Connexion

Syndicate content

Rémunération des profs en Europe: de 400 à 8000 € par mois

mercredi, 18 septembre, 2013 - 12:13

La rémunération des enseignants du secondaire est 20 fois plus élevée au Luxembourg qu'en Bulgarie. Un écart stupéfiant qui ne suffit pas à expliquer la différence de prestige attaché à la profession.

Avec 4780 euros de salaire annuel, les enseignants bulgares dans le secondaire (collège et lycée) sont les moins bien lotis de l'UE. A niveau équivalent, les professeurs luxembourgeois ne touchent pas moins de 104.049 euros en moyenne. Cette disparité au sein de l'UE explique en partie que ce métier à vocation soit plus ou moins prisé en Europe.

40.000 postes de plus en France cette année

Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, assurait début septembre que 40.000 enseignants seraient recrutés en 2013. Cette mesure s'ajoute au plan d'urgence du Premier ministre en 2012, qui avait recruté 6000 enseignants dans le secondaire. Ce changement de politique induit une certaine attractivité du métier. Le nombre de candidats au concours a augmenté de 7,4% en 2012.

Selon l'étude Eurydice établie par la Commission européenne, en France, un professeur certifié (enseignant en collège ou en lycée) toucherait en moyenne 25.228 euros par an en début de carrière et 47.477 euros au bout de 30 ans d'ancienneté. Le temps de travail d'un professeur certifié est de 18h par semaine contre 15h pour un professeur agrégé.

Selon l'OCDE, au primaire, le salaire des enseignants français serait inférieur de 30% à celui du salaire moyen dans l'Union européenne. Un écart qui tombe à 10% dans le secondaire. Attention aux conclusions hâtives, la Cour des comptes indique que le faible salaire des enseignants n'est pas lié à un temps de travail plus faible, mais à un effectif de profs plus élevé qu'ailleurs.

Au collège, le nombre d'élève par classe est de 24,7 en moyenne, selon les chiffres du ministère

L'Allemagne en manque d'effectifs

La rémunération d'un prof en Allemagne est fixée en fonction du type d'établissement, de son âge et de son statut: salarié ou fonctionnaire. Outre-Rhin, ce sont les länder qui sont responsables de la rémunération, et le différentiel est parfois saisissant. A l'Est de l'Allemagne, Berlin comprise, les professeurs restent des salariés et perçoivent à ce titre des centaines d'euros de moins que leurs collègues fonctionnaires de l'Ouest.

Selon la Commission européenne, les professeurs allemands sont mieux payés que la plupart de leurs collègues européens. Les professeurs de niveau collège sont payés entre 42.200 et 57.900 en fonction de l'ancienneté. Au lycée, cette rémunération s'échelonne entre 45.400 et 64.000 euros.

Partout en Allemagne, le manque de professeurs se fait sentir. Dans les années à venir, le pays pourrait manquer de 30.000 candidats pour pourvoir tous les postes. En Bavière, le manque d'effectif au collège et en centre de formation professionnel est criant, rappelle le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. En Saxe Anhalt, les profs doivent travailler plus pour combler les trous.

Autre particularité du pays, les enseignants sont aussi habilités à donner plusieurs cours différents. La combinaison mathématiques/sport est l'une des plus recherchée. Quand cela est possible, les candidats répondant aux critères partent souvent à l'Ouest où le salaire est le plus élevé. En effet, le diplôme n'est pas encore reconnu au niveau fédéral. Une situation qui devrait changer dès 2014 et pousser toujours plus les enseignants à se tourner vers le land le plus offrant.

En Espagne, le métier subit la crise

En 2012, le nombre d'enseignants a baissé en Espagne. Une première en vingt ans. Une nouvelle conséquence des coupes budgétaires opérées dans l'Education depuis le début de la crise.

Les budgets scolaires étant gérés par les régions, les fiches de paie peuvent varier d'une Communauté autonome à l'autre: le salaire annuel brut d'un professeur de secondaire s'échelonne entre 33.000 euros et 46.000 euros, variable selon l'ancienneté et diverses primes. Un chiffre qui, selon l'OCDE, place les professeurs espagnols dans le haut de la fourchette européenne.

A titre d'exemple, en 2013, selon le syndicat CCOO, le salaire mensuel d'un prof du secondaire dans la capitale espagnole est de 2250 euros bruts. Dans un pays où le revenu minimum est de 750 euros, certains dirigeants de droite n'ont pas hésité, ces derniers mois, à présenter les enseignants comme des «privilégiés».

A l'image de la très médiatique Esperanza Aguirre, ex-présidente de la région madrilène, qui avait lancé:

La majorité des Madrilènes travaillent plus de 20 heures par semaine."

Des propos qui avaient suscité une vive polémique.

Au collège, les professeurs espagnols, qui ont en charge 24 élèves par classe en moyenne, doivent assurer 713 heures de cours (et 693 au lycée), un chiffre supérieur à la moyenne des pays de l'OCDE.

Le système finlandais, l'éternel modèle

D'après l'enquête PISA publiée régulièrement, le système finlandais est l'un des plus performants. Il permettrait une meilleure égalité des chances face à la réussite sans tenir compte des différences socio-économiques des ménages.

Selon l'étude d'Eurydice, le salaire annuel brut des professeurs se situe entre 33.669 et 43.790 euros pour le premier cycle du secondaire contre 35.703 et 47.270 euros pour les professeurs du second cycle.

En Finlande, c'est la Direction nationale de l'enseignement qui fixe de manière globale les savoirs à acquérir. Ensuite, les enseignements sont organisés de manière locale, ce qui laisse au professeur une large marge de manœuvre dans l'organisation de ses cours. Le recrutement des profs se fait sur concours après une formation de 5 ans à l'université.

C'est en partie cette grande autonomie qui explique que le métier de professeur soit toujours autant apprécié dans le pays, bien plus que le critère salarial, rapporte le quotidien allemand die Zeit à travers une interview. Selon Pasi Sahlberg, spécialiste des systèmes éducatifs en Finlande, 

l'enseignement reste un métier de rêve, mais il faut lutter contre la standardisation qui reste le pire ennemi de la créativité et de l'innovation dans l'école".

Cette année, pas moins de 20.000 candidats ont passé le concours de l'enseignement en Finlande. Mais la concurrence est rude, notamment pour les classes de CP où 8.500 personnes se pressent pour seulement 750 places. Pour devenir professeur, les Finlandais doivent passer un test écrit, le Vakava, qui a lieu un jour précis au niveau national. Un mois avant le test, tous les candidats reçoivent par internet un dossier de 200 pages avec des textes centrés sur le thème de l'éducation.

 




Pays