Connexion

Syndicate content

Modes de vie: qui se marie encore en Europe?

lundi, 17 février, 2014 - 10:26

Unions civiles et mariage pour tous chamboulent l'institution millénaire. Cérémonie traditionnelle turque ou macaroni-party grecque, Myeurop vous invite à la table des mariés. 

 

Chronique sur RFI : Le mariage 

 

Qui se marie aujourd’hui en Europe? Et comment célèbre-t-on cette union? "De la traditionnelle pièce montée au wedding cake sophistiqué (…) les comportements évoluent, l’institution demeure" résume le sociologue Jean-Claude Kaufmann dans son ouvrage Mariage, Petites Histoires Du Grand Jour, de 1940 à aujourd'hui. Le mariage change, et ses prétendants aussi. Si en Turquie, l'union reste une condition quasi obligatoire pour mener une vie à deux, les Belges plébiscitent la "cohabitation légale". 
 


Nombre de mariages célébrés (religieux et civils) pour 1000 habitants. Source: Eurostat, 2012 (pour l'Irlande, la Grèce, l'Italie, le Portugal, les chiffres sont de 2011, et pour le Royaume-Uni, de 2010) / Myeurop

 

En France, le mariage pour tous dépoussière la cérémonie

"Noces rebelles: quand le mariage devient cool", titre le Nouvel Obs, qui annonce la fin du "mariage gnangnan et de la robe meringuée". L'ouverture de cette traditionnelle union aux couples homosexuels y est peut-être pour quelque chose. Les salons du mariage se multiplient et se spécialisent (avec plus ou moins de succès), les wedding planners (organisateurs de mariage) font leur apparition, surfant sur un marché qui représenterait 4,5 milliards d'euros en 2011.

  • Pourtant, à regarder les chiffres, les adeptes du mariage sont moins nombreux chaque année, à part quelques "crus" exceptionnels. Ainsi, en France, 231.000 unions ont été célébrées en 2013 (contre 305.000 en 2000). 
  • A contrario, l'âge des tourtereaux convolant en justes noces, lui, augmente: il est aujourd'hui de 30 ans pour les femmes, et de 32 ans pour les hommes. Mais il est un aspect de la cérémonie qui reste immuable: la saison! Sans surprise, sept mariages sur dix ont lieu de mai et septembre.
  • 7000 mariages gays et lesbiens. L'an dernier, une nouvelle donnée est apparue dans les grilles de l'Insee: le mariage de personnes de même sexe. En 2013, il a été choisi par 7000 couples. Ces derniers sont masculins dans trois cas sur cinq.
  • L'attrait du Pacs. Quant au Pacs (Pacte civil de solidarité), il repart à la hausse après avoir baissé en 2011, et rattrape presque l'union traditionnelle. On compte aujourd'hui deux Pacs conclus pour trois mariages célébrés. Plus étonnant: seulement 5% d'entre eux sont conclus entre personnes de même sexe.
  • Difficile de parler de mariage sans parler de divorce. Pour la première fois depuis 2003, il baisse légèrement cette année (moins de 130.000). On divorce, et on se "dépacse" aussi. En 2012, 49.000 Pacs ont été dissous. Mais dans 40% des cas, la dissolution a eu pour but…un futur mariage!


Graphique Insee. Champ : France hors Mayotte
Sources: Insee, statistiques de l'état civil (mariages); Ministère de la Justice (Pacs).

En Turquie, on convole en justes noces

  • 600.000 couples se sont dits "oui" en 2012. En Turquie, le mariage est quasi obligatoire: difficile pour un couple d’habiter sous le même toit sans passer par cette étape. Les derniers chiffres officiels montrent qu’en 2012, plus de 600.000 couples se sont mariés, soit 2% de plus que l’année précédente. 
  • 28 ans pour les hommes, 23 pour les femmes. Les hommes se marient généralement plus tard (28 ans) que les femmes (23 ans). Et pour cause: pour prétendre demander la jeune promise en mariage, il est demandé à ces messieurs d’être passés par le service militaire, d’avoir un travail et des revenus fixes. Dans ce pays majoritairement musulman, il est de coutume d'organiser deux célébrations. L'une est religieuse (il arrive fréquemment que l’Imam se déplace dans les appartements des familles), l’autre civile, à lieu à la mairie.
  • 3 jours de festivités. La tradition veut que le mariage se déroule chez le futur marié. Les étapes sont bien définies, et le mariage se déroule sur trois jours.

La mariée, en plus de sa traditionnelle robe blanche du Jour-J, doit également choisir une robe rouge pour "la nuit du henné". Ce rite se déroule chez la jeune fille, la veille du mariage. C’est une soirée festive pour les invités, qui dansent sur des musiques traditionnelles et mangent des douceurs turques. Pour la mariée en revanche, c’est officiellement "la nuit de la séparation avec la famille". Mère et fille, comédie ou non, se doivent de verser quelques larmes. 

Le lendemain, c’est le jour officiel du mariage, en grande pompe. Le nombre d’invités peut facilement dépasser les 200 personnes! Il est d’usage que les proches de la famille défilent devant les mariés et leur accrochent des billets ou des pièces d’or, signe de prospérité à venir. A noter que le concept de "lune de miel" n’existe pas en Turquie. Malgré les trois jours de festivité, les mariés ne disposent que d’un jour de repos avant de reprendre le travail, et en posent rarement davantage.

  • Ni PACS ni mariage pour tous. Bien que beaucoup de familles se laissent tenter par des cérémonies de moins en moins traditionnelles, au style plus "européen", le mariage reste en Turquie une véritable institution. Le Pacs n’existe pas, bien qu’il soit reconnu par la France dans les cas d’union franco-turque.

En Belgique: mariages tardifs et cohabitation légale

  • 42.000 mariages en 2012. En Belgique, après une forte baisse entre 1990 et 2002, le nombre de mariages civils oscille depuis une dizaine d’années entre 40.500 et 45.500 par an (41.001 en 2011, 42.198 en 2012). Les Wallons se marient plus volontiers que les Flamands, même si entre 2011 et 2012 une augmentation a été enregistrée seulement en Flandre et à Bruxelles.
  • No stress: les Belges prennent leur temps. Les Belges se marient de plus en plus tard: autour des 35 ans en Wallonie et en Flandre, et des 33 ans à Bruxelles. Par contre, l’écart entre les conjoints reste stable (3 ans). En chute libre, le taux de mariages catholiques est passé de 50,2% en 1996 à 25,6% en 2007. Bruxelles fait baisser la moyenne, avec 7,2% de mariages catholiques contre 28,4% en Wallonie et 28% en Flandre en 2010.
  • Cohabitation légale et mariage homosexuel. Instaurée en 1998, la cohabitation légale (statut choisi surtout par des couples, mais accessible également à des frères et sœurs ou à des colocataires) est presque aussi populaire que le mariage civil: en 2010, elle a concerné 72.191 personnes, dont 2.245 de même sexe. En Belgique, le mariage homosexuel a été légalisé en 2003. Depuis cette date, en moyenne 1.000 mariages entre personnes de même sexe sont célébrés chaque année.
  • Folklore. Traditionnellement, le jour de la cérémonie, la mariée porte un mouchoir avec son nom brodé dessus, qui sera ensuite transmis à la prochaine mariée de la famille.

Les Allemands encore accros 

En Allemagne, si le nombre d'unions libres augmente régulièrement (5% des couples en 1985 contre 12,2% en 2010) la norme reste le couple marié. Le nombre de mariages reste en effet stable depuis 10 ans avec 387.000 unions civiles célébrées en 2012.

  • 33 ans pour les hommes, 30 ans pour les femmes. En revanche, les Allemands se marient de plus en plus tard: en 2011, l’âge moyen de Monsieur était de 33 ans (contre 28 ans en 1991) et 30 ans pour Madame (contre 26 ans, une décennie plus tôt). 
  • Moins d'église. Autre changement: les unions religieuses ont de moins en moins la côte et leur nombre ne cesse de baisser. En 2007, seuls 27% des mariés choisissaient une union religieuse (13% d’unions catholiques, 14% d’unions protestantes). Quant aux divorces, ils explosent. Entre 2001 et 2010, près d’un couple marié sur deux a divorcé, contre un couple sur huit dans les années 1950.
  • Pas de mariage pour tous. Depuis 2001, les couples homosexuels peuvent seulement signer un contrat de communauté de vie comparable au Pacs francais. On a toutefois vu pour la première fois en 2013 un mariage homo célébré par un prêtre protestant dans la Hesse, mais ce dernier n’a toutefois aucune validité juridique.
  • Riz et vaisselle. Quant aux traditions, elles sont nombreuses. En plus de la robe blanche et du jet de riz et de fleurs fraîches, le mariage donne lieu à de nombreux rites comme la fête de Polterabend. La veille de la cérémonie, amis et parents brisent de la vaisselle, que les futurs mariés sont chargés de nettoyer. Plus on en casse avant, moins on en cassera une fois mariés! Autre rite: le voile de la mariée est traditionnellement déchiré et distribué aux amis. Il est également courant de planter un arbre dans le jardin, qui grandira en même temps que le nouveau couple. Enfin, les mariés portent leur anneau non pas à la main gauche mais à la droite.

Mariage à la grecque

  • Une tradition dispendieuse. Se marier, ce fut longtemps le but ultime de toute femme (et de tout homme) en Grèce. L’état-civil, depuis toujours aux mains de l’église, n’est devenu citoyen qu’en 1982, permettant enfin la validité du mariage civil. Durant de nombreuses années, les Grecs ont continué à se marier à l’église seulement, pour le symbole social. Les cérémonies étaient souvent dispendieuses. D'autant qu'au-delà des invitations, de l'organisation du banquet, des cadeaux, la mariée se devait souvent d'apporter, avec en plus de son trousseau, une dot (qui pouvait aller jusqu'à l'appartement). 
  • Macaroni–party. Mais cette année, les mariages civils ont supplanté les mariages religieux, pour des cérémonies beaucoup plus modestes. En 2012, sur les 50.000 mariages célébrés, plus de la moitié sont civils (ici on dit politico gamo, mariage politique), et moins de 24.000 religieux. La crise, et la réduction des dépenses, n'y est pas étrangère. Une fête entre copains ou une macaroni–party remplacent les grandes cérémonies: pas d’argent à verser à l’église (qui a pourtant baissé ses prix).
  • Mais le grand tralala garde encore des adeptes: une robe blanche de tulle et de dentelles, une couronne de fleurs de citronniers symbolisant l’éternité du couple, des bonbonnières pleines de dragées à distribuer aux invités… La tendance est au respect de l’image hollywoodienne du mariage à la grecque, illustré dans la comédie Mamma mia.

 



Pays