Connexion

Syndicate content

Revue de presse hebdo: grandes oreilles, nouveau roi et corruption

vendredi, 5 juillet, 2013 - 17:17

Un nouveau venu discret dans l'Union Européenne, des oreilles qui traînent, un avion qui ne décolle pas, un roi qui abdique: revue de presse (très parcellaire!) de l'actualité de la semaine.

"Demo, Hrvatska! Let's go, Croatia!". La semaine a commencé sur une note plutôt positive: "les 27 sont devenus les 28" titrait Le temps ce lundi 1er juillet. 

Croatie: le petit dernier de la famille Europe

La nouvelle n'émeut pourtant pas grand monde, à commencer par les Polonais. "L’Ode à la joie jouée dimanche à Zagreb pour l’entrée de la Croatie dans l’Union au 1er juillet est toute relative. Car il reste de nombreux problèmes à résoudre dans un pays qui passe le seuil sur la pointe des pieds", résume le quotidien Suisse.

Le nouvel état membre de l'Union européenne a beaucoup de problèmes, mais regardez le bon côté des choses: il a une nourriture délicieuse, des kilomètres de côte magnifique et culture riche",

s'amuse The Guardian

Espionnage: le coup de sang des Européens

Cette entrée à peu feutrée est assourdie par les révélations du Guardian et du Spiegel: les Etats-Unis écoutent l'Europe, notamment avec l'aide du Royaume-Uni. "De nouvelles fuites nous montrent comment les Etats-unis espionnent ses alliés européens", explique le quotidien anglais lundi. 

Les grandes oreilles qui fâchent l’Europe"

ironise le Temps du 2 juillet.

C'est l'indignation et la colère qui l'emportent dans la presse européenne: "Les Etats-Unis indignent l'Europe par un espionnage digne 'd'ennemis'" titre El Pais, "Espionnage des USA, la colère des Européens" renchérit le Corriere della Sera. "Espion: l'affrontement Europe-Etats-Unis", abonde La Repubblica. La semaine médiatique va être rythmée par les réactions des différents acteurs politiques et par les analyses de tous bords. La France accusée d'espionnage sur ses citoyens, relaye notamment le Telegraph, se basant sur un article du Monde. Mais ces indignations cédent vite la place à la "realpolitik".

L'asile d'Edward Snowden sera-t-il accepté par un pays Européen? Mercredi, la vieille alliance transatlantique semble plus préservée que jamais,

Datagate, la preuve de paix entre les Etats-Unis et l'Union Européenne",

titre la Reppublica.

La France, l'Espagne et l'Italie ferment leur espace aérien à l'avion d'Evo Morales, craignant qu'il ne transporte le lanceur d'alertes Edward Snowden. Le président bolivien restera quelques heures bloqué à Vienne. "La chasse à Snowden provoque un tollé médiatique" constate le quotidien Autrichien Kurier.

Une deuxième révolution Egyptienne

Hors des frontières du continent, c'est l'Egypte qui a retenu l'attention de la presse européenne: le renversement de Morsi n'était pas une surprise, il n'est pas pour autant sous-estimé. On retrouve la notion de "coup d'état" du 3 juillet à la une de El pais, d'ABC, de la Vanguardia. "Un coup d'Etat ou une révolution?" interroge Le Monde le lendemain. Quant au Guardian, il préfère parler de "deuxième révolution Egyptienne".

Un nouveau roi et un nouveau Saint ?

Cette semaine, quelques évènements nationaux passionnent aussi les Européens: en Belgique, c'est la démission du roi, au profit de son fils, qui créé la surprise: en Belgique, Le Soir place "Le tournant" à sa Une du jeudi 4 juillet et "Le profil du roi" le lendemain.

L'Espagne, elle, est préoccupée par le scandale lié à Luis Bárcenas, ex-trésorier du parti espagnol au pouvoir Partido Popular (PP), accusé de corruption, se trouve en détention préventive depuis jeudi. Accrochez-vous bien, Mesdames et Messieurs, nous allons connaître quelques turbulences prévient le Huffington Post. "La 'mafia' internationale de Luis Bárcenas" titre La Vanguardia.

En Italie, le Pape François veut faire de Jean-Paul II un Saint: "le regretté Jean-Paul II sera bientôt un "saint". Selon le Vatican, il aurait obtenu deux guérisons miraculeuses. La cérémonie pourrait être réalisée cette année" précise le Spiegel.

En Grèce, l'affaire ERT se poursuit. Les employés de l'audiovisuel public qui a cessé d'émettre le mois dernier par ordre du Premier ministre, se font entendre. "Ils protestent contre un projet de loi du parlement ouvrant la voie à la création d' une nouvelle organisation, le New Hellenic Radio Internet et la télévision (Nerit)", nous apprend Ekathimerini




Pays