Connexion

Syndicate content

Grandes ou petites vacances, à chacun son rythme en Europe

mardi, 21 août, 2012 - 15:07

Vincent Peillon veut raccourcir de deux semaines les "grandes vacances" provoquant de nouveau le tollé des syndicats d'enseignants et de l'opposition. Ailleurs en Europe, les vacances d'été sont souvent plus courtes, mais dans les pays où elles sont plus longues, notamment dans les pays scandinaves, les "petites vacances" sont beaucoup plus rares. Entre les deux, il faut choisir. 

Vincent Peillon vient de lancer un nouveau pavé dans la marre des rythmes scolaires et proposant de limiter les grandes vacances à six semaines. Ce serait la fin des deux mois de vacances d'été. De plus la France serait coupée en deux zones géographiques avec des dates de la fin et du début de l'année scolaire différentes. Comme on pouvait s'y attendre le tollé est général et Matignon a, comme à son habitude, aussitôt joué les pompiers en affirmant que cette piste n'était pas à l'ordre du jour, mais qu'elle sera "peut-être évoquée après 2015".

Pourtant, ailleurs en Europe les "grandes vacances" ne sont pas toujours aussi grandes. A l'inverse dans les pays scandinaves l'été est court, mais les vacances sont longues. Avec des résultats scolaires à faire pâlir d'envie Vincent Peillon.

La réintroduction de la semaine de quatre jours et demi se fera finalement sur deux rentrées (2013 et 2014) et le raccourcissement des vacances d'été aurait certainement permis de réduire davantage la durée de la journée scolaire. Quand il a décidé la réintroduction de la semaine de quatre jours et demi se fera finalement sur deux rentrées (2013 et 2014), le ministre de l'Education avait pourtant préféré ne pas évoquer cette solution. Du moins dans un premier temps. Nathalie Kosciusko-Morizet a ainsi beau jeu de twetter que "Peillon comprend enfin que la réforme des rythmes doit porter sur les vacances. Encore un effort pour refonder l'Ecole!"

Mais au delà de cette nouvelle polémique, la France se distingue particulièrement en Europe avec une moyenne quotidienne de six heures de classe. Cette lourdeur du rythme quotidien aboutit à une extrême concentration des heures d'enseignement sur l'année: Un élève français a 144 jours de classe par an, alors que la moyenne européenne est de 180 jours.

Un tour d'Europe des rythmes scolaires et de la durée des vacances d'été est, si l'on peut dire, plein d'enseignements. 

 

 

L'Allemagne cherche, elle aussi, son rythme

En Allemagne, les vacances sont bien différentes de celles qui existent en France, dans la mesure où chaque Land dispose ainsi de son propre calendrier. Il y a ainsi 16 zones différentes. De manière générale, les enfants sont en congé six semaines seulement en été, mais ils ont une semaine de vacances pendant l’hiver (l’équivalent des "vacances de février"), 10 jours à Pâques, une dizaine de jours en juin, une semaine en octobre et une semaine à Noël. Ces vacances assez réduites du fait des petites vacances estivales, sont dues au fait que l’école se termine souvent en tout début d’après midi.

Le modèle est toutefois critiqué, non sur le calendrier des vacances, mais plutôt sur le système des lycées où les étudiants sont séparés en 3 niveaux différents en fonction de leurs résultats avec une sélection dès l’âge de 11 ans. Cela ne permet pas aux enfants en difficultés d’échapper à un écrémage pas toujours représentatif, et il est en plus très difficile de passer d’une école modeste aux "lycées d’élite", les Gymnasium.

Ce système a permis d'alimenter une filière d'apprentissage très efficace, mais ne favorise en rien l'ascension sociale. Aujourd'hui encore, le lycée (Gymnasium) est la voie des futurs universitaires et ingénieurs, la Realschule, celle des techniciens supérieurs et la Hauptschule, celle des ouvriers, qualifiés ou non.

L’étude PISA publiée en 2001 avait classé l’Allemagne en 21e position sur 31 pays analysés, créant une polémique dans le pays. Le Chancelier Schröder présenta ainsi l’année suivante un plan de 4,3 milliards d'euros destiné à permettre le passage à l'école à plein temps.

En 2003, les Länder et le gouvernement fédéral ont aussi créé un Institut pour le développement de la qualité dans le système éducatif (IQB). Celui-ci a défini pour la première fois de vrais standards nationaux en mathématiques, Allemand et langues étrangères.

Enfin, chaque Land a commencé à réformer son propre système, en fonction de ses moyens financiers. À Berlin, les maternelles ont été dotées d'un vrai programme éducatif et les écoles primaires se transforment peu à peu en école à plein temps. Les cours de langues étrangères débutent dès le CM1 et depuis 2007, tous les lycéens passent le même baccalauréat. Au dernier classement PISA, l’Allemagne était remontée à la 16ème place, juste en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE.

Studieuse Italie

Pour les élèves italiens, l’arrivée de l’été est la première réelle occasion de souffler non pas un peu, mais beaucoup! L’Italie détient le record européen pour la longueur des vacances estivales qui atteignent 14 semaines! Les élèves italiens sont pourtant aussi ceux qui restent assis sur les bancs de l’école le plus longtemps et à un rythme très soutenu pendant toute l’année qui n'est pas, comme en France, une "année à trous".

Pas de Toussaint, pas de vacances de février, mis à part deux jours pour le Carnaval, et pas de vacances de Pâques !

Les jeunes Italiens des écoles primaires et élémentaires restent en moyenne pendant 973,5 heures par an à l’école, réparties sur un total de plus de 200 jours. En Italie, plus qu’ailleurs, l’été est donc véritablement synonyme de liberté pour les écoliers transalpins.

Pas de grandes vacances en Angleterre

En Angleterre, l'année scolaire s'étend sur 190 jours, de septembre à fin juillet, avec cinq journées par semaine de 9h00 à 16h00 environ, selon les matières. Les vacances d'été sont de seulement 6 semaines

Le samedi, certaines matières optionnelles, comme notamment le sport, peuvent avoir lieu. Chaque établissement est par ailleurs libre d'organiser la journée à sa convenance.

Mais le gouvernement Cameron veut aller encore plus loin. Il encourage tout d’abord les écoles à sortir du système public pour pouvoir décider, dans une certaine mesure, elles-mêmes du contenu des cours, des horaires et des matières tant qu’elles enseignent au moins 190 jours par an. Une sorte de dérégularisation du système scolaire.
 
Le ministre de l’éducation veut également modifier les heures de cours du système public: de 7h30 à 17h30 chaque jour de la semaine, avec toujours la possibilité d’ouverture le samedi matin pour les options. Il projette aussi ajouter deux semaines de cours à chaque trimestre, soit un total de 40 semaines de cours par an. Les plus jeunes auraient donc une année cumulée supplémentaire de cours tous les cinq ans.
 
Les professeurs s’opposent majoritairement à cette mesure : ils travaillent déjà beaucoup chaque semaine et estiment que quantité ne signifie pas qualité. Ils rappellent également que les écoles sont souvent utilisées après la classe pour des activités annexes qui ne pourraient pas être repoussées à plus tard. Par ailleurs, le soleil se couchant tôt en hiver, les parents d’élèves s’inquiètent pour la sécurité de leurs enfants, qui rentreraient la nuit tombée.
 
Concernant les vacances d'été, certains préfèrent les très grandes vacances avec des congés réduits le reste de l'année scolaire, comme en Finlande où les écoliers ont jusqu'à 11 semaines de grandes vacances estivales. C'est également le cas en Suède avec 9 à 10 semaines de congés d'été.
 
En Belgique, les grandes vacances sont, comme en France, de deux mois. A l'inverse, en Grèce, elles sont limitées à six semaines.
 
Mais quelque soit le rythme d'été, il dépend de celui adopté le reste de l'année.



Pays