Connexion

Syndicate content

Les Européens n’ont plus le goût du luxe

mardi, 24 septembre, 2013 - 13:29

Depuis la crise, les produits de luxe fabriqués en Europe sont délaissés par les Européens au profit des touristes étrangers, Chinois, Russes, Emiratis plus que jamais fascinés par Gucci, Vuitton, Chanel, Cartier, Dior et autres...

Le luxe européen, inaccessible… aux Européens. C'est le constat d'une étude menée par Ipsos. Le faste et le prestige des grandes marques du Vieux Continent continue pourtant de faire rêver. Mais depuis la crise de 2008, le portefeuille des Européens, même siglé Lancel ou Vuitton, n'est plus très épais. 

Ainsi, 74% des Espagnols estiment en 2013 que le luxe est devenu "un monde inaccessible" pour eux (contre 63% en 2007). Même chose pour les Français (76%) et, dans une moindre mesure, les Italiens (49%).

Les économies les mieux portantes de l'Union ne sont pas en reste. Même dans la prospère Allemagne, pour 57% des personnes interrogées, le luxe est inabordable contre seulement 50% en 2007. Et outre-Manche, 59% des sujets de Sa Majesté estiment que les produits de luxe ne sont pas pour eux.

La faute aux Russes et aux Chinois

Pour Rémy Oudghiri, Directeur du département Tendances & Insights, Ipsos Public Affairs et auteur de l'étude, ce désamour des Européens n'est pas qu'une question de moyens. Les responsables seraient les riches touristes étrangers qui dépensent sans compter auraient mis la barre trop haut. En 2013, l'UE était la première destination touristique au monde. Chaque année, l'industrie du tourisme constitue 10% du PIB de l'Union et emploie un peu moins de 10 millions de personnes sur tout le continent.

Pour ces millions de touristes, venus la plupart du temps de Russie, de Chine ou encore des pays arabes, l'idée de luxe est naturellement accolée à l'Europe. Des marques comme Gucci, Louis Vuitton, Chanel, Rolex, Mercedes, Dior ou Armani sont citées spontanément comme les emblèmes de cet univers.

Face à l'afflux d'étrangers richissimes, les magasins de luxes se sont adaptés en multipliant les vendeurs et autres conseillers maîtrisant le chinois, l'arabe ou le russe. Des investissements qui seraient responsables de la hausse vertigineuse des prix dans les boutiques des grandes marques pour le plus grand profit de LVMH, L'Oréal, Kering PPR, Richemont…

65% des personnes interrogées ont la conviction que les produits de luxe sont nettement plus chers depuis 2008. Une date qui correspondant au début de la vague de rachat de grands symboles du luxe à la française. Récemment, le Qatar a fait l'acquisition d'une série d'hôtels luxueux de Paris comme le Royal Monceau ou encore le Concorde Lafayette.

Côté chinois, c'est plutôt la bonne chère du pays qui est plébiscité. En mai 2013, les vins Château Bon Pasteur, Rolland Maillet et Château Bertineau sont devenus la propriété du groupe, Goldin Financial Holdings Limited, dont le siège est à Hong-Kong.

Mais les investisseurs de la République populaire de Chine n'hésitent également pas à racheter des marques plus prolétariennes. Le 29 mai 2013, c'est Justin Bridou et la marque Cochonou qui tombaient dans les bras d'un fonds d'investissement chinois, Shuanghui International Holding pour un montant de 7,1 milliards de dollars.




Mots clés
, , , , , , , , , , ,
Pays