Connexion

Syndicate content

La bague d’Hitler vendue aux enchères

jeudi, 5 septembre, 2013 - 12:22

100.000 dollars, soit 76.000 euros: c'est le prix de la bague d'Hitler, bientôt mise en vente aux Etats-Unis. Une somme qui n'effraie pas les collectionneurs américains friands des reliques du Troisième Reich. 

Après avoir disparue pendant des années, la bague offerte par le joaillier Karl Berthold à Hitler vient de refaire surface. L'hôtel des ventes américain Alexander Historical Auctions, spécialisé dans les documents historiques, les autographes et souvenirs de guerre en a fait l'acquisition. La vente de ce bijou, prévue dans les prochains jours, doit rapporter la modique somme de 76.000 euros.

"Un témoignage des excès du Troisième Reich"

Le quotidien allemand die Welt parle d'un objet "étrange et rare", le Spiegel d'une "relique bizarre de la période national-socialiste". Tous soulignent l'authenticité du bijou, attestée par l'hôtel des ventes, documents à l'appui. Confectionnée en argent, la bague était autrefois recouverte d'un revêtement d'or aujourd'hui disparu. Elle représente une croix gammée faite de rubis soutenue par des épées et d'autres croix gammées. Le bijou sera vendue avec son écrin, un globe en argent.

Le commissaire-priseur Bill Panagopoulos explique au Washington Examiner que ce bijou est le bien le plus précieux de l'ancien dictateur nazi. Pour le spécialiste, "il s'agit d'un témoignage des excès du Troisième Reich".

L'histoire veut qu'un soldat américain ait dérobé cette bague ainsi que la montre et le pistolet du Führer, tous deux en or, et les ait tenus cachés, avant de les vendre 30 ans plus tard à un collectionneur. Depuis, la bague serait passée dans plusieurs mains et certains propriétaires auraient déboursé près de 400.000 euros pour se l'approprier, selon le commissaire-priseur.

L'hôtel des ventes a aussi fait l'acquisition de la broche d'Hermann Göring, ancien dignitaire nazi et commandant en chef de la Luftwaffe. Le bijou en or, recouvert de pierres précieuses, apparait sur nombre de photos représentant Göring. Selon le Spiegel, cette broche devrait se vendre dans les 20.000 dollars.

"Les objets nazis sont ceux qui se vendent le mieux"

Une question demeure: qui achète ces sinistres breloques? Si l'on en croit Bill Panagopoulos, "ces reliques nazies et objets de la Seconde Guerre Mondiale sont actuellement ceux qui se vendent le mieux".

Force est de constater que le national-socialisme est vendeur. Le Figaro rappelait en 2011 que l'hôtel des ventes américain Alexander Autographs avait vendu une écritoire en cuivre, gravée aux initiales du Führer et ayant servi à la ratification des accords de Munich en 1938. Un collectionneur américain se l'était appropriée pour la somme de 410.000 euros, soit près de 310.000 euros.

Qu'est-ce qui pousse un collectionneur à se les procurer? La place de ces témoignages de l'Histoire n'est-elle pas dans un musée, comme celui de Nuremberg, par exemple? Créé en 2010, ce mémorial dédié aux grands procès de 1945 est l'un des plus grands musées consacrés à la période nazie, au sein même des bâtiments qui abritèrent les congrès du parti national-socialiste.

Ulrich Maly, le maire de la ville, se livrait au quotidien belge La Libre Belgique à l'occasion de l'ouverture du site. Pour lui,

la culture du souvenir a évolué".

Les Allemands sont désormais prêt à faire face à l'Histoire, à en exposer les facettes les plus sombres. Pourtant, il est normal que la mémoire des atrocités nazies reste présente. Le Süddeutsche Zeitung évoquait la semaine dernière la polémique qui entoure le mémorial. Jamais restauré, le bâtiment s'écroule et les éventuels travaux font déjà grincer des dents.

En vérité, la difficile conciliation entre devoir de mémoire et danger inconscient de faire l'éloge du Nazisme reste toujours d'actualité. C'est elle, d'une certaine manière, qui contribue à ce que des bijoux nazis soient, aujourd'hui encore, vendus à des collectionneurs privés, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons.




Pays