Connexion

Syndicate content

Le tourisme ne sauvera pas Chypre

lundi, 10 juin, 2013 - 13:25

Chiffre du jour: 1,92. C'est en milliard le chiffre d'affaires lié aux activités touristiques à Chypre l'an dernier. Cette manne financière sera probablement identique cette année, mais elle ne suffira pas à relancer la croissance.

A Chypre, le nombre de réservations hôtelières devrait avoisiner celui de l'an dernier, malgré un mois d'avril mitigé, selon les prévisions de l'office du tourisme. Près de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sont de nouveau attendus en 2013. Pour autant, les vacanciers, nombreux mais peu dépensiers, ne suffiront pas à relancer l'économie de l'île.

Interrogé par l'AFP, George Nicolaou, propriétaire et gérant d'un hôtel familial près de Larnaca s'étonne que "cette saison commence mieux que l'année dernière". La moitié de ses chambres seront occupées dès juin. Les habitués semblent réserver leurs vacances sur l'île comme d'habitude.

Plus de clients, mais des budgets serrés 

Pour autant, la crise qui a touché l'île méditerranéenne ces derniers mois demeure très présente. Elle a entraîné une chute des prix des réservations. Un constat qui induit deux choses: 

  • Les vacanciers seront certainement plus nombreux qu'en 2012, puisque les hôtels seront accessibles à une frange de population plus large.
  • Cette clientèle nouvelle, mais moins aisée, va moins dépenser.

En témoigne les clients moins nombreux attablés aux terrasses et dans les restaurants:

Cette saison, leur nombre est divisé par deux et la consommation moyenne est passée de 25 à 15 euros",

explique George Nicolaou. 

"Le tourisme n'est pas une alternative valable"

Le tourisme ne devrait pas suffire à relancer l'économie chypriote. Le secteur représente seulement en temps normal un dixième du PIB et le pays va continuer à s'enfoncer dans la récession.

L'hebdomadaire allemand Tagesspiegel expliquait en mars dernier que Chypre doit trouver un nouveau modèle économique. Cependant, "le tourisme n'est pas une alternative valable à la crise bancaire", estime Manuel Sarrazin, spécialiste des questions européennes au parti des Verts en Allemagne.

Selon lui, seule la réunification de l'île, divisée depuis l'invasion turque de sa partie nord en 1974, pourrait donner un réel coup de fouet à l'industrie touristique. Mais alors que la partie grecque de l'île est au bord de la faillite, cette réunification n'est pas une priorité face à l'urgence la sauver de la faillite.




Pays