Connexion

Syndicate content

Un village coréen à l’heure allemande

mercredi, 18 juillet, 2012 - 15:47

En Corée du Sud, un "village allemand", construit par d'anciens immigrés en RFA revenus au pays, est devenu une véritable attraction touristique. Avec Okteberfest et Weisswurst. Mais ça sonne faux...

Repéré sur Der Spiegel

Au sud de la République de Corée, sur l'île de Namhaé, un petit village de 35 maisons se prépare à accueillir le mois prochain sa propre version de l'Okteberfest, la célèbre fête de la bière munichoise. Hors contexte ? Pas tant que ça.

Il s'agit d'un "Village allemand", construit dans les années 2000 pour des Coréens du Sud. après avoir émigré vers l'Allemagne de l'Ouest dans les années 60 et 70, certains ont décidé de retourner vivre au pays de leurs ancêtres, rapporte Der Spiegel.

La nostalgie des anciens immigrés

Ils étaient partis en tant que mineurs ou infirmières pour participer au miracle économique allemand, qui, en échange, accordait des crédits à faible taux à l'Etat coréen. 30 ou 40 ans plus tard, le mal du pays les a poussés à rentrer, suivis par leur conjoint(e), allemand(e), dans de nombreux cas.

Je ne voulais pas emporter mon mal du pays dans la tombe"

confie Buim Ulmer, une Coréenne vivant dans le "village allemand" avec son époux Ulrich.

Pour remercier ces migrants de ce qu'ils ont apporté à l'Etat, notamment grâce à l'argent envoyé d'Allemagne, le gouvernement coréen leur a vendu des terrains pour une bouchée de pain, à condition qu'ils y construisent des maisons typiquement allemandes. Les jardins, les maisons blanches, les toits en tuiles rouges… L'illusion est presque parfaite.

"Heureusement, nous vivons dans un ghetto"

Ulrich Ulmer s'est bien adapté à sa nouvelle vie en Allemagne hors d'Allemagne, mais son épouse, quant à elle, n'est plus très sûre. Après 40 ans passés en Europe, elle parle un coréen désuet et ne se sent plus vraiment à sa place.

Nous n'avons pas de chez nous, il manque toujours quelque chose,"

explique-t-elle au quotidien Der Spiegel.

Heureusement, nous vivons dans un ghetto."

Pour certains Coréens de retour dans leur pays natal, quelque chose sonne faux . Et pour d'autres, c'est l'afflux de touristes, toujours plus nombreux, qui rend l'endroit moins agréable.

Des inconnus dans le salon

Le phénomène attire des milliers de curieux, notamment depuis la diffusion d'un documentaire intitulé "Endstation der Sehnsüchte". Le film, primé au festival de Berlin en 2009, raconte la vie des habitants du "Village allemand".

L'Oktoberfest est l'événement le plus populaire. Les Coréens raffolent des bières allemandes, et beaucoup font le déplacement à l'automne pour en profiter, et déguster des "weisswurst", les traditionnelles saucisses blanches.

La première année, 1000 saucisses avaient été vendues, et la deuxième, 30 000… Cette année aura lieu la troisième édition du festival allemand dans le petit village sud-coréen, et les organisateurs se préparent à un succès au moins équivalent.

Mais l'attrait du lieu a un côté pervers. Les visiteurs intrigués dévisagent les villageois, les photographient, se promènent dans leurs jardins, et certains osent même pénétrer dans les salons.

C'est comme un village-musée,"

commente un vrai-faux Allemand.


Lien vers l'article sur Der Spiegel : Tourists Flock to South Korea's "German Village"




Pays