Connexion

Syndicate content

Outre-Atlantique, le cannabis se légalise en douceur

vendredi, 3 janvier, 2014 - 16:45

Ils sont nombreux à faire la queue du côté de Denver dans le Colorado. L'Etat américain est le premier à autoriser la vente de marijuana aux personnes majeures. Un pas de géant, loin d'être à l'ordre du jour dans les pays européens.

Et de deux. Après l'Uruguay c'est au tour de l'Etat du Colorado de céder aux sirènes du cannabis. L'Etat vient aujourd'hui d'ouvrir ses premières boutiques dans la ville de Denver. Fini les ordonnances médicales. Pour obtenir son once de marijuana, il suffit d'avoir la majorité (21 ans aux Etats-Unis) et de quoi payer.

Comptez 50 dollars pour un peu moins de 3,5g. Une taxe de 25% sur le prix d'achat permettra de financer les écoles publiques.

En décembre dernier, ce sont les sénateurs uruguayens qui ont surpris la planète entière en faisant de l'Uruguay le premier pays au monde à légaliser la production et la vente de cannabis.

Quelques pays répressifs

En Europe, l'avis des Etats divergent entre répression pénale et tolérance relative. Parmi les politiques suivies sur le continent à l'égard des drogues "douces" (notion qui, au passage, n'est retenue que dans quatre pays), on peut qualifier de "répressives" celles qui font de la consommation de cannabis une infraction pénale assortie de sanctions.
C'est le cas de la France où ce simple fait de consommer peut valoir à l’usager jusqu’à un an de prison et 3.750 € d’amende.

En pratique, cependant, il y a une assez grande tolérance pour ce qui relève manifestement de l’usage personnel et il faut noter que les sanctions relèvent, non du code pénal mais aussi du code de la santé publique. En fait, une très grande marge d’appréciation est laissée au juge puisque la consommation de cannabis va souvent de pair avec la détention et l’acquisition de la drogue qui, elles, peuvent être punies jusqu’à 10 ans de prison et 75.000 € d’amendes.

Cela n'empêche pourtant pas les jeunes Français d'être les plus gros consommateurs de cannabis en Europe, selon l'observatoire européen des drogues et addictions.

La pénalisation de la consommation de cannabis est également en vigueur en Suisse ainsi que dans quatre pays de l’Union européenne: la Suède, la Finlande, la Grèce et Chypre. Les sanctions prévues sont plus fortes en Finlande – 2 ans de prison – qu'en Suède et en Suisse – 6 ou 3 mois de prison.

Quant à la Grèce, pays particulièrement répressif, la fourchette pénale est énorme puisqu’elle va de 10 jours à quinze ans d’emprisonnement ! Sauf dans ce dernier pays, les nations qui pénalisent la consommation font preuve néanmoins d’une certaine tolérance pour l’usage personnel. Et certaines sont ouvertes à l’usage médical du cannabis.

Beaucoup de pays "tolérants"

Les pays dits "tolérants" sont plus nombreux. Cela ne veut pas dire que le cannabis y est légal mais simplement que son usage n’est pas expressément interdit, qu'il est simplement toléré. Aucune sanction n’est alors prévue pour peu que les quantités en cause ne révèlent qu’une simple consommation personnelle. Au delà, des sanctions peuvent être prononcées dans la mesure où l’on considère qu’il y a détention et commerce de cannabis.

C’est le cas le plus courant, notamment en Allemagne, Royaume-Uni, Danemark,Belgique, Portugal, République tchèque… etc. D’autres pays se montrent encore plus tolérants comme l’Italie ou l’Espagne puisqu'ils autorisent expressément l’usage du cannabis en petite quantité ou encore dans les lieux privés.

Ces deux pays vont même plus loin puisqu'ils tolèrent la détention et même la culture de petites quantités quand cela ne donne pas à supposer l’existence d’un trafic. C'est également le cas en République tchèque et aux Pays-Bas.

L'option néerlandaise: un encadrement…

Les Pays-Bas ont la réputation d’être particulièrement laxistes. Plus exactement, c'est le pays qui encadre le plus la consommation de cannabis. Depuis 1971, les Néerlandais peuvent consommer cette drogue douce dans des coffee shop, fonctionnant comme de "clubs privés" avec adhérents et cartes de fidélité. Ces établissements ne peuvent pas faire de publicité ou vendre aux mineurs et ils ont un stock théoriquement limité à 500 grammes.

Depuis 2011 cependant, pour restreindre le flux annuel des 4,6 millions de "touristes du joint", l'accès au coffee shop est désormais interdit aux étrangers non-frontaliers. Le résultat de cette mesure est plutôt mitigé puisque l'on a constaté une recrudescence des trafics et des dealers de rue, notamment dans le sud du pays.

… dont les résultats sont peu probants

Le cannabis a bien sûr engendré moins de trafic aux Pays-Bas que dans des pays plus sévères. Mais, en terme de consommation, le résultat est assez catastrophique puisque 14% des néerlandais de 15-16 ans consomment régulièrement du cannabis, soit le double de la moyenne européenne.

L'Espagne est un autre pays non-répressif depuis 2006 qui reproduit même, avec ces clubs sociaux, les coffee shop néerlandais. Ce qui n'empêche pas la consommation régulière des 15/24 ans d'y être la plus forte d'Europe (plus de 17%) et cette consommation tend plutôt à augmenter.
 


Article intialement publié le 23 octobre 2012 et mis à jour le 3 janvier 2014




Pays