Connexion

Syndicate content

Comment Londres a secrètement soutenu Pinochet

mercredi, 11 septembre, 2013 - 15:15

Revue du web Alors que le Chili commémore les 40 ans du coup d'Etat et de la mort d'Allende, The Guardian révèle comment Londres a soutenu Pinochet. Le Foreign Office a influencé des journalistes et infiltré les comités de solidarité au peuple chilien. Thatcher, par la suite, a vendu des armes à son ami dictateur.

Il y a tout juste 40 ans, un coup d'Etat militaire précipitait le Chili dans seize longues années de dictature. Ce 11 septembre 1973, l'armée chilienne, pilotée par le Général Pinochet, attaque le palais présidentiel de la Moneda, où résistera jusqu'à sa mort le président démocratiquement élu trois ans plus tôt, Salvador Allende. Les démocrates du monde entier sont horrifiés. Pas le Foreign Office, note le Guardian.

Des taupes dans le mouvement de solidarité au Chili

Dans son article Uncovering Britain's secret role in protecting Chile's 1973 coup, la journaliste Grace Livingstone revient sur la réaction de la diplomatie britannique au coup d'Etat au Chili, à la lumière de documents secrets déclassifiés cette année. Les diplomates anglais réservent en effet leurs plus vive critiques… aux militants des droits de l'homme et aux journalistes qui tentent d'alerter le monde sur les disparitions et tortures perpétrées par le régime pinochétiste.

Comme ce chef du département Amérique latine du Foreign Office qui se plaint :

Les Chiliens doivent se demander pourquoi diable une telle attention est accordée à leur changement de gouvernement. La vérité est que le Chili est désormais la cible d'une organisation internationale, le Mouvement Solidarité Chili. Le Chili est la nouvelle croisade choisie par organisation de gauche".

Des officiers des services secrets sont alors envoyés pour infiltrer la campagne Solidarité Chili, un mouvement soutenu par des députés travaillistes, des syndicats, des étudiants et des chrétiens de gauche.

Manipulation des journalistes

Regrettant la propagande des journalistes contre l'armée chilienne, le Foreign Office entreprend de manipuler les informations, comme lorsqu'une équipe du programme Panorama de la BBC en visite au Chili en novembre 1973 bénéficie d'une "coopération maximale de la junte militaire" grâce à l'intervention des officiels britanniques. Evoquant le sujet tourné par les journalistes, un membre de l'ambassade britannique à Santiago se félicite ainsi de "l'équilibre du programme" qui "devrait être de 60 à 75% favorable au nouveau régime".

Autre secret livré, plus émouvant, celui de la vague d'inquiétude et de solidarité exprimée par l'opinion publique britannique. Des lettres et des lettres adressées au gouvernement d'Edward Heath pour qu'il agisse contre Augusto Pinochet. Elles sont signées d'un couple de retraité de Leicester, d'une "famille consternée" de Londres, d'étudiants, et même d'un certain jeune nommé… Gordon Brown, l'ex-chef du gouvernement britannique.

Le gouvernement Thatcher, pourvoyeur d'armes à Pinochet

Les plus nombreuses émanent des syndicats. Le syndicat des constructeurs navals exhorte ainsi le gouvernement à ne pas vendre de navires de guerre à Pinochet, même si la perte de ces contrats devait menacer leurs emplois. Pour toute réponse, le gouvernement britannique envoie des espions sur les chantiers navals pour vérifier que ces travailleurs suspects ne sont pas en train de saboter les navires en partance pour le Chili…

L'arrivée des travaillistes au pouvoir en 1974 met fin aux ventes d'armes vers le Chili, et aux crédits accordés à Pinochet. Reste que les contrats d'armement sont signés, et doivent être honorés. Le Guardian raconte comment des employés d'une usine en Ecosse refuseront de monter les moteurs des avions bombardiers vendus à Santiago. Rolls Royce sera alors obligé de rompre son contrat avec l'armée de l'air chilienne.

Moins sensible au sort des Chiliens fut en revanche la dame de fer… Margaret Thatcher accède au pouvoir en 1979 et intensifie les relations diplomatiques avec son "vieil ami Pinochet". La brève tentative de "diplomatie éthique" initiée par les travaillistes aura dès lors vécu. Les documents déclassifiés révèlent qu'en juin 1982 le gouvernement Thatcher vend à la dictature chilienne deux navires de guerre, 10 chasseurs bombardiers, 60 missiles, des équipements de communication, des mitraillettes et des munitions.




Pays