Connexion

Syndicate content

Deutsche Bahn: stop aux anglicismes!

mardi, 25 juin, 2013 - 13:50

La société des chemins de fer allemands est moquée pour son utilisation pas toujours appropriée de la langue de Shakespeare. Le ras-le-bol des nationaux pousse l'entreprise à se remettre à l'allemand.

Plus de "flyers" mais des "brochures". Plus de "hotlines" mais des "services en ligne". La Deutsche Bahn, société des chemins de fer allemands, revoit sa feuille de route et oblige ses employés à éviter les anglicismes. L'origine de ce rétropédalage? Les passagers allemands n'en peuvent plus d'être abreuvés à longueur de journée de jargon marketing.

La langue allemande a longtemps absorbé et réutilisé bon nombre d'expressions étrangères et notamment anglo-saxonnes. Il n'y a pas, outre-Rhin, de mouvement germanophone d'ampleur à l'image du soutien français à la francophonie. Si le mécontentement populaire se fait entendre aujourd'hui, le pays ne s'oriente pour autant vers une défense farouche de la langue nationale. 

"Senk ju vor trävelling"

Un manager de la société d'Etat se livre au quotidien allemand Die Welt et explique le changement de politique de la Deutsche Bahn.

Nous avons mis entre les mains de nos employés un glossaire des anglicismes pour qu'ils puissent observer d'un oeil critique l'utilisation toujours plus grande de ces mots."

, explique-t-il. Ce glossaire compte pas moins de 2.200 mots avec leur traduction allemande. Des termes qui sont proscrits en communication externe mais aussi en communication interne, entre les employés.

A l'avenir, l'offre phare "Call-a-bike" proposée par la société doit être couplée d'une explication dans la langue de Goethe: "l'offre de vélos à louer". "Nous évitons des termes comme "Highlights" utilisés jusqu'à présent pour les prestations d'excellence et sommes en train de remplacer "Hotlines" par "service clients", poursuit le manager. Des anglicismes ont d'ores et déjà disparu: les voyageurs ne vont plus retirer leurs billets au "Counter", mais au "guichet".

Cela fait des années que la Deutsche Bahn est raillée pour ses termes pseudo-anglais. En 2007, l'ancien président de l'entreprise, Hartmut Mehdorn, était désigné "fraudeur linguistique de l'année". Un titre déshonorifique remis par l'Association de langue allemande (Verein Deutsche Sprache). A l'époque, l'annonce "thank you for travelling with Deutsche Bahn" était reprise sous forme parodique pour le titre d'un livre: Senk ju vor trävelling.

De l'allemand, oui, mais attention aux dérives

Durant la présidence de Mehdorn, la Deutsche Bahn était devenue une entreprise d'Etat axée sur l'international. L'objectif assumé d'une entrée en bourse avait poussé son dirigeant à multiplier les appels du pieds à une clientèle mondiale. Résultat: des anglicismes à foison.

Aujourd'hui, le ministre fédéral aux transports, Peter Ramsauer, prend le problème à bras le corps mais reste prudent.

Il faut faire des efforts avec discernement."

, expliquait-t-il au quotidien Die Welt. En effet, selon le ministre, ce n'est pas l'utilisation de termes anglais qui pose problème. "C'est le mélange incompréhensible d'anglais et d'allemand qu'il faut à tout prix éviter". Défendre la langue nationale oui, mais attention aux dérives: revenir coûte que coûte à l'allemand frise parfois le ridicule. 




Pays