Connexion

Syndicate content

Le job de Giovanni ? Faire la queue pour vous !

jeudi, 30 janvier, 2014 - 11:29

Giovanni propose à ses concitoyens de faire la queue pour régler leurs problèmes administratifs. Une idée de génie dans un pays où l'on passe des heures dans les files d'attente pour payer ses impôts ou envoyer une simple lettre recommandée. Et pour ce Milanais, un job anti-crise.

Faire la queue pour les autres, voilà le job de Giovanni Cafaro, un Milanais resté au chômage plusieurs mois. L'idée est simple mais excellente dans un pays où l'attente à un guichet est un sport national. Malgré les promesses incessantes d'une classe politique qui jure de simplifier les démarches administratives, de l’autre coté des Alpes tout est compliqué. La prise de rendez-vous n’existe pas, sauf si c'est pour vous convoquer pour un redressement fiscal.

La fin du calvaire de l'attente

Pas question par ailleurs de recourir à un intermédiaire, la bureaucratie italienne excluant cette possibilité. Du coup, qu’il s’agisse de payer ses impôts, de poster une lettre recommandée, ou de discuter avec un employé du centre de recouvrement des taxes pour contester une amende, les Italiens doivent attendre interminablement, les fonctionnaires italiens se hâtant généralement avec la plus extrême lenteur.

Quand Giovanni voit que le calvaire de l'attente va bientôt prendre fin, il téléphone donc à son client qui prend sa place dans la file à la dernière minute. Ni vu, ni connu.

Ce quadragénaire à l'élégance recherchée a été licencié en juillet dernier après des années de bons et loyaux services comme directeur du marketing d'une entreprise d’habillement. Célibataire, il se voyait mal revenir dans le sud profond, à Salerne, chez ses parents. "Je n’avais pas l’intention de jeter l’éponge en partant à l’étranger. J’aurais vécu cela comme une profonde défaite personnelle".

A la fin de l’automne dernier, Giovanni avait sillonné Milan à la recherche d’un emploi.

J'avais envoyé plus de cinq cent curriculum vitae. J’ai reçu moins de dix réponses et je n’ai été convoqué que pour cinq entretiens. La réponse était toujours la même: on vous rappellera",

explique Giovanni.

À quarante ans, on est déjà trop vieux. On est trop spécialisé donc on coûte cher. Et puis la crise pousse les entreprises à comprimer leurs effectifs. Je n’avais pas d’avenir"

ajoute-t-il, le visage souriant, un peu caché derrière des lunettes métalliques très à la mode. Il a alors compris que sa reconversion professionnelle passait peut-être par les files d’attente.

10 € l'heure de queue

Mettant à profit ses connaissances de la communication, il a inondé Milan de flyers et en quelques jours il était connu. Ses premiers clients ont été ravis et l'ont fait savoir sur Facebook et Twitter.

Je reçois de nombreux coups de téléphone chaque jour. Je facture mes services 10 euros de l’heure et je donne un reçu à mes clients car je déclare mes activités".

Entre deux files d’attente, il discute avec ses voisins pour élargir sa clientèle.

Les queues que je fais à la place des autres pour les aider à payer leurs impôts et taxes sur l’habitation sont devenues mon pain quotidien !".

Armés comme tout bon homme d’affaires de deux téléphones portables -un pour le travail, l’autre pour la vie privée- notre ancien directeur marketing rêve déjà d’élargir son rayon d’action.

On m’appelle même de Naples, les gens ont trop parlé de moi ! Si les choses continuent comme cela, j’ouvrirais des agences dans d’autres villes".




Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere