Connexion

Syndicate content

Le parlement européen agite le spectre de la mort d’Erasmus

jeudi, 4 octobre, 2012 - 15:56

Erasmus serait en danger de mort. Le programme européen pour l'échange d'étudiants entre les universités européennes est à la diète budgétaire. Faute d'une rallonge financière par les pays de l'Union européenne, il est condamné, affirme l'eurodéputé Alain Lamassoure. Info ou intox ?

Malgré son succès auprès de nombreux étudiants depuis un quart de siècle, Erasmus est-il condamné à disparaitre, faute de financement? Comme d'autres programmes européens, son avenir est suspendu au bon vouloir des gouvernements de l'Union européenne. Pou Alain Lamassoure, président de la Commission des budgets du Parlement européen, l'avenir Erasmus est condamné sans une rallonge budgétaire du budget européen:

Le fonds social européen est en cessation de paiement depuis le début du mois et ne peut plus effectuer de remboursements aux Etats. La semaine prochaine ce sera le tour d'Erasmus, le programme pour les étudiants, et à la fin du mois, le programme pour la Recherche et l'Innovation n'aura plus d'argent".

En ces temps de rigueur budgétaire, les gouvernements européens ont limité pour 2012 les dépenses de l'Union européenne à 129 milliards d'euros. Cela fait 4 milliards de moins par rapport aux demandes de la Commission et du Parlement européen.

En mettant en avant les conséquences dramatiques de cette réduction budgétaire pour l'avenir d'Erasmus, Alain Lamassoure, qui est loin d'être naïf, sait qu'il touche une corde sensible pour nombre de familles en Europe. C'est une arme de communication massive. Elle concerne des centaines de milliers d'étudiants européens qui avec l'aide d'Erasmus vont pouvoir poursuivre leurs études dans les années à venir hors de leurs frontières nationales.

En tirant ainsi le signal d'alarme, l'eurodéputé français prépare le terrain au Commissaire au budget, Janusz Lewandowski, qui doit présenter prochainement un budget rectificatif pour demander aux Etats de revenir sur leur décision de réduction de leurs contributions à l'UE.

Un engouement confirmé

Erasmus attire de plus en plus d'étudiants chaque année. Pour l’année universitaire 2010-2011, 218 266 étudiants européens ont bénéficié, le temps d'un semestre ou deux, d’une place à l’étranger dans un établissement partenaire de leur établissement.

Un engouement confirmé au fil des ans, comme le soulignait l'année dernière Androulla Vassiliou, Commissaire européenne pour l’Education, la Culture, le Multilinguisme et la Jeunesse.

Le programme Erasmus est l’une des plus grandes réussites de l’Union Européenne. C’est le plus connu et le plus accessible des programmes de financement européens. Erasmus est le programme d’échange d’étudiants qui connait le plus grand succès dans le monde".

Depuis le lancement du programme en 1987, le nombre de jeunes européens prenant part au programme chaque année à été multiplié par 65. En tout, ce sont plus de 2 millions d'étudiants qui ont pu bénéficier depuis 25 ans de cette structure d’échange des étudiants et d'enseignants entre les universités européennes .

Une aide peau de chagrin

L'UE dépense, bon an mal an, entre 400 et 450 millions d’euros pour financer Erasmus. Et l'Union européenne avait l'ambition entre 2014 et 2020, de porter à cinq millions le nombre d'étudiants et enseignants bénéficiaires. Pour cela elle avait programmé une augmentation de 70% des dépenses Erasmus.

Le budget actuel n’est déjà pas suffisant pour permettre à tous les étudiants le désirant de bénéficier du programme. Erasmus n’a jamais été aussi populaire et je m’engage à y consacrer davantage de ressources dans le futur",

avait ainsi constaté et promis la Commissaire Vassiliou.

Crise économique et de la dette ont eu raison de ses engagements. Le problème étant, pour l'heure, de tenter de sauver Erasmus.

Le programme n'avait, en fait, déjà plus vraiment les moyens de ses ambitions depuis quelques années.

Les aides allouées par l’Union Européenne aux étudiants Erasmus sont, en moyenne, de 254 € par mois (montant pou l'année 2009-10). Un montant qui se réduit comme peau de chagrin depuis des années.

L’équation est simple : avec toujours plus d’étudiants, mais pas de fonds supplémentaires, la baisse était inévitable. Et cela ne peut qu'accentuer. Car si la Commission européenne obtient finalement une rallonge budgétaire, cela sauvera peut-être Erasmus, mais son budget sera probablement écorné.

Et les déclarations dithyrambiques de la Commissaire européenne sur Erasmus et la nécessité d’encourager de plus en plus d’étudiants à se former à l’étranger n'y changeront rien.

L'Espagne reste la préférée

Chaque année plus de 30 000 Français poursuivent leurs études dans un autre pays. Sur les deux dernières décennies, ce sont les Français qui sont le plus partis à l'Etranger dans le cadre d'Erasmus (15,24% du nombre total d’étudiants) talonnés par les Allemands (15,21%) et les Espagnols (14,02%).

Ces quatre pays représentent plus de 50% des étudiants qui bénéficient d’une aide Erasmus pour aller étudier à l’étranger, tant pour les études que les stages en entreprise. *

Influence du film culte de Cédric klapish?  L'auberge Espagnole? L’Espagne est le pays qui a attiré le plus d’étudiants (35 389) devant la France (26 141) et la Grande-Bretagne (22 650). 




Pays