Connexion

Syndicate content

Le démantèlement « tardif » d’un réseau pédophile à Oxford

vendredi, 17 mai, 2013 - 11:27

50 : c'est le nombre de fillettes victimes de viols durant 8 ans à Oxford par un réseau pédophile pakistanais. 

Dans la ville cossue d'Oxford, la cité aux clochers rêveurs, personne ne se doutait de l'horreur qui se tramait. Entre 2004 et 2012, une cinquantaine de fillettes se sont fait prendre dans les filets d'un réseau pédophile pakistanais. Six d'entre elles, âgées aujourd'hui de 16 à 21 ans, ont pu enfin s'exprimer devant la justice britannique. En guise de nom une lettre, de A. à F., attribué par leurs bourreaux. Rien de plus que de la marchandise.

Des fillettes blanches et européennes âgées de 10 à 12 ans

Toutes ont en point commun une enfance difficile, baladées entre familles d'accueil et autres foyers. Vite repérées par le gang, les fillettes, souvent blanches, sont d'abord séduites par des faveurs et des petits cadeaux. Puis c'est l'engrenage. Abusées par leurs tortionnaires, elles sont intoxiquées à la drogue et à l'alcool pour mieux les soumettre. Elles sont alors échangées ou vendues à des clients pédophiles. Quand elles tombent enceintes, c'est l'avortement systématique dans des conditions sanitaires moyenâgeuses.

La police pointée du doigt

Réseau bien ficelé ou simple laxisme, la police et les services sociaux n'y ont vu que du feu. Les victimes ont pourtant tenté à plusieurs reprises d'alerter les services concernés. En vain. Enfants perturbées, leurs témoignages n'étaient pas jugés crédibles. La police et les services sociaux ont depuis présenté leurs excuses. Au total, sept inculpés d'origine pakistanaise ont été condamnés mardi par la justice.
 




Pays