Connexion

Syndicate content

Les cigarettes européennes de plus en plus glauques

jeudi, 20 décembre, 2012 - 17:03

Les paquets de cigarettes en Europe devraient bientôt être encore plus glauques. Selon un projet de loi européenne, ils devront être recouverts d'images chocs et d'avertissement dissuasifs. Quant aux mentholées, elles seront interdites. Sans attendre la directive bruxelloise dans presque les pays de l'UE, la législation anti-tabac est de plus en plus sévère.   

La Commission européenne vient d'adopter une nouvelle directive sur le tabac, après des années de discussions et un scandale qui a couté son poste au Commissaire à la santé, John Dalli. Si elle est adoptée par les ministres de la santé de l'UE et ratifiée par le Parlement européen, tous les paquets de cigarettes et de tabac à rouler devront porter des avertissements (texte plus image) sur la dangerosité du tabac couvrant 75% des faces avant et arrière des paquets.

Les indications actuelles concernant le goudron, la nicotine et le monoxyde de carbone, jugées trompeuses, sont remplacées par un message imprimé sur la tranche du paquet indiquant que la fumée du tabac contient plus de soixante-dix substances cancérigènes. Les mentholées et autres cigarettes parfumées seront, par ailleurs, interdites.

En présentant hier cette directive le nouveau commissaire à la santé et à la politique des consommateurs, Tonio Borg, en était très fier:

Promesse tenue! La Commission européenne s’était engagée à soumettre une proposition sur les produits du tabac d’ici à la fin de 2012, et voilà précisément ce que je m’apprête à présenter aux ministres de la Santé et au Parlement européen. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: le tabac tue la moitié de ses consommateurs et engendre une grave dépendance. Étant donné que 70 % des fumeurs commencent à fumer avant l’âge de dix-huit ans, cette proposition vise à dissuader les jeunes de s’initier au tabagisme en limitant l’attrait des produits du tabac et de la cigarette."

Et d’ajouter:

Les consommateurs ne doivent pas être abusés: il faut que les produits du tabac aient l’aspect et le goût du tabac. Cette proposition veille à ce que les emballages et les arômes ne puissent être utilisés comme arguments de vente".

Les Anglais tergiversent

En Europe, le Royaume-Uni a été pionnier en la matière. Dès le 1er octobre 2008, les Britanniques ont eut droit à ces illustrations se voulant dissuasives sur leurs paquets de cigarettes, en remplacement des avertissements écrits. Depuis, les lobbies anti-tabac, très puissants outre-manche, préconisent des paquets anonymes, uniformément bruns ou blancs.

Le précédent gouvernement de Gordon Brown avait fait voter une loi interdisant la vente de cigarettes dans les magasins autres que les tabacs, comme c’est le cas en France. Sans remettre en cause cette loi, les conservateurs aujourd'hui au pouvoir n'ont toujours pas jugé nécessaire de veiller à son application.

Chez nos voisins belges, où la mesure a été appliquée il y a deux ans, une parade anti-images chocs a été trouvée. Des étuis en carton customisés sont ainsi vendus pour des sommes relativement modiques (entre 50 cents et 1 euro) et permettent aux fumeurs de cacher les images désagréables tout en personnalisant leur paquet avec une touche d’humour

Effets relatifs en Espagne

Cela fait deux ans que les paquets de cigarettes espagnols doivent comporter des images exposant les risques du tabac aux fumeurs. En 2004, le pays a, lui aussi, ratifié la Convention cadre de l’OMS, dans laquelle a été incorporée en 2008 une directive pour l’utilisation d’avertissements avec des images, censés être plus efficaces que ceux composés seulement par du texte. Selon une enquête de 2011 "Eurobaromètre", 26% des européens pensent que les légendes actuelles aident à arrêter de fumer, et 62% croient que l’ajout de photos aura d’autant plus d’impact.

Pourtant, d’après une étude de chercheurs des universités de Grenade et des Baléares qui ont analysé l’effet de ces photos sur les fumeurs, celles-ci se révèlent insuffisamment impactantes et certaines sont mêmes considérées comme agréables (!). Sur les 35 images utilisées en Espagne, 6 ont été évaluées "positives" par le panel.

Mesures a minima ?

Jusqu'à présent, aucune mesure n'a permis d'établir de corrélation entre l'apparition des images et une quelconque diminution du nombre de fumeurs. Il faut dire que, plus généralement, les politiques anti-tabac ne présentent pas le même degré de coercition selon les pays européens.

L’augmentation du prix du tabac semble être la seule mesure avec un effet véritable sur la consommation depuis quelques années. Les utilisateurs et les buralistes râlent, mais les associations anti-tabac et l’Etat y trouvent chacun leur compte : moins de fumeurs pour l’un, des taxes plus élevées pour l’autre.

Fumer, mais où ?

Dans douze pays de l’Union, il existe une interdiction générale de fumer dans les lieux publics ou sur les lieux de travail. Dans trois d’entre eux – Irlande, Royaume-Uni, Chypre – l’interdiction est totale et ne souffre aucune dérogation ou aménagement.
Dans les autres – dont la France, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas – les bars et restaurants peuvent prévoir une pièce séparée et ventilée selon des normes plus ou moins drastiques (ces normes sont très sévères en France). Mais dans quinze autres Etats – dont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark – l’interdiction n’est que partielle.

Ainsi, en Allemagne, à l’exception de la Bavière, les restaurants et bars peuvent conserver des zones fumeurs. En Autriche également où les zones fumeurs sont fréquentes, comme dans les célèbres cafés viennois.

Sur les lieux de travail, certains pays se montrent assez laxistes. Au Danemark, par exemple, les pièces fumeurs sont autorisées, notamment pour les personnes seules. En Allemagne, il est simplement spécifié que les employeurs doivent prendre des mesures pour protéger les non-fumeurs.

28% de fumeurs en Europe comme en France

Il ressort de l’eurobaromètre 2012 que les fumeurs représentent 28% des plus de quinze ans dans l’Union européenne. Ils étaient 29% en 2009 et 32% en 2006. En 2012, la France est exactement à la moyenne européenne avec 28% de fumeurs. Ils ne sont que 26% dans une Allemagne pourtant plus laxiste mais en trois ans, le nombre de fumeurs a beaucoup plus reculé en France qu’Outre Rhin.

Les pays où le tabagisme est le plus sévère sont la Grèce (avec 40% de fumeurs), en Bulgarie (36%), en Autriche et en Espagne (33%). De très loin, le pays le moins fumeur d’Europe est la Suède (13%) alors que la législation n’y est pas particulièrement rigoureuse.
Seules les taxes sont dissuasives

De là à conclure que la législation n’a pas d’effet sur la consommation, il y a un pas à ne pas franchir. Surtout, outre les interdictions, le poids des taxes joue un rôle important. On le voit avec l’Espagne où la taxation est assez légère et où les fumeurs représentent un tiers de la population alors qu’en Italie – où la fiscalité sur le tabac est lourde – ils ne sont plus que 24%.

L’Italie est d’ailleurs le pays d’Europe où le nombre de fumeurs s’est le plus réduit en six ans avec une baisse de sept points. A l’inverse, l’Autriche qui est très laxiste au niveau des interdictions et où les taxes sont plutôt douces a vu le nombre de ses fumeurs progresser de deux points depuis 2006. 




Pays