenne, François Hollande dispose désormais, avec la majorité absolue à l'Assemblée, d'une double légitimité démocratique qui sera lourde à porter. Le vrai défi du changement commence dès maintenant. La nouvelle star de la famille Le Pen, la jeune Marion, retient également l'attention de nos voisins.

"La France Rose" titre le Spiegel. Le quotidien allemand souligne "le défi du chômage" pour François Hollande, qui a atteint le "record de 10%".

Concernant le Front National, 

Marine Le Pen peut quand même se consoler par la victoire de sa nièce, élue députée de la troisième circonscription du Vaucluse à seulement 22 ans".

estime le Spiegel.

Une nouvelle Le Pen qui bat le record familial, "puisque son grand-père lui-même n'avait été élu qu'à 27 ans".

Le quotidien s'étonne également du très fort taux d'abstention: 10 millions de Français en moins se sont présentés aux urnes. 

Le Spiegel rappelle également la défaite de Ségolène Royal contre Nicolas Sarkozy en 2007, et estime que l'ex-compagne du Président Hollande doit maintenant "laisser aussi tomber son ambition de présidente de l'Assemblée Nationale" après cette nouvelle défaite à La Rochelle.

Pour la Deutsche Welle, cette défaite est très sûrement la conséquence du "mauvais coup de pub" de Valérie Trierweiler et de son tweet.

Au Royaume-Uni, un succès socialiste et frontiste 

Le quotidien anglais The Independent s'arrête longuement sur le retour du Front National à l'Assemblée Nationale après 24 ans d'absence grâce aux victoires de "l'ancien avocat vedette de gauche" Gilbert Collard et de Marion Maréchal-Le Pen, la petite fille de Jean-Marie Le Pen. A seulement 22 ans, cette dernière devient la plus jeune parlementaire de France.

Pour la gauche, le grand chantier commence:

Avec près de 20 députés pour les Verts, un record, Monsieur Hollande et son Premier ministre Jean-Marc Ayrault devrait conserver une majorité écrasante sur les 577 sièges de l'Assemblée Nationale pendant les cinq prochaines années. Le Président Hollande pourra continuer à mettre en place sa politique de croissance couplée à de la discipline budgétaire. Son projet prévoit de nombreuses coupes qui restent toujours à définir"

rappelle le journal.

Selon The Guardian, les résultats d'hier permettent à la gauche de contrôler tous les pouvoirs en France, un fait qualifié d'"historique". Mais pour le quotidien britannique de centre-gauche, l'avenir s'annonce néanmoins délicat pour la majorité:

Hollande doit faire face à la morosité économique de la France, un fort taux de chômage et une dette croissante."

Quant à la droite, elle sort ébranlée de ce scrutin.

L'UMP se prépare à une guerre interne âpre après les défaites de figures clés telles que Nadine Morano et Claude Guéant, l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy et Ministre de l'Intérieur aux positions très fermes. L'UMP essuie les critiques depuis sa tentative de séduction des électeurs d'extrême-droite. Le parti part donc à la recherche d'une nouvelle position sur l'échiquier politique"

explique le quotidien.

En Italie, une "double avalanche de rose"

La Stampa voit une "double avalanche de rose ", illustrée par une large victoire des députés socialistes, et par le nombre élevé de femmes qui ont obtenu un siège à l’assemblée (108).

Seule ombre au tableau pour le PS: l'échec de Ségolène Royal, battue par le dissident Olivier Falorni. Un revers qualifié de "psychodrame collectif".

Par ailleurs, la défaite de Jack Lang dans la circonscription des Vosges où il avait été parachuté serait l’illustration d’une "page qui se tourne" dans le camp socialiste.

La Stampa explique à ses lecteurs que, de l'autre coté des Alpes, les petits partis sont lésés par le scrutin majoritaire, sans lequel le Front National aurait obtenu un nombre beaucoup plus important de sièges.

Quant à François Bayrou, qui a perdu à Pau, il est décrit comme une "éternelle promesse jamais réalisée de la politique française".

Enfin, le Parti Socialiste ayant la majorité dans toutes les entités politiques du pays, il aurait toutes les "clés en mains pour gouverner, et aucune excuse pour ne pas bien le faire".

La Repubblica, veut croire que la victoire du PS va permettre à François Hollande de défendre, au mieux, son "arme secrète" qu’est la croissance au niveau européen.

En Espagne, un "chèque en blanc" au PS

 Selon El Pais, deux points "historiques" découlent des résultats:

  • le PS obtient la majorité absolue à l’Assemblée en prenant 100 siège à l’UMP, mais contrôle aussi le Sénat, les villes et les régions, ce qui est une première sous la Ve République.
  • L’extrême-droite obtient trois sièges à l’Assemblée malgré la défaite de Marine Le Pen.

Les résultats de ce second tour seraient un "chèque en blanc" au PS, qui n’aura ni besoin des Verts ni du Front de Gauche pour mener à bien les 60 réformes promises par François Hollande. 

Concernant l’UMP,

Son futur est incertain, car la tentation de s’allier à l’extrême droite est forte dans certains secteurs, mais les déroutes de Claude Guéant et de Nadine Morano, deux des membres les plus à droite de l’UMP ont valu au parti la perte des voix du centre."

Quant à la victoire de tous les ministres de l’actuel gouvernement, El Pais note

l'ironie du fait que le poste de ministre et celui de député sont incompatibles en France, raison pour laquelle les membres du gouvernement élus devront démissionner et laisser le siège à leur suppléant."

En Belgique, Royal "mauvaise perdante"

La défaite de Ségolène Royal est le fait marquant de cette élection selon La Libre Belgique. Le journal qualifie même la candidate socialiste de "mauvaise perdante" dans un de ses titres.

Dans un discours, extrêmement critique envers la droite et le candidat socialiste dissident, prononcé depuis La Rochelle avant 20h (une première), Ségolène Royal accuse son rival de 'trahison'. Pire, elle parle de lui comme d'un candidat de droite, alors que Falorni est un fidèle soutien de François Hollande depuis de nombreuses années"

Même son de cloche pour le grand quotidien francophone Le Soir. La défaite de la candidate socialiste est un des faits marquants de ces élections législatives. Pour le journal, c'est la "fin de Royal" après son échec en Charente.


Pays