Connexion

Syndicate content

L’austérité fait grossir les Européens

mardi, 23 octobre, 2012 - 16:57

Les Européens sont de plus en plus gros. En Bavière, un député propose un double régime minceur: les kilos perdus permettraient un allègement des cotisations maladie. Plus grave: le surpoids engendre une baisse du niveau scolaire. En Grèce 45%des enfants et adolescents sont concernés.

Johannes Singhammer est un député allemand bien portant. Sa généreuse stature n'est pas pour surprendre pour un bavarois qui, comme il se doit, apprécie les bretzels ou les Weisswürste avec une chope de Hofbräu ou d'Augustiner.

Membre de la CSU, le parti conservateur local, il s'inquiète pourtant de la tendance à l'embonpoint de ses concitoyens. A tel point que cela engendre "au cours de dernières années" une "augmentation inquiétante de l'obésité". Avec des conséquences dramatiques sur les dépenses maladie. Si rien n'est fait pour freiner cette inflation de kilos du fait d'une surconsommation alimentaire

le système de santé s'écroulera d'ici dix à vingt ans".

Mais plutôt que de punir les obèses, il propose une carotte (sans sucre!). Il va présenter au Bundestag un projet de loi "de prévention" qui permettrait d'alléger les cotisations pour l'assurance santé proportionnellement aux kilos perdus "sous contrôle médical". Les comptes sont vite fait et la balance penche en faveur de l'Assurance maladie. Son plan coûterait des "centaines de millions d'euros", mais, à terme, ce sont autant de millions économisés sur le coût des traitements et des maladies engendrées par le surpoids de bon nombre d'Allemands.

Les jeunes Grecs n'ont plus le profil d'Apollon

L'Allemagne n'est pourtant pas le pays d'Europe le plus atteint. Selon l'OCDE, plus de 24 % des Britanniques adultes souffrent d'obésité, de même que 23 % d'Irlandais et 22 % de Luxembourgeois. Contre 16% des Espagnols, 15% des Belges et des Allemands, 11% des Français, 10% des Italiens et seulement 8% des Roumains.

Mais le plus inquiétant est le nombre des enfants et adolescents (5 à 17 ans) souffrant d'obésité ou de surpoids.

Les chiffres de l'organisation économique laissent pantois dans les pays du sud de l'Europe:

  • France: 13% des garçons et 15% des filles sont en surpoids ou obèses.
  • Allemagne: 23% des garçons et 17% des filles
  • Royaume-Uni: 23% des garçons et 27% des filles.
  • Espagne: 33% des garçons et 27% des filles.
  • Italie: 32% des garçons et 31% des filles.
  • Grèce: 45% des garçons et 37% des filles.

Diminution du QI

Outre les problèmes de santé, obésité et surpoids ont des conséquences dramatiques sur les résultats scolaires.
Auteur d'une étude récente sur le sujet, Antonio Convit, de la New-York School of Medicine , affirme que 

le simple fait d'être en surpoids ou obèse impacte le cerveau".

L'obésité ou même seulement le surpoids chez les adolescents provoquerait un "syndrome métabolique" engendrant une diminution de la "flexibilité mentale" avec une "augmentation du liquide céphalo-rachidien" au détriment du volume du cerveau. Résultat: un QI souvent inférieur et un bas niveau scolaire.

Les 49 adolescents obèses ou en surpoids ont une durée d'attention réduite par rapport à ceux du même âge issus des mêmes milieux sociaux. Des conséquences particulièrement inquiétantes pour l'avenir des jeunes obèses. 




Pays