Connexion

Syndicate content

La Grande-Bretagne surpaye ses bons profs 

vendredi, 3 janvier, 2014 - 14:23

Le portefeuille des enseignants britanniques grossira-t-il ces prochaines années? C'est ce qu'affirme un rapport paru aujourd'hui. Comptez 70.000 £ (84.000 €) après cinq ans de métier. De quoi faire naître des vocations et des envieux en France.

Les professeurs seront-ils les nouveaux riches de demain au Royaume-Uni? C'est ce que laisse présager le rapport du think tank Policy Exchange, un laboratoire d'idée proche du gouvernement. Les enseignants britanniques pourraient toucher jusqu'à 70.000 £ par an (soit près 84.000 €) après cinq à huit années de travail. Une somme considérable. En France par exemple, un enseignant du secondaire en fin de carrière perçoit, au mieux, 52.352 € par an. Mais cette carotte agitée au nez des profs anglais ne profiterait qu'aux meilleurs d'entre eux.

Depuis septembre dernier, les professeurs sont rémunérés en fonction de leur mérite et non plus de l'ancienneté. Les établissements scolaires sont ainsi chargés de veiller à l'évolution des performances des enseignants selon certains critères :

  • Les progrès des élèves
  • La participation de l'enseignant à la vie de l'école en dehors des heures de classe
  • Les relations avec les parents
  • Les améliorations apportées aux leçons ou à la discipline dans l'établissement

Les plus performants pourront, si l'on en croit le think tank, profiter rapidement du salaire confortable de 7000 € par mois (5800 £). Selon les chiffres du ministère de l'éducation britannique, les enseignants qualifiés dans les écoles publiques gagnent actuellement un minimum de  21.804 £ (26.250 €) par an. 27.270 £ (32.800 €) s'ils exercent dans le centre de Londres. En fin de carrière, ce salaire peut monter jusqu'à 57.520 £ (69.250 €) voire atteindre les 64.677 £ (77.866 €) pour les professeurs exerçant dans la capitale.

Redonner le goût d'enseigner

Sur le papier, une telle mesure se défend. La moitié des enseignants quittent la profession au bout de cinq ans. Un salaire aussi attrayant permet donc d’inciter plus de jeunes à faire carrière. Sans compter l'impact sur la qualité de l'enseignement dispensé.

Le think tank met cependant en garde le gouvernement sur les méthodes d’évaluation des professeurs. Elles doivent être équitables et transparentes. Finies donc les disparités salariales entre les territoires. Les professeurs seront suivis sur plusieurs années. Et si l'on en croit un récent sondage YouGov, cela n'a pas l'air de les gêner. 89% des professeurs interrogés se disent favorables à une rémunération fondée sur la qualité de leur enseignement.

Pourtant, de nombreux syndicats s'opposent à cette nouvelle réforme. Leurs discours est simple : les sommes énoncées par ce think tank "à la solde du gouvernement", sont des leurres comme le confie Chris Keates, secrétaire général de NASUWT, le plus grand syndicat de professeurs en Grande-Bretagne, au Guardian :

Nous n'avons aucune garantie qu'un professeur travaillant dur et ayant de bons résultats voie réellement sa fiche de paie progresser. Selon le nouveau système mis en place par le gouvernement, ce sont les établissements scolaires et non pas l'Etat qui vont désormais déterminer le salaire des professeurs. Il est donc impossible d'avancer, comme ça, le chiffre de 70 000 £ par an. C'est bien la preuve que l'Etat mène une propagande trompeuse destinée à induire en erreur le public."

Et pour certaines associations, la meilleure façon d'améliorer le niveau général de l'éducation en Angleterre reste l'investissement dans la formation initiale et continue des enseignants et autres membres du personnel éducatif. Même en atteingnant la somme de 70.000 £, le salaire des professeurs anglais resterait néanmoins inférieur à celui de leurs confrères luxembourgeois. Ces derniers gagnent jusqu'à 8000 € par mois. Qui dit mieux? Certainement pas Vincent Peillon.




Pays