Connexion

Syndicate content

Ne jetez plus, réparons ensemble!

lundi, 4 novembre, 2013 - 16:38

Votre batteur à oeufs fait des siennes? Courez aux Repair cafés. Dans ces ateliers participatifs, on répare ensemble ce qui ne fonctionne plus. Un moyen de consommer moins tout en créant du lien. Né aux Pays-Bas, le concept essaime en Europe. Reportage à Berlin.

Il est à peine 16h et il fait déjà sombre en ce 1er week-end de novembre berlinois. Mais dans le café de l’association KommRum règne une ambiance chaleureuse. Au fond de la grande salle, un petit groupe s’affaire autour d’un nettoyeur vapeur de couleur rouge.

Martin Wagner, un trentenaire aux cheveux courts blonds cendrés, démonte l’intérieur de l’appareil et découvre au bout de 10 minutes, un câble débranché. Joie dans la petite assistance, 4 personnes attablées autour du "malade". "La voilà la cause de ta panne", lance Vira, une berlinoise de 40 ans et propriétaire de l’appareil en question.

Le concept a fait des petits

Vient alors le tour d'une vielle chaine hifi: le groupe s'affaire de nouveau. Après quelques minutes, notre réparateur bénévole parvient à sortir la cassette encore coincée à l’intérieur et à remettre l’engin sur pied. Entre temps sa propriétaire, Ina, l’aura aidé à dévisser et remonter des pièces.

Réparer en commun et gratuitement des appareils endommagés, voilà le principe de cette séance de bricolage connue sous le nom de Repair café. L’idée est née aux Pays-Bas en 2009 et a été importée en 2011 en Allemagne. Tout d’abord à Cologne, avant de s’étendre à tout le pays.


©Delphine Nerbollier

Une association officielle portant le nom de Repair café organise régulièrement ce type de rencontres mais le concept a fait des petits, comme auprès de KommRum. Cette association berlinoise spécialisée dans le soutien aux personnes ayant des problèmes psychosociaux organise depuis septembre ce genre de séances ouvertes à tous.

"Le principe est très simple", confirme notre expert du jour, Martin Wagner :

Les gens ont souvent envie de réparer eux-mêmes leurs appareils, leur iPhone ou autre, mais ont besoin d’un petit coup de main ou d’outils. Je suis là pour les aider".

Pas concurrent des professionnels

Redonner sa place au savoir-faire, valoriser le travail manuel et la débrouille, sont au cœur de ces repair cafés qui ont également vu le jour en France. "Nous réparons ensemble, échangeons des tuyaux", confirme Martin Wagner, qui a apporté ses outils, tournevis et ampèremètre.

D’autres personnes ont un appareil qui traîne depuis des mois dans un coin et qui nécessite une réparation simple. Nous tentons de trouver la panne. Souvent ce sont des appareils sans garantie ou sans valeur commerciale".

Ce bricoleur averti, qui a étudié l’électro-technique mais travaille en tant que thérapeute pour enfant, ne se voit toutefois pas comme un concurrent des professionnels.

Absolument pas ! Les professionnels ne veulent souvent pas réparer ce genre d’appareils. Les gens eux-mêmes ont perdu l’habitude de faire réparer. Pourquoi le faire quand on peut trouver une chaine hifi dernier cri pour 50 euros ?".

Consommer moins

Ces séances gratuites incitent donc aussi à changer les mentalités en consommant moins. "C’est assurément une attitude anti consommation", confirme notre bricoleur. "Cela évite de jeter des appareils et d’en acheter d’autres". Vira, la propriétaire du nettoyeur vapeur confirme :

On nous pousse à acheter sans cesse. C’est dommage de jeter et cela détruit l’environnement. Et regardez comme c’est motivant de voir des gens sympas s’affairer de la sorte. C’est cela, la créativité".

La séance, ludique et gratifiante pour tous, n'a duré que 2 heures mais Martin aura réussi à réparer deux chaines hifi. En revanche, pas de chance pour le nettoyeur vapeur. Même une fois le câble rebranché, l’appareil ne fonctionne pas. "Il faut changer le moteur", diagnostique Martin Wagner catégorique. "Je ne peux rien faire aujourd’hui, il faut trouver la pièce de rechange". Vira rentre chez elle, déçue mais pas trop : elle assure avoir passé un bon moment avec des gens de son quartier.




Pays