Connexion

Syndicate content

Le vice-chancelier allemand veut aussi être un papa

mercredi, 8 janvier, 2014 - 14:19

Le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, ne veut plus travailler à plein temps. Le bras-droit d'Angela Merkel souhaite prendre le temps de s'occuper de sa fille. D'autres ministres tiennent à en faire autant…  

Pour Sigmar Gabriel, chef du SPD, la politique n'est pas tout dans la vie. Le nouveau numéro deux du gouvernement allemand a annoncé vouloir aussi assumer totalement son rôle de père.

Il compte profiter chaque semaine de son mercredi après-midi pour passer du temps avec Mary, sa fille de deux ans. Malgré son emploi du temps de vice-chancelier allemand très chargé, il veut profiter pleinement des moments passés avec elle. Sigmar Gabriel s'est confié sur ce sujet récemment au tabloïd allemand Bild:  

Je ne vois pas pourquoi les politiciens devraient être différent des autres parents. (…) Ma femme travaille, et le mercredi, c'est mon tour d'aller chercher notre fille à la crèche. Et j'ai hâte de la faire.

Pour Sigmar Gabriel, les politiciens, même s'ils sont au pouvoir, ont droit à "une vie normale".

Ne plus sacrifier sa famille à sa carrière est dans l'air du temps en Allemagne. Depuis 2007, les parents allemands ont le droit à un maximum de 14 mois de congé parental, à partager comme ils le souhaitent. Plus d'un quart des pères ont profité de ce congé l'année dernière, la plupart pour environ deux mois.

Travail à domicile

Le vice-chancelier allemand n'est pas le seul membre du gouvernement d'Angela Merkel a vouloir profiter de ses enfants. La ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, et la ministre de la Famille, Manuela Schwesig, ont également annoncé vouloir équilibrer leur temps entre travail et vie privée. Ursula Von der Leyen a ainsi déclaré au magazine Bunte : "J'espère que je pourrai encore gérer beaucoup de choses de chez moi." tandis que Schwesig dans Die Welt a également évoqué son souhait de travailler plus souvent à domicile.

Les médias n'ont pas manqué de réagir à l'annonce du chef du SPD. Die Welt a ainsi critiqué le vice-chancelier qui ne serait qu'un "ministre à temps partiel"

Ceux qui veulent faire une grande carrière, que ce soit dans la politique, les affaires ou le sport, doivent savoir que cela ne peut marcher qu'avec un engagement à 100%.

The National s'interroge également sur la façon dont Sigmar Gabriel pourra allier vie privée et politique :

On peut se demander si les bonnes résolutions de M.Gabriel tiendront sur la longueur. Dans quelques temps, face aux crises de colère de sa progéniture, il pourrait, les mercredi après-midi, aspirer à travailler pour la plus grande puissance économique d'Europe, au calme, dans son bureau."




Pays