Connexion

Syndicate content

L’Euro 2012 cristallise l’hellénophobie allemande

vendredi, 22 juin, 2012 - 13:03

Hier, la première puissance économique d'Europe rencontrait la Grèce au bord de la faillite en quart de finale de l'Euro 2012. Sur le terrain, les Grecs se sont inclinés 4 buts à 2 contre l'Allemagne. Sur internet, certains supporteurs allemands n'ont pas hésité à se lacher !

Repéré sur Der Spiegel

Parfois, le sport ouvre des opportunités. Hier à Gdansk, un quart de final de championnat d'Europe de football a permis au petit poucet grec de défier la surpuissante Allemagne à armes égales: onze contre onze sur terrain neutre.

De Brème à Salonique, la même question était sur toutes les lèvres: l'équipe d'Allemagne allait-t-elle prendre exemple sur la poigne de fer de la Chancelière Angela Merkel pour museler les Grecs et pousser l'humiliation encore plus loin ? 

Pourtant, les joueurs helléniques, emmenés par leur sélectionneur portugais Fernando Santos, savaient que ça n'allait pas être facile. La "Mannschaft" était archi-favorite.

Le miracle n'a pas eu lieu:  l'Allemagne a surclassé la Grèce (4-2). Les Grecs sont éliminés.

Merkel et Samaras dans les tribunes

Si Joachim Löw s'est refusé à faire tout commentaire sur la dimension politique de la rencontre, l'entraineur de la "Mannschaft" s'est félicité de la venue de la Chancelière avec laquelle "l'équipe d'Allemagne entretient de bonnes relations". Pour rappel, la sélection allemande a enchaîné trois victoires d'affilées après la dernière visite d'Angela Merkel à Gdansk.

Les Grecs, surmotivés, ont pu compté sur le soutien de leur tout nouveau premier ministre Antonis Samaras, présent dans les tribunes. Cela n'a pas suffit.

Les Allemands chambrent sur internet

Pour de nombreux supporteurs allemands, la rencontre entre les deux nations a permis d'exorciser certaines frustrations envers les Grecs. Sur internet, les commentaires acides abondaient avant le match:

Bonjour mes chers Grecs. Si j'étais vous, je n'essaierais pas de prendre ma revanche avec votre équipe de losers"

peut-on lire dans un commentaire laissé par un fan de la "Mannschaft" sur le site de la chaine Eurosport.

La responsabilité de votre désastre repose uniquement sur vos épaules, vous qui ne payez pas vos impôts ou qui préférez dépenser votre argent à l'étranger"

ajoute le supporteur.

Une nouvelle vague de mépris

Certains vont encore plus loin. Alors que la Grèce fait face à la pire crise économique de son histoire et que la situation est désastreuse, un supporteur allemand n'a pas hésité à frapper en dessous de la ceinture pour voir son équipe l'emporter.

Chaque joueur allemand devrait avoir une pièce d'un euro avec lui. Si les choses venaient à se gâter au niveau du score, les joueurs peuvent jeter les pièces sur la pelouse. Les Grecs perdraient bien trop de temps à les ramasser. Nous nous retrouverions donc sans opposition."

A quelques heures du match, un autre fan, en colère contre les Grecs, n'a pas caché son mépris envers la nation méditerranéenne, tout en faisant preuve de légèrement plus de fair-play:

On aurait du renvoyer la Grèce de l'Union Européenne et les laisser faire faillite avec leur drachme qui ne vaut rien. Mais revenons au football. Ce soir 7 pour l'Allemagne, 0 pour la Grèce."

L'Allemagne affrontera le vainqueur du match entre l'Italie et l'Angleterre en demi-finale.


Article mis à jour le samedi 23 juin après le score du match Allemagne-Grèce.

Repéré sur Der Spiegel: Germany and Greece Take Their Fight Outside




Mots clés
, , , , , , ,
Pays