Connexion

Syndicate content

Le turc enseigné dans les lycées allemands?

jeudi, 20 juin, 2013 - 13:54

Du turc en langue étrangère au lycée? Dans le Bade-wurtemberg, l'idée pourrait être expérimentée à la rentrée 2015 dans plusieurs établissements test des villes de Stuttgart et de Mannheim.

Après le russe, l'italien ou encore l'espagnol, c'est le turc qui devrait bientôt faire son entrée au lycée allemand, en tant que troisième langue vivante optionnelle. C'est en tout cas ce qu'a proposé, le 11 juin, le groupe parlementaire social-démocrate (SPD) du Bade-wurtemberg. Des lycées de Stuttgart et de Mannheim seraient mis à l'essai d'ici deux ans. Le projet est soutenu par les Verts, partenaires au sein de la coalition. 

Le SPD tâtonne sur l'organisation

La mesure devrait peser lourd dans le budget du gouvernement régional: elle serait plafonnée à 100.000 euros par an et par établissement concerné. 

Qui assurera les cours? Un examen d'Etat devrait permettre aux professeurs et étudiants se destinant au professorat de se spécialiser en langue turque. Une option turc existe déjà au sein de l'université de Tübingen.

Selon le ministre de l'Education et des Affaires culturelles, il serait en pratique déjà possible d'enseigner le turc dans tous les lycées généraux du pays à partir de la 10ème classe (l'équivalent de notre 1ère). Mais la décision est d'ordre politique, et le gouvernement fédéral n'est pas encore prêt à la prendre.

"L'une des langues les plus parlées"

Ce n'est pas un hasard si les villes de Stuttgart et Mannheim ont été sélectionnées pour tenter l'expérience: la population turque ou d'origine turque y est très présente. Après la Rhénanie-Westphalie, le Bade-wurtemberg est le Land qui accueille le plus de population d'origine immigrée. Dans le sud-ouest de l'Allemagne, les citoyens d'origine turque représentent 400.000 personnes. 

La langue turque est l'une des plus reconnues et des plus parlées dans les villes allemandes".

affirme le SPD.

C'est pour accompagner l'intégration de cette population que le parti social-démocrate du Land tient à augmenter la part des enfants d'origine turque dans les lycées. Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, ils ne sont que 12% à poursuivre leur scolarité au sein d'un lycée (Gymnasium), un chiffre qui atteint 50% dans les familles d'origine allemande.

Pouvoir étudier le turc n'est pas anecdotique. Politiquement, c'est une manière d'envoyer un signal fort aux Turcs: c'est une reconnaissance de l'intérêt que représente leur langue et leur compétence en la matière.

Les élèves allemands aussi peuvent profiter de ces connaissances dans la mesure où la Turquie constitue un partenaire commercial toujours plus important"

, expliquait il y a des années déjà la présidente régionale du SPD Ute Vogt.

Pas de lycée turc pour les Turcs

En 2008, la majorité gouvernementale de la chancelière Merkel avait déjà été confrontée à la question épineuse de la place des enfants turcs à l'école. A l'époque, le premier ministre turc Erdogan voyait loin. Il avait invité l'Allemagne à développer des cours en turc à destination des Turcs afin de favoriser leur intégration. Un coup d'épée dans l'eau. Les politiques allemands avaient cordialement refusé, craignant de cloisonner un peu plus la population.

Des lycées et des universités turques en Allemagne seraient un vrai frein à l'intégration"

avait commenté Christine Haderthauer, à l'époque secrétaire générale du parti bavarois CSU (Union chrétienne-sociale).

Aujourd'hui, l'initiative du SPD est une timide avancée vers la déstigmatisation des Turcs. C'est aussi un appel du pied lancé à cette communauté en vue des élections nationales de septembre.




Pays