Connexion

Syndicate content

Fini le français à l’école pour les petits Espagnols?

lundi, 15 avril, 2013 - 17:29

Dans la région de Valence, l'enseignement du français est délaissé au profit de l'anglais. C'est la première cible des réductions et réorganisations d'effectifs annoncées par le ministère de l'Education.
Repéré sur El Pais.

Les jeunes Espagnols auront-ils pour longtemps encore la possibilité d'apprendre la langue de Molière à l'école? Dans la Communauté autonome Valencienne, une décision ministérielle a supprimé de nombreux postes de professeurs de français au profit de l'anglais. Une menace à court terme pour l'enseignement francophone dans cette région d'Espagne.

Le journaliste Juan Manuel Játiva, du quotidien espagnol El Pais, détaille la décision publique:

Le ministère de l'éducation de la Communauté Valencienne, dirigé par María José Català Verdet, a publié dans le journal officiel une résolution relative à la modification des postes de travail au sein des centres scolaires du secondaire, primaire et maternelle."

L'enseignement du français est particulièrement touché par la mesure.

Dans la province d'Alicante, 237 places d'enseignants en langue française seront supprimées, soit l'ensemble des postes existants dans cette discipline"

dénonce le journal local "Informacion". "Sur l'ensemble de la communauté Valencienne, cela représente 569 postes".

Les premiers touchés sont les élèves bien sûr, mais aussi les enseignants, "obligés de se réorienter vers une autre discipline ou de choisir une autre carrière".

La décision ministérielle s'explique en partie par la très faible demande de la part des élèves de l'enseignement du français, au profit de l'anglais: "Concernant les places d'enseignants de langue Française supprimées, explique Juan Manuel Játiva, 258 seront remplacés par des cours d'anglais. Mais il y a un réel problème de réaffectation des enseignants de langue française, car cette discipline n'est quasiment plus demandée."

Au-delà du français, la mesure touche d'autres spécialités, notamment liées à l'accompagnement scolaire thérapeutique, et entraîne plus largement la suppression de nombreuses classes. De quoi soulever l'indignation de syndicats de l'enseignement et d'associations de parents d'élèves, face à des suppressions de postes et réaffectations lourdes de conséquences: "Cette décision affectera directement la qualité de l'enseignement de tout élève (…) et plus encore ceux qui nécessitent un encadrement spécifique".


En savoir plus ici et




Pays