Connexion

Syndicate content

Dix artistes en quête identitaire au Mac Val de Vitry

mardi, 3 juillet, 2012 - 14:12

Cet été, au Mac Val, une expo présente les travaux de dix artistes en quête de sens. Ils sont Allemands, Polonais, Suédois ou Français, plasticiens, vidéastes ou performeurs, mais tous traduisent le même questionnement: comment affirmer son identité vis-à-vis des autres ? 

"Rendez-vous au 48°47’ 34’’ N / 2°23’ 14’’ E" propose le Mac Val de Vitry sur Seine. Chasse au trésor estivale? Pas si loin. L’exposition Situation(s) du musée d’art contemporain propose une quinzaine de propositions artistiques : des projections sonores et vidéos, un podium où trône une robe de mariée, une série photographique… Leur point commun? La quête identitaire. Dix artistes français, allemands, suédois ou encore polonais, explorent le rapport à soi et aux autres. De l’affirmation de l’individu et du corps en société.

A Vitry, place de la Libération, le visiteur pénètre dans une vaste pièce cubique, au cœur des quelques 4000 m2 d’espace d’exposition qu’abrite le centre d’art. Les œuvres, loin du spectaculaire, ne se livrent pas au premier coup d’œil, mais invitent à une course d’orientation intérieure à travers les géographies sociales et personnelles.

Melting pot urbain imparfait 

Avec Dance (All Night, Paris), Mélanie Manchot, allemande vivant et travaillant à Londres, propose la captation vidéo d’une création participative qu’elle a conçue pour la nuit blanche 2011. Des danseurs amateurs occupent une cour d’école transformée en guinguette. Dix styles de danse cohabitent, côte à côte: rock, hip hop, salsa ou valse. Chacun, casque aux oreilles, danse selon son propre rythme, pour une métaphore d’un melting pot urbain imparfait, illustrant le hiatus entre collectif et individualités.

"Notre corps est une arme"

En écho à cette réflexion sur l’individu dans l’espace social, la réalisatrice Clarisse Hahn développe une série intitulée "Notre corps est une arme", dont un des volets est présenté au Mac Val. Los Desnudos est un documentaire (au format double) sur des paysans mexicains, privés de leurs terres, manifestant nus en réaction aux expropriations illégales dont ils étaient victimes. En témoignant de leur démarche, qui n’est pas sans rappeler les happenings des ukrainiennes de Femen ou les portraits dénudés de la blogueuse Egyptienne Aliaa Magda Elmahdy, Clarisse Hahn soulève la question de la nudité, avec toute la charge subjective et intime qu’elle comporte, comme un instrument de lutte politique d’une communauté.

"Un repositionnement de notre GPS intérieur"

De communauté, il est question aussi dans l’installation Maria Theodora, 1862-1863, 1996-1997 de Jakob Gautel, mais au travers d’un prisme plus personnel. Cet artiste originaire de Karlsruhe (Allemagne) explore sa mythologie familiale, indissociable de la question de la mixité à l’époque du colonialisme. Son point de départ : la figure énigmatique d’une aïeule vivant dans un ailleurs lointain et disparue sans laisser de traces. L’aventure le mène à un voyage de 6 mois en Indonésie.

Un voyage miroir, 150 ans après celui effectué par mon arrière-arrière grand-mère"

explique-t-il.

L’œuvre, mêlant mémoire intime et collective, fantasme et réalité historique, interroge le passé pour mieux appréhender le présent, "comme un repositionnement de notre GPS intérieur", conclut l’artiste.

Quelle place, quel rôle de l’individu en société? Que ce soit en tentant d’élucider les mystères du passé, en explorant les questions de genre, de corps, de communauté, de représentation, les œuvres apportent quelques pistes de réflexion à cette question tentaculaire.

On pourra regretter que certaines créations aient moins une valeur intrinsèque que de témoignage, Mais la programmation, en parallèle de l’exposition, d’ateliers, de performances (réalisées par les artistes présentés) et d’une plate-forme collaborative où chacun peut poster ses productions ou réactions, mettent en dialogue et prolongent les démarches présentées.


Situation(s),
Au Mac Val
Place de la Libération Vitry-sur-Seine
[48°47’ 34’’ N / 2°23’ 14’’ E]
Du 30 juin au 16 septembre 2012

Avec les œuvres de Johanna Billing, Jakob Gautel, Clarisse Hahn,
Matthieu Laurette, Marcello Maloberti, Melanie Manchot,
Aleksandra Mir, Frédéric Nauczyciel, Marylène Negro, Tsuneko Taniuchi

 

Pays