Connexion

Syndicate content

Tu veux un joint…à l’Hortensia?

mercredi, 24 avril, 2013 - 09:46

De l'effet hallucinogène de l'Hortensia: en Bavière, les jeunes pillent les jardins, sèchent feuilles et pétales et les roulent en joint. Une fumette bucolique euphorisante, mais pas sans danger.

Repéré sur Die Welt et Le Matin

Dès que le printemps arrive, ils pillent les cimetières, jardins publics, ou plate-bandes…Ils? Les fumeurs de joints…d'Hortensia! En Bavière, depuis une dizaine d'années, des ados arrachent feuilles et fleurs de l'arbuste, et les font sécher avant de les rouler. Moins cher que le cannabis…

Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacologie aux Universités de Lausanne et de Genève, explique dans les colonnes du Matin le pourquoi de cette fumette champêtre:

"Quand ils sont fumés, les hortensias ont des effets hallucinogènes et euphorisants. Selon les doses, l’effet ressenti est proche de celui induit par le THC (tétrahydrocannabinol), une substance psychoactive du chanvre."

De l'hortensia au Zyklon B.

Attention cependant aux effets indésirables. A haute dose, l'expérience herbacée peut s'avérer mortelle.

Il est strictement déconseillé de fumer les parties aériennes séchées de cette plante, met en garde Kurt Hostettmann. Ses effets secondaires sont très néfastes pour la santé: troubles gastro-intestinaux, problèmes respiratoires, accélération du rythme cardiaque, étourdissements.

Fumées à dose élevée, les substances dans les feuilles et fleurs

se transforment en acide cyanhydrique, plus connu sous le nom de Zyklon B, qu’utilisaient les nazis dans les chambres à gaz. Conséquence: une mort rapide par étouffement"

précise le spécialiste.

Herbier sous influences

La journaliste du Matin Anne-Florence Pasquier rapporte d'autres pratiques non moins risquées, évoquées sur des blogs largement commentés sur la toile:

En plus du pavot ou du chanvre, des feuilles de plantes qu’on trouve facilement dans les jardins, comme celles de la menthe ou du framboisier, sont évoquées. Mais ces sites ne préviennent pas des risques réels encourus.

Effet de mode?

La Bavière va-t-elle perdre tous ses Hortensias…? Pas de panique, si l'on en croit le Dr Thierry Buclin, pharmacologue au CHUV, les massifs ont encore de beaux jours devant eux. La pratique ne serait "pas destinée à un succès prolongé."

Dans le passé, on a eu des modes plus inquiétantes, comme des plantes apparentées à la belladone. Cette plante elle-même a d’ailleurs disparu des jardins, entre autres à cause du risque d’intoxication accidentelle ou volontaire. Les jardiniers savent qu’il faut les éviter dans les jardins publics."

Quoi qu'il en soit, vous ne verrez plus les Hortensias comme avant.
 




Pays