Connexion

Syndicate content

Le premier couac du roi Willem-Alexander des Pays-Bas

lundi, 22 avril, 2013 - 15:36

Les Néerlandais se préparent à l'abdication la reine Béatrix et au couronnement de leur nouveau souverain, Willem-Alexander. Hélas, la "chanson du roi", sensée célébrer cet événement national déclenche la colère de ses futurs sujets. Les paroles sont nullissimes et la mélodie empruntée à Matt Redman. Un vrai scandale national.

Les Néerlandais sont atteints de fièvre monarchique. Le 30 avril sera le dernier "Jour de la Reine", fête nationale qui marquait l'anniversaire de la reine Juliana, la mère de la souveraine actuelle, depuis 1949.
Car le 30 avril prochain, la reine Béatrix abdique en faveur de son fils Willem-Alexander.

Pour l'occasion, un Comité National du Couronnement a été constitué afin de coordonner les initiatives en l'honneur du nouveau souverain.

Entre autres manifestations, le Comité a commandé une chanson, la "Chanson du Roi" [het Koningslied]. Pour composer cet hymne immortel à la gloire du nouveau monarque, le Comité a fait appel à John Ewbank, le Didier Barbelivien néerlandais. L'auteur-compositeur d'innombrables chansons d'amour sirupeuses interprétées entre autres, par Marco Borsato, le Frédéric François des Pays-Bas…

Une mauvaise chanson batave et batarde

Mais la plume de l'artiste anglo-néerlandais est sans doute plus coutumière des sentiments amoureux chuchotés sur une mélodie facile que de l'exaltation des vertus guerrières et monarchiques des grands de ce monde. Et son idée de faire appel à des chœurs d'artistes "immigrés" pour ajouter de la diversité à son "œuvre" n'a fait qu'ajouter à la cacophonie.

Sa "Chanson du Roi" est devenue synonyme de catastrophe nationale dans un pays où l'humour corrosif est une tradition aussi ancienne que le "maatje", le hareng dévoré cru avec des oignons sur une tranche de pain beurrée… Mais c'est l'auteur qui cette fois se fait manger tout cru .

Dès la sortie officiel de l'hymne, des milliers de twittos se sont déchaînés, dont le ton ne laisse aucun doute sur leur appréciation de mélomanes. Voici quelques exemples certifiés authentiques de cette prose assassine:

Tu t'es cogné la tête à la table combien de fois avant d'écrire ?
Honte sur toi, pense à émigrer !
Combien le contribuable néerlandais a-t-il déboursé pour cette M…. ?
A ta place, je penserais sérieusement à me flinguer !"

Mais, les internautes ne sont pas les seuls à se déchaîner sur la chanson royale. Un professeur d'université respecté, Wim Daniëls, en a entrepris une démolition systématique lors d'une émission de Pauw en Witteman, l'un des talk shows les plus regardés du pays. Il a compté pas moins de huit fautes de langage – orthographe, syntaxe et j'en passe – dans un vers de 14 pieds !

"Cela peut arriver qu'on laisse une ou deux fautes dans une chanson", déclare-t-il aux hôtes hilares. "Mais une telle accumulation est inconcevable. C'est un pur scandale!" Wim Daniël finira sa tirade en se demandant comment  "après ça on pourrait encore obliger les étrangers à apprendre le néerlandais avant d'obtenir leur permis de séjour…"

Mais l'hostilité déclarée à l'œuvrette batave et batarde ne s'arrête pas là: Sylvia Witteman, une des journalistes les plus en vue du pays, a lancé une pétition pour l'annulation qui a rassemblé des dizaines de milliers de signatures! Ils sont déjà près de 40.000 à s'être déclarés contre l'objet musical non identifié…

Des alternatives ont vu le jour dans tout le pays: depuis des étudiants de l'Université d'Utrecht jusqu'à un poète octogénaire d'Amsterdam, ils sont nombreux à proposer des mélodies et des paroles qui se démarquent de celle-ci :

 

Voilà, tu y es,
Tu as vu ce moment si souvent dans tes rêves,
Ca y est donc,
Ce jour que tu souhaitais tant est enfin là,
Es-tu prêt pour cela ?
Pourras-tu jamais l'être ?
Voilà tu y es,
Chaque homme a une tâche dans la vie."

Plus loin, l'auteur fait référence au passé glorieux des Néerlandais en invoquant la construction d'une "digue avec mes mains nues", élévation lyrique malheureusement détruite par le voisinage d'un "manger du pot-au-feu" [stamppot eten] qui rompt avec l'impulsion poétique…

Les artistes appellent aussi les jeunes à faire le signe W de Willem-Alexander en arborant trois doigts de chaque main…

Les plus sarcastiques des présentateurs avertissent que l'écoute de cette "chose" peut détruire vos oreilles à jamais et que vous auditionnez ce morceau "sous votre seule responsabilité"…

Cerise sur le gâteau, la mélodie asthmatique ne serait même pas originale : elle est la copie quasi-conforme d'une chanson de Matt Redman, 10.000 reasons (Bless the Lord):

Et Ewbank pourrait bien se retrouver avec une procédure judiciaire sur les bras, en plus de s'être fait détester par tout un peuple. Une population qui a retrouvé une belle unité oubliée depuis longtemps, faute aux divisions politiques du pays.

C'en était manifestement trop pour John Ewbank qui a finalement décidé de retirer sa chanson.
Notre quadragénaire frustré pourra toujours se consoler dans les bras de Kelly Wekers, candidate néerlandaise du concours Miss Univers, avec qui il vit depuis un an… 

Mise à jour, 22 avril 2013 à 20h10 : le Comité National du Couronnement a décidé de conserver la chanson de John Ewbank pour le spectacle qui aura lieu à l'Ahoy de Rotterdam, le 30 avril.  Les membres du comité précisent qu'il aurait été trop compliqué de changer d'oeuvre vu le peu de temps qui reste.  Ils affirment avoir sondé les Néerlandais et que 60 % d'entre eux se déclarent favorable à la "Chanson du Roi".  Ce n'est pourtant pas ce qui ressort d'un sondage du journal télévisé de la premièrre chaîne nationale, qui a interrogé 10.000 personnes.  82 % des répondants considèrent que l'oeuvre est mauvaise.  Seuls 5 % se déclarent prêt à la chanter le 30 avril.  Et 30 % préféreraient chanter le Wilhelmus, l'hymne national néerlaidais…




Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere