Connexion

Syndicate content

Mgr « bling bling », l’évêque allemand qui se fout de la charité

mercredi, 26 février, 2014 - 15:42

myeurop avec  

Faitreligieux@myeurop.info

Un nouveau scandale accable l'église allemande. Une enquête vient de conclure que Mgr Franz-Peter Tebartz-van Elst, surnommé "Mgr bling bling", a financé ses dépenses immobilières aux frais d'une fondation.

Une demeure de 40 millions d'euros au lieu des 5 millions communiqués, le tout aux frais d'une fondation caritative: les conclusions de l'enquête épiscopale sont accablantes pour l'évêque Limburg. Ce n'est pas la première fois que l'église allemande provoque l'indignation: dernier dérapage en datele sermon xénophobe du cardinal allemand Joachim Meisner proclamant la supériorité des familles catholiques sur les musulmanes.

D'après le magazine allemand Der Spiegel, la commission d'enquête de l'Eglise catholique allemande sur les dépenses faramineuses ordonnées par Mgr Franz-Peter Tebartz van Elst, évêque de Limburg -en Hesse au nord de Francfort- a rendu son rapport au pape la semaine dernière. Elle accuse le prélat d'avoir engagé des dépenses disproportionnées pour la construction de sa résidence.

Depuis octobre, la conférence des évêques allemands a chargé trois religieux et deux experts comptables d'examiner le coût réel du projet immobilier. En attendant ses résultats, le pape avait déjà suspendu provisoirement le religieux, surnommé "Mgr Bling Bling" par les médias allemands.

Maquillage des comptes

D'après le quotidien allemand Süddeutsche, Franz-Peter Tebartz van Elst et son vicaire général auraient puisé des millions d'euros dans les finances d'une fondation caritative. Le document met en lumière un vaste système de maquillage des comptes du chantier, orchestré par les responsables de l'évêché de Limburg.

Celui-ci aurait visé à éviter toute critique et tout contrôle sur le véritable coût des travaux, et à couvrir les caprices de l'évêque. En dehors d'un cercle d'initiés, personne au sein de l'institution ne devait savoir que le projet dépassait largement les 5 à 6 millions d'euros annoncés publiquement.

Une facture de 40 millions d'euros

A l'automne, de premières révélations évoquaient 31 millions d'euros. Au final, les auteurs du rapport estiment les sommes réellement engagées à 40 millions d'euros. Les dépenses étaient consignées dans un registre secret et il fallait régulièrement inventer des sources de financements intermédiaires pour alimenter le chantier. Les employés du diocèse auraient subi des pressions pour ne pas trahir la manipulation. Si celle-ci s'est déroulée sous la surveillance du vicaire général, toutes les décisions d'importance porteraient la signature de l'évêque.

Der Spiegel révélait déjà début février qu'au moins une fondation aurait servi à payer les factures du projet. Il s'agit de l'Oeuvre Saint-Georges créée en 1949 par l'évêque Ferdinand Dirichs et dont les recettes servaient officiellement à aider des familles nombreuses dans le besoin. Tous les employés catholiques du diocèse de Limburg devaient autrefois reverser une heure de leur salaire à l'institution. Celle-ci n'est plus en activité aujourd'hui.

Le rapport ne porte pas d'accusations passibles de poursuites judiciaires contre Franz-Peter Tebartz van Elst. Son avenir est désormais entre les mains du pape qui souhaite tirer le plus rapidement possible les conclusions de cette affaire à l'impact désastreux pour l'image de l'Eglise en Allemagne.


Article original de Claire Gandanger publié sur Fait religieux.com




Pays