Connexion

Syndicate content

Red Bull, Monster… comment les Européens résistent

vendredi, 25 octobre, 2013 - 09:29

La France vient d’adopter une taxe sur les boissons énergisantes. Une première offensive contre ces produits nocifs pour la santé selon les autorités sanitaires. En Europe, certains pays essayent, eux aussi, de limiter les dangers de ces boissons. 

Il pleut des taxes sur la France et les aliments ne sont pas épargnés. Dans le cadre du projet de loi de finance de la Sécurité sociale pour 2014, l’Assemblée nationale a adopté l’instauration d’une taxe sur les boissons énergisantes.

Les consommateurs paieront donc 1 euro par litre de Red Bull, Monster et autres grandes marques du genre. Soit l’équivalent de 25 centimes d’euros par canette. Le calcul gouvernemental est simple. Près de 60 millions de litres de ces boissons seraient consommés tous les ans en France. De quoi renflouer les caisses de la "Sécu" de… 60 millions d’euros.

La taxe, comme le rappelle Gérard Bapt, rapporteur du texte, permettra également de freiner la consommation de ces boissons chez les plus jeunes.

Un marché florissant

On se souvient que la France était l’un des derniers pays à refuser la venue des boissons de type Red Bull. Mais en 2007, excédé par les réserves françaises, le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, porte plainte au tribunal administratif de Paris et réclame la somme colossale de 300 millions d’euros d’indemnité à la France. La ministre de l’Economie de l’époque, Christine Lagarde se voit obligée de céder. En 2008, le Red Bull débarque dans les supérettes françaises.

Actuellement, le marché de "l’energy drink" représente un peu moins de 145 millions d’euros et progresse d’année en année dans l’Hexagone. Les ventes de Red Bull sont à la hausse (+38% en 2012) et ce malgré les multiples appels à la prudence du corps médical.

Récemment encore, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publiait un rapport sur les risques sanitaires des boissons énergisantes. Il confirme que dans le cadre d’une activité physique ou associés à l’alcool, les produits comme le Red Bull peuvent générer des accidents cardiaques graves chez les consommateurs porteurs de prédispositions génétiques non-diagnostiquées. En France, cela concerne près d’une personne sur mille.

                          

L’anses s’inquiète également de voir de plus en plus d’enfants et d’adolescents se jeter sur ces boissons. Neuf millions des 10-18 ans sont déjà conquis. Un "public sensible" selon l’institut puisque la consommation trop fréquente de Red Bull peut participer au développement de conduites addictives et de sérieux troubles de l’attention.

Des Européens complètement accros

Cette addiction ne se limite pas à la France. Presque toute l’Europe est conquise par les "energy drink". Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), 30% des adultes du continent ont régulièrement recours à ce type de boisson. Certains (12%) en abusent et boivent jusqu'à 4,5 litres "d’energy drink" par mois.

                        

Et alors que le mélange avec l’alcool et fortement déconseillé, les jeunes (53% des ados) mais aussi les adultes (56%) n’hésitent pas à faire des mélanges. Qui n’a jamais entendu parler du célèbre vodka Red Bull si prisé dans les boites de nuit?

De son côté la législation européenne est balbutiante. Les produits contenant plus de 320 milligrammes par litre de caféines doivent porter la mention "teneur élevée en caféine"… On a connu plus dissuasif comme méthode.

Pas une goutte pour les jeunes lituaniens

La Lituanie, par exemple, n’a pas hésité à prendre le taureau par les cornes! Dans une notification envoyée à la Commission européenne, le gouvernement lituanien annonce en début d’année, l’interdiction pure et simple, de vendre des boissons énergisantes aux moins de 18 ans.

La décision est prise à la suite d’une enquête menée en 2010, dans les écoles du pays. Sur les 3382 élèves interrogés, 24,6% d’entre eux consommaient, plusieurs fois par mois, des boissons énergisantes et 10,6% d’entre eux en buvaient plusieurs fois par semaine.

La caféine qui se trouve dans les boissons énergisante a pour effet d'augmenter la tension artérielle, (..) la caféine voit son effet décuplé dès lors qu'elle est consommée avec de l'alcool. La consommation de boissons énergisante peut atténuer les fonctions de perception, et augmente par conséquent les risques d'accident. L'effet conjugué des boissons énergisante et de l'alcool constitue plus particulièrement un danger pour les personnes souffrant de maladies cardiaques, car il accroît la probabilité d'arythmies cardiaques",

rappelle le gouvernement lituanien. Une seconde notification, envoyée quelques mois plus tard, annonce même l’interdiction de toute publicité pour ce type de produit lors des manifestations culturelles (spectacles, théâtre, médias destinés aux moins de 18 ans…).

La mention "à ne pas consommer avec des boissons alcoolisées" devrait également être ajoutée sur chaque canette très prochainement.

Les Scandinaves tout aussi frileux

Les pays du nord de l’Europe sont sur la même longueur d’onde. Le Danemark est par exemple le dernier pays d’Europe à avoir résisté au géant Red Bull. Ainsi, il est impossible de se procurer une canette de boisson énergisante sur le territoire danois.

La Norvège opte pour une solution plus originale. Les "energy drink" sont exclusivement vendues… en pharmacie. Les Norvégiens en petite forme se servent des boissons énergisantes comme d’un médicament. 

Quant à la Suède, elle déconseille la consommation de ce type de produit aux moins de 16 ans. Une étiquette avertit aussi des dangers de ces boissons lorsqu’elles sont consommées avec de l’alcool ou dans le cadre d’une activité physique.

Au Royaume-Uni, le Red Bull est roi

L’encadrement britannique a beau être similaire à celui de la Suède ( la mise en garde concerne aussi les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que les personnes sensibles à la caféine) il n’empêche pas la population de raffoler de ces boissons.

Le Red Bull est la troisième boisson gazeuse la plus consommée derrière Pepsi et Coca-Cola. En 2012, près de 230 millions de canettes ont été vendues en l’espace d’un an. De la salle de sport à la boîte de nuit, le Red Bull fait surtout partie de la vie des jeunes anglais.

D’après l’Efsa, 69% des jeunes britanniques consomment régulièrement des boissons énergisantes. La moitité d’entre eux les mélange avec de l’alcool. Pire encore, 81% des sondés admettent en consommer dans le cadre d’une activité sportive. Ce fut le cas de Ross Cooney.

L’automne dernier, ce jeune joueur de baseball est mort d’une crise cardiaque en pleine partie. Le premier ministre irlandais Bertie Ahern, ordonne une enquête à la suite du décès. Le jeune homme aurait consommé trois cannettes de Red Bull durant la rencontre ce qui expliquerait sa mort brutale. 

Les parents peuvent toutefois compter sur la bonne volonté de certains commerçants. A Plymouth, le gérant d’une supérette a affiché une pancarte, à la demande des parents, indiquant qu’il ne vendrait aucune canette aux adolescents de moins de 16 ans.




Pays