Connexion

Syndicate content

Corruption : en Angleterre, le pot-de-vin est à la mode

mardi, 9 juillet, 2013 - 15:59

Permis de construire, justice, ou service public: les Anglais versent toujours plus de pots-de-vin, selon l'ONG Transparency International. Au petit jeu de la corruption, l'Angleterre en passe de rattraper le champion, la Russie?

Tous pourris… ou presque. D'après une étude de l'ONG Transparency International publiée dans The Independent, un Anglais sur vingt avoue avoir déjà donné un pot-de-vin aux agents des services publics ces douze derniers mois.

Santé, police, éducation, tout y passe. Un Britannique sur cinq a déjà cherché à corrompre le système judiciaire. Un sur dix aurait également soudoyé un fonctionnaire impliqué dans la délivrance de permis de construire.

Autre facteur mis en lumière par l'étude, la crise de confiance entre la population et l’État. 90% des sondés estiment que le pays est dirigé par "des grosses entités agissant dans leur propre intérêt". Parmi les secteurs perçus comme étant les plus corrompus par la population: les médias (69%) et les politiciens (66%).

Selon Robert Barrington, directeur exécutif de Transparency International UK:

La Grande-Bretagne a été complaisante sur la corruption et doit accepter qu'il y a un problème au Royaume-Uni et pas seulement à l'étranger. Il faut nommer une personne en charge de la lutte contre la corruption dans notre pays et élaborer un plan d'action national afin d'assainir le secteur public et privé"

confie-t-il à The Independent.

Une pratique croissante

Pourtant, la Grande-Bretagne reste encore très loin de certains pays d'Europe. La Russie demeure la figure emblématique de la corruption. La mappemonde interactive Transparency International vient confirmer cette tradition.

En Russie, 92 % des sondés considèrent les fonctionnaires et les agents de l’État comme la catégorie la plus corrompue. Viennent ensuite la police (89%), les juges (84%), les parlementaires (83%), les partis politiques (77%) et les médecins (75%).

Pire, l'an dernier le soupçon se portait même à 47% sur… les professeurs.

On estime qu'une personne sur quatre dans le monde a déjà corrompu quelqu'un ces douze derniers mois.




Pays