Connexion

Syndicate content

Agenda culturel européen: Ayo, babyfoot et vin chaud …

mardi, 3 décembre, 2013 - 17:12

Que faire cette semaine à Londres, Berlin, Thessalonique ou encore à Lisbonne? Expos, concerts, cinéma et inclassables: les coups de cœur de nos correspondants.

Londres: Paul Klee à la Tate Modern

S’il a évolué avec son époque et s’est essayé aux styles successivement déployés par ses pairs, en particulier le cubisme, le surréalisme et le Bauhaus, l’artiste germano-suisse n’est resté prisonnier d’aucun d’entre eux. La Tate Modern a voulu en rendre compte en utilisant un outil majeur de l’œuvre de Paul Klee: un catalogue sur lequel il a recensé à partir de 1911 chacune de ses œuvres.

Pour plus de facilité, elles sont également toutes numérotées par année de réalisation: l’inscription "1922, 152" dans le coin gauche du tableau l’Aventure d’une jeune femme indique ainsi qu’elle est sa 152e œuvre de l’année 1922. En choisissant d’exposer ses peintures de manière chronologique, le commissaire de l’exposition permet ainsi de découvrir que Paul Klee réalisait en plusieurs jours des tableaux radicalement différents. Une exposition passionnante à la scénographie remarquable qui explique pourquoi Paul Klee est toujours considéré comme l’un des maîtres de la peinture contemporaine.

Paul Klee: Rendre visible, à la Tate Modern, Londres, jusqu’au 9 mars 2014.

 

Portugal: la très populaire Foire de Lisbonne rouvre ses portes

Elle n’existe plus et pourtant elle revit. La Foire populaire de Lisbonne, démantelée il y a dix ans, rouvre ses portes pour les fêtes de fin d’année, et cela pour la 4ème année consécutive. Créée en 1960 et véritable institution Lisboète durant des décennies, son évocation fait briller les yeux des habitants. Plongé dans les attractions surgies des années 60, on remonte le temps -avec le babyfoot ou le kart pour enfant- et on profite de manèges plus contemporains, 18 au total.

Les allées étroites de la foire, ses restaurants et ses baraques ou l'on déguste beignets, barbe à papa ("coton sucré" en portugais) ou pain au chorizo, en font un village de fête amusant. Un cirque de 3.000 places y est installé, avec le cirque Chen, représentant de la plus pure tradition du genre. Déjà, on joue à guichets fermés pour certaines séances. Enfin, en cadeau bonus, et pour contrarier la crise : les forains ont institué le jour de l’attraction à 1 euro.

De 13h à minuit le weekend, à partir de 15h en semaine. Feira popular- Entrecampos- Avenida da República, Lisbonne.
Entrée gratuite. Jusqu’au 26 janvier 2014.

Allemagne: marchés de Noël, récital de piano et Munch

  • En Allemagne, décembre sonne l’heure des marchés de Noël. À Berlin, le plus réputé se situe sur la très belle place Gendarmenmarkt, entre les deux églises francaise et allemande et au pied de la salle de concert Konzerthaus. Les odeurs de vin chaud, de saucisse, et de pains d’épices accompagnent les badauds dans leur découverte des stands d’artisanat tous plus illuminés les uns que les autres. 

Ouvert les après-midis jusque tard dans la soirée.

  • Cette semaine, la Philharmonie de Berlin accueille le célèbre pianiste turc Fazil Say pour un récital autour de Mozart, Beethoven, Chopin et Janacek. Le pianiste turc retrouve la ville où il a étudié durant trois années pour un concert qui s’annonce comme toujours exceptionnel, dans une salle mythique.

Le 5 décembre à 20h, récital de Fazil Say.

  • Berlin célèbre le 150ème anniversaire d’Eduard Munch. Le peintre norvégien expressionniste avait fait scandale en 1892 lors d’une exposition organisée dans la capitale. 121 ans plus tard, une partie de cette même exposition est de nouveau présentée à Berlin, dans le quartier de Potsdamer Platz que Munch a justement souvent représentée. Certes ce ne sont que des reproductions présentées en plein air sur la place mais qui expliquent l’influence de l’Allemagne et de Berlin sur le peintre norvégien.

Du 29 novembre au 26 décembre. Gratuit.

Turquie: du cinéma italien, Miró et opéra au programme

  • Cette semaine, les salles obscures du cinéma Majestic, situé au cœur d’Istanbul, mettent le cinéma italien à l’honneur. Comme chaque année, les films italiens récents et récompensés lors de festivals internationaux seront projetés, et pour certains en présence du réalisateur et des acteurs. Cette année, sept films sont au programme, tels que Viva la Liberta de Roberto Ando ou Viaggio Solo de Maria Sole Tognazzi.

4ème édition du festival "Meeting Italian Cinema". Tous les jours au cinéma Majestic, les séances sont à 16h, 18h et 20h30.

  • L’école des Beaux-Arts Mimar Sinan, située à Tophane sur la rive européenne, accueille 60 travaux tirés de deux collections de Joan Miró, considéré comme l’un des plus importants artistes du XXème siècle.

L’exposition Miró Istanbulda est ouverte tous les jours de 10h00 à 19h00 jusqu’au 19 janvier 2014.

  • Voici une bonne raison d’aller visiter Antalya en décembre. En plus de son habituelle richesse culturelle, la ville propose une quinzaine d’opéras et ballets tout au long du mois. Au programme Tangopera, la Traviata ou encore Le mariage de Figaro. Cette année, l’opéra de la ville donne une importance particulière aux enfants en proposant également des spectacles et comédies musicales pour les plus petits. Le programme du mois s’ouvre d’ailleurs avec un opéra pour les enfants, Haydi Çocuklar Operaya (Allez les enfants, allons à l’opéra).

Programmation d'opéras et ballets, tout décembre, à Antalya.

Grèce: Thessalonique inaugure sa nouvelle promenade

Après deux ans et demi de travaux, le nouveau front de mer de Thessalonique s’est ouvert au public ce weekend. Faisant suite à la promenade historique (celle qui va du port à la Tour blanche, monument emblématique de la métropole du Nord), cette succession de sept parcs, agrémentés ici et là de pavillons en verre sur cinq kilomètres va redonner sa splendeur à l’une des plus belles baies du monde.

Ce réaménagement est le premier pas d’une nouvelle politique de la ville, initiée par l’atypique maire de Thessalonique. Ce dimanche 1er décembre était en outre le premier jour de l’application d’une mesure pilote: la piétonisation tous les premiers dimanches du mois. Les Saloniciens sont invités à laisser leur voiture pour venir savourer leur nouvelle ville.

L’espace ainsi laissé libre donne corps à une grande fête: concerts de musique populaire et classique, des concours de danses grecques mais aussi  indiennes et latinos, des ateliers pour enfants, des spectacles de marionnettes des manifestations sportives sur terre et sur mer, des ateliers cuisine en plein air, grands et petits se sont réapproprié leur "Promenade des Anglais" grâce à un beau  soleil, malgré le froid cinglant. Et ce jusqu’à tard dans la nuit.

Balade du ouveau front de mer de Thessalonique.

Hongrie: inauguration du centre Robert Capa 

La Hongrie inaugure cette semaine son premier vrai musée de la photographie. Le centre Capa n’a pas encore de site internet (n’existe pour le moment qu’une page Facebook ) mais il a officiellement ouvert ses portes aux curieux et VIP le 2 décembre.

Cette soirée de vernissage a été un véritable carton. Elle a été couronnée par un concours de photographies où les participants du "Projet Capa" avaient pour seule règle de s’inspirer du célèbre photographe, sans toutefois le copier.

Car c’est là toute la subtilité du "Capa közpönt", nouveau centre contemporain de photographie: à ce jour aucune photo du grand maître n’y est encore exposée et il n’est pas prévu de collection Capa permanente. Aussi, ceux qui, à l’occasion du centenaire de sa naissance, voudraient se plonger dans l’univers visuel d’un des Hongrois les plus célèbres au monde se tourneront plutôt vers l’exposition temporaire (jusqu’au 12 janvier), intitulée "Robert Capa l’espiègle" au musée national. Des photographies issues de l’ICP New Yorkais, complétées par divers documents d’époque, se dessine le portrait d’un photojournaliste incontestablement exceptionnel.

"Robert Capa l’espiègle", exposition au musée national, jusqu'au 12 janvier.
Inauguration du centre contemporain de photographie 
Capa.

France: Transmusicales, Robert Wilson et Reims Scènes d'Europe

  • Pour cette 35 édition, qui débute aujourd'hui, les Transmusicales devraient encore une fois apporter leur lot de bonnes découvertes. Jusqu'à dimanche, quelque 80 artistes de tous horizons, Europe en tête, vont enflammer Rennes: on pourra (re)découvrir le Belge Stromae, le londonien Benjamin Clementine, le funk allemand de Oum Shatt ou encore les Ukrainiens de Dakhabrakha

www.lestrans.com. Jusqu’au 8 décembre à Rennes

  • L'Américain Robert Wilson est à l'honneur cet automne à Paris. Au Louvre, depuis novembre et pour deux mois encore, il est au coeur de rencontres et d'interventions en tous genres, dans le cadre du festival d'Automne. Ayant carte blanche, le metteur en scène, souvent qualifié d'"artiste total", a choisi de recréer, au sein du musée parisien, son lieu de résidence, à la manière d'un cabinet de curiosité. 

Living rooms, au Musée du Louvre du 9 novembre au 17 février.

  • Le festival Reims Scènes d'Europe réunit cette année 200 artistes de danse, théâtre, cirque ou encore art contemporain, avec un fil rouge (plus ou moins suivi): le changement d'ère et les bouleversements écologiques de notre planète. Au programme, de grands noms: la chorégraphe Constanza Macras, le metteur en scène Josse de Pauw ou encore la chanteuse Ayo. Ce soir, la compagnie italienne Motus revisite Nella tempesta; demain et après-demain, la pièce Sfumato de Rachid Ouramdane part à la rencontre des victimes du climat. Jeudi, le public pourra assister aux lectures d'Olivier Cadiot…

Reims Scènes d'Europe, jusqu'au 14 décembre.




Pays