Connexion

Syndicate content

Ces nouvelles drogues de synthèse qui shootent l’Europe

mercredi, 29 mai, 2013 - 12:42

Cannabis synthétique, méphédrone… derrière les best-sellers que sont amphétamines et ecstasy, une flopée de nouvelles drogues de synthèse alimente le marché européen. Elles sont de plus en plus difficiles à contrôler.

Il y avait la MDMA, il y a désormais la 4-MMC, la 4-MA… Des chiffres et des lettres, pour de nouvelles drogues consommées en Europe. Dans son rapport publié hier, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) s’alarme : le marché des stupéfiants se diversifie sur le continent, et les substances se complexifient.

Cannabis de synthèse

Ces nouvelles substances se développent à l’ombre des amphétamines et de l’ecstasy (MDMA), qui restent les deux best-sellers en matière de "stimulants de synthèse". Mais contrairement à ces dernières, ces nouveaux produits ne sont pas toujours illégaux, et apparaissent "tant sur le marché des drogues illicites que dans le cadre des substances non règlementées", souligne le rapport. Des legal highs ("euphorisants légaux") qui posent donc de nouveaux défis aux autorités.

Certains ont été interdits, mais continuent de prospérer. C’est le cas de la méphédrone (la 4-MMC). Signalée pour la première fois en 2009 sur le sol européen, cette substance psychoactive a été interdite en décembre 2010 par l’Union européenne.

Elle était alors encore licite dans douze États européens. Malgré cette interdiction, la méphédrone, vendue comme de l’amphétamine ou mélangée à celle-ci, "pourrait avoir réussi à s’imposer comme substance recherchée sur le marché des stimulants illicites", reconnait le rapport. Comme en Angleterre et au Pays de Galles, seuls Etats où des données récentes existent : la méphédrone y est la 4e drogue illicite la plus consommée.

Une nouvelle substance chaque semaine

Autre nouveauté sur le marché, "les produits contenant des agonistes synthétiques des récepteurs cannabinoïdes". Il s’agit en fait de substances de synthèse qui imitent les effets du cannabis, la drogue de loin la plus populaire en Europe. Et ce cannabis synthétique est en vogue: il a été signalé "dans la quasi-totalité des pays européens". Importé notamment d’Asie sous forme de poudre, il est alors transformé et emballé en Europe.

Des drogues nouvelles… qui se renouvèlent. Le rapport souligne qu’une substance, une fois interdite, est rapidement remplacée par une autre. Résultat, cette année encore, "le système d’alerte précoce de l’UE continue à recevoir des notifications concernant l’apparition d’environ une nouvelle substance chaque semaine".

En 2012, 73 nouveaux produits avaient été signalés pour la première fois au système d’alerte rapide de l’UE : une trentaine impliquaient des cannabinoïdes de synthèse, tandis que, plus inquiétant encore, "19 substances appartenaient à des groupes de produits chimiques moins connus ou plus obscurs".

Ces nouvelles drogues s’illustrent par ailleurs par leur plus grande accessibilité. Elles sont faciles à acheter via Internet. Le nombre de boutiques en ligne proposant ces produits "continue d’augmenter". Plus de 690 boutiques avaient été identifiées en janvier 2012.




Pays