Connexion

Syndicate content

Tony Blair ajoute l’Albanie à son tableau de chasse

lundi, 7 octobre, 2013 - 14:56

L'ancien premier ministre britannique va faire campagne pour l'adhésion de l'Albanie à l'Union européenne. Un client de plus pour ce redoutable conseiller et businessman.

D'où vient cette étrange histoire d'amour entre Tony Blair et l'Albanie? La presse britannique n'a pas encore trouvé la réponse. Elle s'est donc pour l'heure contentée d'annoncer la nouvelle: l'ancien Premier ministre va mettre son influent sourire carnassier au service de ce petit pays d'Europe du Sud.

Campagne d'adhésion à l'UE

Sa mission? Aider Tirana dans sa (laborieuse) campagne d'adhésion à l'Union européenne. En somme, un rôle de lobbyiste de luxe. Tony Blair a été recruté par le tout nouveau premier ministre albanais, le socialiste Edi Rama, nommé le 15 septembre dernier après la victoire de sa liste aux élections législatives de juin.

Edi Rama aura d'ailleurs bien besoin de sa médiatique recrue, après une campagne menée autour d'une promesse en particulier: l'adhésion à l'UE.

L'orientation vers l'Europe est immensément importante, et personnellement j'aimerais voir le pays rejoindre la famille des nations européennes",

a expliqué Tony Blair, en visite dans la capitale albanaise.

La tâche sera toutefois rude. La Commission européenne avait accueilli très fraichement en 2009 la première candidature de ce petit pays de 3,2 millions d'habitants et reporté l'ouverture de négociations. L'Albanie n'en faisait pas assez contre la corruption et le crime organisé aux yeux de Bruxelles, et devait concrétiser ses réformes démocratiques. Quatre ans après, elle veut prouver qu'elle a avancé sur ces dossiers et vise la reconnaissance de sa nouvelle candidature avant la fin 2013.

L'Albanie est l'un des pays les plus pauvres d'Europe. Près de 15% de sa population vit avec moins de deux dollars par jour, et le salaire moyen y est de 265 euros par mois.

Le très demandé lobbyiste Blair

Tony Blair fera-t-il l'affaire des Albanais? En tous cas il ne les ruinera pas: son équipe d'assistants qui s'installera à Tirana ne facturera rien au gouvernement albanais, mais sera payée via des fonds d'institutions internationales, explique son entourage sans plus de précisions.

En revanche l'Albanie fera pour sûr les affaires de Tony. A l'image d'un Bill Clinton conférencier ou d'un Gerhard Schröder au service du russe Gazprom, l'ancien premier ministre britannique a pleinement réussi sa reconversion, pour ne pas dire qu'il mange à tous les râteliers… Pour le plaisir, voici un extrait non exhaustif des fonctions qu'il exerce depuis qu'il a quitté le 10 Downing Street en 2007:

  • Conseiller de la Mubadala Development Company, un fonds souverain d'Abou Dhabi, actif notamment dans l'exploitation minière en Afrique,
  • Conseiller international de la banque américaine JP Morgan qui lui verserait un salaire annuel de 2 millions de livres,
  • Conseiller "changement climatique" auprès de Zurich Financial Services, un groupe d'assurance suisse,
  • Conseiller spécial du gouvernement du Kazakhstan et de son autoritaire chef d'Etat, Nursultan Nazarbayev, depuis 2011, et donc de l'Albanie depuis 2013,
  • Emissaire du Quartet (UE, Russie, USA, ONU) pour la paix au Moyen-Orient,
  • Professeur à l'université américaine Yale (2008-09), où il donne le cours "Foi et mondialisation",
  • Conférencier international, il toucherait jusqu'à 250.000 dollars pour 90 minutes d'allocution,
  • A ses heures perdues, Tony Blair oeuvre enfin à la bonne gouvernance en Afrique, via à son Africa Governance Initiative.



Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere