Connexion

Syndicate content

En Ukraine, l’Ouest ne veut pas parler russe

jeudi, 5 juillet, 2012 - 15:43

Le parlement ukrainien vient d'adopter une loi renforçant le statut de la langue russe. La nouvelle a provoqué de violentes manifestations à travers le pays. Les opposants redoutent un retour de la domination de Moscou.

Avec 248 voix sur 450, le Parlement ukrainien a voté mardi une loi sur les "langues régionales". Le texte établit que l'Ukrainien reste la seule langue d'Etat, mais les langues minoritaires acquièrent le statut de langues minoritaires dans les régions où elles sont parlées par plus de 10 % de la population. C'est notamment le cas du russe dans les régions de l'Est et du Sud du pays.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovicth, leader du Parti des régions, n'a jamais caché son attachement à son ancienne grande sœur russe. Lors de la campagne électorale qui l'avait porté au pouvoir en 2010, le chef d'Etat, dont la grande majorité de l'électorat se situe dans la partie russophone du pays, avait promis de faire du russe la seconde langue d'Etat.

Un vote à l'improviste

La loi ne sera effective que lorsque le président du parlement Vladimir Litvine et le président de la République y auront apposé leurs signatures. Or, Vladimir Litvine, fermement opposé à la loi, a déposé sa démission mercredi matin.

Pour l'opposition, la langue russe deviendrait ainsi la deuxième langue officielle sur la majorité du territoire ukrainien. Elle pourrait être utilisée dans les tribunaux, les hôpitaux et les autres établissements publics, ainsi que pour la rédaction de documents officiels.

L'opposition se dit trahie, à l'image des propos de Vladimir Litvine, qui a déclaré :

J'ai été dupé, l'Ukraine a été dupée."

Le vote, qui a eu lieu mardi soir, ne figurait pas à l'ordre du jour, prenant par surprise les députés opposés au projet de loi, dont la première lecture en mai dernier avait déjà provoqué de vives controverses.

La nouvelle de l'adoption de cette loi a aussitôt engendré de violentes altercations entre députés, et de nombreuses manifestations populaires dans tout le pays.

Le souvenir de la domination russe

Nous pensons que l'ukrainien devrait rester l'unique langue officielle. Les régions où le russe est parlé par le plus grand nombre devraient être autorisées à utiliser le russe s'ils le souhaitent dans leurs échanges de tous les jours, mais l'ukrainien devrait être la langue d'Etat",

confie Anna, Ukrainienne originaire de Ternopil, à l'Ouest du pays.

Elle explique que l'impopularité de cette loi est due à la crainte qu'elle ne provoque un déclin de la langue ukrainienne dans les régions russophones. La Russie pourrait alors facilement asseoir son influence dans une grande partie de l'ancienne République socialiste soviétique, qui s'efforce de s'émanciper depuis l'obtention de son indépendance en 1991.

En pourparlers depuis 2008, l'Ukraine et l'Union Européenne ont paraphé fin mai un accord d'association qui crée un cadre de coopération et prévoit l'établissement de liens économiques sociaux et culturels. Selon le Service européen d'action extérieur, l'accord "renforcera d'une manière significative l'association politique et l'intégration économique entre l'Ukraine et l'UE". Un pas vers l'UE, un pas vers la Russie.




Pays