Connexion

Syndicate content

Journée de lutte contre la pauvreté: l’Europe inégale

jeudi, 17 octobre, 2013 - 14:08

Alors que la journée du 17 octobre est dédiée, comme chaque année depuis 1987, au refus de la misère, Myeurop revient sur le constat alarmant de la Croix-Rouge: l'Europe traverse "La pire crise humanitaire depuis 60 ans". Patrimoine ou revenus, les écarts de richesse augmentent sur le vieux continent.

 

Article paru le 14 octobre mis à jour le 17 octobre.
En Espagne, une personne sur quinze vit avec moins de 307 euros par mois. Soit trois millions de citoyens. Notre voisin ibérique détiendrait, selon Caritas Espagne -dans son rapport du 10 octobre– le record de l'inégalité de répartition des richesses en Europe. Les 20% plus aisés accumulent 7,5 fois plus que les 20% plus pauvres. 

Les chiffres de Caritas font écho aux récentes observations de la Croix-Rouge:

Les riches n'ont jamais été aussi riches ni les pauvres aussi pauvres", 

martèle l'association internationale dans son rapport sur les impacts humanitaires de la situation économique, affirmant que l'Europe traverse "la pire crise humanitaire depuis 60 ans"De son côté, le Crédit Suisse constate une augmentation de la richesse européenne globale de 8000 milliards de dollars en un an seulement (+7,7%). Un double bilan accablant.

Les Allemands plus pauvres que les Chypriotes?

Difficile de résumer la richesse à un seul chiffre. Revenu, pouvoir d'achat, Produit Intérieur Brut par habitant, privations matérielles sévères…: plusieurs indicateurs apportent un éclairage différent du niveau de vie. C'est la notion de patrimoine qu'a retenue la Banque Centrale Européenne dans l'un de ses derniers classements, paru en avril 2013.

Les pays européens sont étudiés selon le patrimoine médian net des ménages*. On constate des écarts importants, de 1 à 8, entre les Etats. Plus étonnant, les moins bien lotis ne sont pas ceux auxquels on pourrait penser.

La queue du peloton revient ainsi….aux ménages allemands, avec un patrimoine médian de 51.400 euros. Ils sont précédés de peu par les Slovaques, avec 61.200 euros, puis par les Portugais (75.200 euros).

En tête du classement, on trouve les ménages luxembourgeois (397.800) suivis par les Chypriotes (266.900) et les Maltais (215.900). La France, elle, se situe dans le milieu du classement, avec un patrimoine médian de 115.800, non loin des Pays-Bas, et, plus étonnant, de la Slovénie. 

Etre propriétaire…ou pas.

Outre-Rhin, la publication a alimenté la thèse d'une Allemagne sacrifiant ses économies pour venir au secours des pays du sud. Mais ces statistiques présentent plusieurs biais:

  • La possession de biens immobiliers rentre pour une part importante dans le calcul du patrimoine; or, on est plus souvent propriétaire au sud (88% des Espagnols) qu'en Allemagne (44%), ou même qu'en Autriche, qu'en Suisse ou qu'en France (59%). Dans ces derniers pays, la location est une solution souvent privilégiée, même par les ménages relativement aisés.
  • De plus, comme l'indique l'étude de la BCE, la composition des ménages diffère selon les Etats: les Maltais comptent en moyenne près de trois membres (2.85), alors que les Allemands à peine 2 (2,04). Dans ces conditions, les foyers maltais ont bien sûr potentiellement plus de patrimoine…mais chaque membre en retire un bénéfice inférieur à titre individuel.
  • Enfin, l'étude ne prend pas en compte les infrastructures publiques et certains services sociaux qui peuvent contribuer à une amélioration substantielle du niveau de vie.

Patrimoine ne rime donc pas avec richesse. L'indice de privation matérielle** en atteste: "seuls" 1% des Suisses et 5,3% des Allemands sont dans cette situation, contre 11,7% des Chypriotes ou près de 30% des Roumains (Eurostat).

(Plus) pauvres et (plus) riches

Au-delà de ces écarts entre pays, les inégalités de richesse au sein de chaque Etat sont criantes.

La pauvreté recule dans le monde et s'accroît en Europe (…), en France, en Roumanie, en Espagne, en Suède et dans de nombreux autres pays,

dénonce la Croix Rouge. "Non seulement il y a plus de personnes qui tombent dans la pauvreté, mais les pauvres deviennent plus pauvres et l'écart avec les populations aisées s'accroît".

Un écart qui s'observe dans la répartition du patrimoine:

  • En France (INSEE), la moitié des ménages déclare un patrimoine brut supérieur à 150.200 euros et possède collectivement 93% du patrimoine national. Les 10% de ménages les mieux dotés détiennent chacun plus de 550.000 euros d'actifs (ce qui représente 48% du patrimoine national), tandis que les 10% les moins bien dotés en possèdent moins de 2.700 euros (soit moins de 0,1% du total).
  • Mêmes inégalités chez nos voisins allemands: 10% des ménages allemands (qui possèdent chacun plus de 440.000 euros) détiennent 60% du patrimoine national (Observatoire des inégalités)
Ces inégalités se retrouvent aussi dans la répartition des revenus:

Les statistiques d'Eurostat montrent qu'en 2001, dans l'Europe des 15 (les données manquent au-delà), les 20% les plus riches avaient des revenus 4,5 fois supérieurs aux 20% plus pauvres. En 2011, cet écart est monté à 5,1.

  • Dans certains pays, l'écart s'est réduit ou est resté constant. C'est le cas en Belgique (4 en 2001; 3,9 en 2011) ou en Norvège (4,8 en 2006; 3,3 en 2011)
  • Dans de nombreux autres Etats, l'écart s'est accentué. En Allemagne, les 20% les plus riches ont des revenus 4,5 fois supérieurs aux 20% plus pauvres, contre 3,6 "seulement" en 2001. Idem au Danemark (4,4 aujourd'hui; 3 en 2001), en France (3,8 en 2003; 4,6 en 2011) ou encore en Espagne (5,1 en 2002; 6,8 en 2011 et 7,5 en 2013 selon Caritas)…

Avec l'accroissement de la distance entre les populations aisées et défavorisées, c'est aussi le nombre d'exclus qui augmente. 

Les nouveaux pauvres

La Croix-Rouge française rapporte un glissement des populations précaires vers la vulnérabilité, la pauvreté et finalement l'exclusion. Malheureusement, cet accroissement des besoins (350.000 personnes supplémentaires sous le seuil de pauvreté de 2008 à 2011, soit 14% de la population française) a rencontré une baisse des financements publics.

Cette part d'exclus, déjà importante en France, est plus accentuée dans plusieurs pays d'Europe: 35% de la population en Arménie vit sous le seuil de pauvreté, 22% en Bulgarie, près de 22% en Espagne et près de 16% en Allemagne (la Croix Rouge).


*Le patrimoine net (net wealth) est constitué de la différrence des actifs et passifs immobiliers (la valeur de la résidence principale des ménages pour les propriétaires, la valeur d'autres biens immobiliers, la valeur des véhicules, la valeur des objets de valeur…), et des actifs et passifs financiers (dépôts, investissements dans des fonds communs de placement, obligations, placements détenus, actions cotées en bourse…)

**L'indicateur est défini comme le pourcentage de la population avec une absence forcée d'au moins quatre des neuf critères de privation matérielle. (Ne pas être en mesure: 1. de payer un loyer ou des factures courantes, 2. de chauffer correctement leur domicile, 3. de faire face à des dépenses imprévues, 4. de consommer de la viande, du poisson ou un équivalent de protéines tous les deux jours, 5. de s'offrir une semaine de vacances en dehors de leur domicile, 6. de posséder une voiture personnelle, 7. un lave-linge , 8. un téléviseur couleur, ou 9. un téléphone.)




Pays