Connexion

Syndicate content

Radiographie de la santé sexuelle des Espagnols

mercredi, 4 septembre, 2013 - 13:54

Revue du web Moins de tabous et plus de risques… En matière de sexe, les Espagnol(e)s ont fait du chemin depuis 30 ans. Le quotidien El Mundo fait le point sur la santé sexuelle ibérique.

Moins de tabous mais plus de MST… C'est le bilan tiré par le journal espagnol El Mundo, qui a interrogé une série d'experts sur la révolution sexuelle opérée par les Espagnol(e)s ces dernières décennies.

Le pays a parcouru beaucoup de chemin en peu de temps: de nombreuses peurs ont été dépassées, de nombreux tabous aussi, et la femme a acquis un rôle plus important et plus actif",

souligne ainsi Ezequiel Pérez Campos, président de la Société espagnole de la contraception. 

Et El Mundo de rappeler par exemple le chemin de croix endurées par les générations précédentes pour se procurer des préservatifs.

Aujourd'hui trouver un préservatif est beaucoup plus facile, que ça soit dans les pharmacies, les supermarchés ou les distributeurs automatiques. Il y a 30 ans tout cela était inimaginable",

témoigne Carlos de la Cruz, responsable des programmes d'éducation sexuelle dans la commune de Leganés et directeur du Master de sexologie à l'université Camilo José Cela de Madrid.

Baisse de vigilance 

Mais la sexualité s'est émancipée de certains tabous et que la conscientisation a progressé, la santé sexuelle des Espagnol(e)s peut encore s'améliorer. Car les maladies sexuellement transmissibles (MST), elles, augmentent toujours aussi régulièrement.

Toutes les MST, absolument toutes, sont en augmentation progressive et continue",

s'alarme José Luis Blanco, spécialiste du service des maladies infectieuses à l'Hôpital de Barcelone.

Par exemple la chlamydia, dont les chiffres de contamination avoisinent les 8 cas pour 100.000 habitants. De même pour le virus du papillome humain (VPH en anglais), première cause de consultation en Espagne.

La raison de cette recrudescence des MST? Un coupable, identifie José Luis Blanco, l'expert interrogé par EL Mundo: un relâchement de la vigilence vis-à-vis des méthode de protection.

Les gens sont moins vigilants principalement parce que l'incidence du sida a considérablement baissé ces dernières années, grâce aux nouveaux traitements. C'est une maladie que nous sommes heureusement capables de contrôler, et dont les gens n'ont plus peur. De plus, elle est socialement moins stigmatisée qu'auparavant, notamment chez les hommes homosexuels".

La plus grande faiblesse de l'Espagne en la matière? L'éducation sexuelle, répondent unanimement les spécialistes consultés. Celle-ci est absente des programmes scolaires et fait donc plus tard défaut à une meilleure santé sexuelle.

"Or l'éducation sexuelle se doit d'exister. La cacher ne crée que plus de tabous", martèle Pérez Campos, le président de la Société espagnole de la contraception.




Pays