Connexion

Syndicate content

Au Portugal, la corrida reste au programme télé

mercredi, 11 juillet, 2012 - 12:59

L’interdiction de la tauromachie à la télévision publique n'aura pas lieu. Défenseurs des animaux contre défenseurs du patrimoine culturel portugais s’affrontent alors que l'Etat, endetté, continue de promouvoir cette ruineuse tradition.

Repéré sur The Portugal News

La Tourada, comme on l’appelle au Portugal, est une véritable institution. Sans mise à mort, elle se pratique principalement à cheval, avant que les "forçados", ces jeunes toreros pleins de fougue, ne viennent charger la bête dans l’arène.

Cette tradition portugaise, les Verts et le Bloc de Gauche n’en veulent plus à la télévision publique.

La société devrait abandonner toute pratique qui n’est pas compatible avec la défense des animaux"

estiment les écologistes.

Les Verts et le Bloc de Gauche souhaitent que l’Etat ne finance plus aucun programme télévisé comprenant des images où des animaux sont maltraités et reçoivent des sévices corporels et psychologiques. Une fois interdite sur les chaînes de télévision publiques, ils exigent que la Tourada soit classée "déconseillée aux moins de 18 ans" pour ne pas choquer la sensibilité des plus jeunes.

Cette mesure a pour objectif de protéger les téléspectateurs, mais aussi les adolescents et les enfants, de programmes qui n’enseigne pas le respect envers les animaux."

Ces mesures existent déjà chez le voisin espagnol où plusieurs chaînes publiques ont interdit la diffusion de la tauromachie. D'autres ont décidé de diffuser des corridas à des horaires tardifs.

Une "censure culturelle"

Une majorité de députés a rejeté la proposition de loi, la qualifiant même de "censure culturelle". Pour un grand nombre d'élus portugais, s’attaquer à la tauromachie, c’est toucher au patrimoine national.

La tauromachie est partie intégrante du patrimoine culturel portugais et participe au développement de l’économie locale"

a déclaré Ivete Silva, députée du Parti social-démocrate.

Lors d’un débat le 4 juillet, certains députés sont allés plus loin. Margarida Neto du Parti populaire accuse les Verts et le Bloc de gauche "d’aller contre la création culturelle et la promotion du pays" rapporte The Portugal News.

Les agriculteurs et les chasseurs pour la tauromachie

Interrogé par l’agence de presse Lusa cette semaine, Diogo Costa Monteiro, du Mouvement de défense de la tauromachie Prótoiro, n’a pas hésité à dire que la proposition "était dans la lignée des régimes totalitaires et fascistes".

Il reproche aux Verts et au Bloc de Gauche

de s'opposer à pratiquement toutes les activités en relation avec les animaux".

Selon lui, "la culture appartient au peuple" et 14 associations sont en désaccord profond avec la proposition, dont la Confédération des agriculteurs portugais, la Fédération de la chasse et la Fédération équestre portugaise.

Malgré la crise, l'Etat persiste

Pour les défenseurs du projet de loi, le combat vise tout d’abord l’Etat et non la tradition. En effet, la tauromachie est légale au Portugal et la mise à mort des animaux est interdite depuis 1928.

Nous ne souhaitons pas interdire la tauromachie. Nous voulons juste que l’Etat arrête de soutenir des programmes dans lesquels les animaux sont maltraités"

s’est défendue Catarina Martins, député du Bloc de Gauche.

Ce n’est pas la tauromachie qui en remise en cause, mais son financement public provenant des impôts payés par les Portugais, qu’ils soient pour ou contre cette pratique. »

a déclaré le député socialiste Pedro Delgado Alves.

Les défenseurs du projet ne comptent pas en rester là, comme en témoigne les messages laissés sur la page facebook du mouvement Anti-Tourada qui compte près 190 000 sympathisants sur la toile.

Les députés qui votent en faveur des coupes budgétaires dans les vrais projets culturels, la santé, l’éducation, et d’autres services cruciaux pour notre société, sont les mêmes qui défendent l’utilisation de fonds publics pour promouvoir la tauromachie. Pourquoi faire des économies dans la santé pour maintenir un programme télévisé dépassée, intouchable au nom de la tradition ? La majorité de nos députés font preuve d’une malhonnêteté remarquable."


Lien vers l'article de The Portugal News: Bullfight TV debacle


Pays