Connexion

Syndicate content

François Ier, un pape jésuite pour remettre de l’ordre dans l’Eglise

mercredi, 13 mars, 2013 - 19:43

Le cardinal argentin Jorge Maria Bergoglio vient d'être élu au trône de Saint Pierre sous le nom de François 1er. L'archevêque de Buenos Aires est un jésuite connu pour sa rigueur et sa proximité avec les deshérités. On peut compter sur lui pour remettre de l'ordre dans une Eglise catholique secouée par de nombreux scandales. 

Aux environs de 19.00 heures, un grand cri s’est élevé, la fumée qui s’échappait de la cheminée de la Chapelle Sixtine était blanche. Dehors, la foule attendait en agitant les drapeaux de plus en plus fort et en criant sa joie. Tous les regards étaient braqués sur la loge papale. Et puis, un cri s’est élevé : « Vive le pape ! ».

Quelqu’un avait dit que le nouveau pape venait d’accepter son élection selon l’antique usage. La place était pleine et les rues voisines où la circulation était interdite depuis la veille aussi. Certains souriaient, d’autres sous le coup de l’émotion, pleuraient. Les gendarmes du Vatican ont défilé en fanfare. Derrière eux, les gardes suisses portant hallebarde et étendards brodés des armes de Saint Pierre, ont pris place sous le balcon pontifical. Et puis, les carabiniers sont arrivés en fanfare pour rendre hommage au nouveau souverain pontife. Les flashs crépitaient, place Saint Pierre c’était la fête.

Des pèlerins agenouillés priaient sur les pavés mouillés. Des religieuses égrenaient leurs chapelets en murmurant l’Ave Maria. Lorsque les portes-fenêtres de la loge pontificale se sont ouvertes, la foule a applaudi. Le cardinal Jean Louis Taurin, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux a récité l’antique formule : « Habemus papam ! ». Puis il a annoncé que le nouveau pape était l’argentin Jorge Mario Bergoglio. 

Rigueur et austérité

Un véritable coup de théâtre. La foule en est resté muette de stupéfaction pendant de longues minutes. Les bookmakers avaient misé sur le cardinal de Milan, Angelo Scola, grand favori de cette course au trône de Saint Pierre, les cardinaux électeurs ont opté pour un outsider. Ils ont choisi Jorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires en Argentine, jésuite et archevêque de Buenos Aires depuis 1998. Un choix inattendu mais qui indique surement la volonté des cardinaux électeurs de modifier le cours de l’histoire.

Le nouveau souverain pontife s’appellera François 1er. Peut-être une référence à Saint François d’Assise et sûrement le signe que le nouveau pape veut ramener l’Eglise dans la voie de l’humilité, de la simplicité et de la pauvreté. Son discours au balcon de la basilique Saint-Pierre évoquait d’ailleurs la bonhomie de Jean XXIII mais aussi la fermeté de Pie XI. 

Sa tache ne sera, il est vrai, pas facile car il devra avant tout, remettre de l’ordre dans la maison de Dieu. L'heure va être à la rigueur et l'austérité à la Curie !

Le successeur de Benoit XVI, qui a frappé les esprits en octobre 2007 lors de la condamnation du père Christian Von Wernich accusé de crime contre l’humanité commis sous la dictature militaire argentine. Il est personnellement accusé d’avoir soutenu la junte militaire au nom de la hiérarchie ecclésiastique.  Le futur pape rejette alors l’idée que l’Eglise puisse au titre d’institution, avoir une quelconque responsabilité dans les crimes commis et affirme qu’elle est le fait d’individus isolés au sein de l’Eglise. Ses détracteurs y verront les pirouettes d’un jésuite.

Le nouveau pape a, notamment, été accusé de ne pas avoir protégé deux jésuites. Lors du procès de la junte militaire, en 1985, Orlando Yorio, l'un des des deux prêtres, a affirmé avoir la certitude que Jorge Maria Bergoglio a donné son nom aux militaires.  

Spécialiste du rite oriental, Jorge Mario Bergoglio avait commencé sa vie en étudiant la chimie. Frappé par la foi, il abandonne le monde et entre au séminaire de la Compagnie de Jésus, le 11 mars 1958. Un ordre important et souvent au cœur de polémiques, notamment pour leurs positions en faveur de la théologie de la Libération qui prônait la lutte contre la pauvreté en Amérique Latine. 

Retrouver la « pureté » de l’Eglise

Diplômé de philosophie, le futur pape a été professeur de littérature et de psychologie. En mars 1986, il se rend en Allemagne pour discuter sa dernière thèse. Ses supérieurs l’envoient ensuite à Cordoba. Nommé évêque par Jean Paul II le 20 mai 1992 puis archevêque de Buenos Aires par succession après avoir reçu le titre d’archevêque coadjuteur de cette ville en 1997, le nouveau souverain pontife a aussi à son actif une activité littéraire prolifique. 

Président de la Conférence épiscopale argentine de 2005 à 2011, François 1er a aussi été le rapporteur général adjoint de la 10ème Assemblée Ordinaire du Synode des évêques en octobre 2011. 

Son élection était inattendue, les cardinaux semblant vouloir accorder la priorité à l’Italien Angelo Scola. Mais Jorge Mario Bergoglio, l’outsider qui était arrivé deuxième lors de l’élection de Joseph Ratzinger a la personnalité qu’il faut à l’Eglise pour retrouver « sa pureté » selon certains vaticaniste. 

En 2005, il avait en effet demandé à ses électeurs de voter pour son adversaire. Un geste de grande humilité qui a frappé les esprits des cardinaux électeurs. Originaire du Piémont, il est aussi le premier pape jésuite de l’histoire de la papauté. L’ordre fondé en 1534 par Ignace de Loyola, très puissant et doté d’un général appelé « le pape noir », n’avait jamais occupé un poste aussi important dans l’Eglise. 


 Appelez moi, François!

Dés son élection sur le trône de Saint Pierre, la presse, dont Myeurop, a naturellement évoqué l'élection de "François Ier". En référence sans doute à Jean-Paul 1er décédé 3 semaines après son élection à qui a succédé Jean-Paul II. Mais le Vatican a expliqué dans la soirée d'hier que son seul nom sera "François". Il sera le "Pape François" et non pas "François 1er" tant qu'il n'y aura pas un pape "François II". 


Article publé initialement le 13 mars à 21h55 et actualisé avec les précision sur le nom du pape le 14 mars à 12h23





Pays