Connexion

Syndicate content

A Naples, on prélève l’ADN sur les crottes des chiens

mardi, 14 janvier, 2014 - 14:30

A Naples, les crottes de chiens seront analysées pour déterminer l'ADN de l'animal et identifier son propriétaire. Une vaste opération "pied propre" de salubrité publique lancée par la mairie. Pendant ce temps, la ville croule sous les ordures et la mafia prospère.

Alors que Naples croule sous le poids d’un chômage galopant, d’une nouvelle crise des ordures, des scandales dans la santé publique et que la mafia tient le haut du pavé, la municipalité part en croisade contre… les crottes de chiens !

Cela faisait deux ans l’ancien magistrat Luigi De Magistris devenu maire peaufinait cette offensive anti-crottes. Le coup d’envoi de cette vaste opération vient d'être donné avec la création d’une brigade spécialisée. Objectif? Patrouiller les rues du 5ème arrondissement, le quartier huppé du Vomero-Arenella, situé sur les hauteurs de la ville pour ramasser les excréments qui seront expédiés au laboratoire.

"C'est débile!"

Grâce à des techniques normalement utilisées par la police scientifique, les experts détermineront l’ADN de l’animal, première étape pour identifier le propriétaire du chien fautif qui devra alors payer une amende pouvant atteindre 155 euros.

Notre objectif est double: d’un coté combattre le phénomène des chiens errants en obligeant les propriétaires à enregistrer leurs animaux de compagnie à l’Etat civil canin et, de l’autre, les obliger à prendre conscience du fait que la ville doit être propre"

explique le vice-maire Tommaso Sodano.

Propre? C’est justement là que le bat blesse.

Comment la mairie de Naples peut-elle prendre des décisions aussi ridicules? Elle ferait mieux de s’occuper du ramassage ponctuel des ordures. Certains quartiers croulent sous le poids des détritus depuis des années!"

s’énerve Barbara Monti. Pour cette jolie blonde qui porte bien la cinquantaine, les autorités napolitaines ont comme toujours le chic dit-elle, pour gâcher l’argent public.

Il y a le chômage galopant, le crime organisé, les problèmes de santé publique car les hôpitaux manquent d’argent en raison des coupes faites par le gouvernement pour redresser les comptes public et le maire déploie des agents pour trouver les cacas de chiens et les faire analyser? C’est débile!"

Réponse de la Mairie:

Le ridicule ne tue plus! Et puis, en obligeant les propriétaires à ramasser les excréments, nous éviterons les risques d’épidémie, de transmission de maladies entre animaux. Nous avons ainsi également mobilisé l’institut zoophile régional et l’agence de la santé régionale pour sensibiliser les Napolitains".

Imperturbable, Tommaso Sodano se félicite d'être le premier à avoir eu cette idée: "Nous  sommes les premiers à lancer une opération de ce style. Si cela fonctionne dans le quartier du Vomero, nous appliquerons ce système à l’ensemble des arrondissements napolitains".

Renvoi des crottes par paquet postal

C’est oublier un peu vite l’exemple de la municipalité de Brunette en Espagne qui avait opté pour une solution inédite en renvoyant par paquet postal, les crottes de chiens aux propriétaires!

D’ici deux mois, estime la mairie, tous les propriétaires devront avoir enregistré leurs chiens à l’état civil. De leur côté, tous les toutous auront subi un prélèvement de sang (gratuit) qui permettra aux autorités sanitaires, de dresser un registre de l’ADN des chiens présents dans les habitations situées au pied du Vésuve. Reste à voir quel sera le coût de cette opération. La Mairie se refuse à donner le moindre chiffre…




Pays