Connexion

Syndicate content

Baisse du chômage: on veut y croire en France et en Espagne

vendredi, 7 mars, 2014 - 12:13

En France et en Espagne, on veut croire, chiffres à l'appui, à une baisse du chômage. Une reprise de l'emploi très fragile.

En France, le chômage a reculé de 0,1% au quatrième trimestre 2013, selon les chiffres publiés cette semaine par l'Insee. Il s'établit à 10,2 %. Une baisse infime et controversée. Même à l'Insee, on minimise la portée de cette inversion de la courbe du chômage en soulignant que: 

l'intervalle de confiance est de 0,3 %. La baisse de 0,1 % va faire toute une affaire, mais d'un point de vue statistique, c'est un peu un non-sujet"

explique un membre de la direction de l'institut de la statistique cité par Le Monde.

Les chiffres de l'Insee sont établis selon les critères du Bureau international du travail tous les trimestres et servent pour les comparaisons internationales.

Mais selon Pôle emploi, le chômage n'a pas baissé en 2013. Pour l'Insee, il est resté stable alors que pour Pôle emploi il a progressé de 190.000.

Optimisme en Espagne

En Espagne, le chômage baisserait également, mais dans ce pays aussi, les statistiques sont sujettes à caution.

Après l'annonce, à l'automne, de la fin de la récession espagnole, le ministère de l'emploi vient, en effet, de confirmer que pour la première fois depuis le début de la crise, le nombre de travailleurs a augmenté par rapport à l'année dernière.

Par rapport à février 2013, mois où le nombre de chômeurs avait atteint un pic, le pays compte près de 62.000 affiliés à la sécurité sociale supplémentaires, chiffre qui sert en Espagne de référence en matière d'emplois. Une augmentation annuelle faible, mais réelle: +0,38%.

Pas de quoi pérorer, cependant. Cet indice positif semble s'inscrire dans le sillage de la modeste reprise économique qui avait fait la Une de la presse espagnole à l'automne.

Mais l'inversion de la courbe, fortement politisée d'un côté comme de l'autre des Pyrénées, est toute relative: si l'on observe l'évolution mensuelle et non annuelle, l'Espagne compte seulement 1949 chômeurs de moins en février par rapport à janvier 2014.

Le FMI jette un froid

"L'Espagne est en train de surmonter la récession la plus longue de son histoire récente. Maintenant nous sommes dans une phase de reprise…", a déclaré le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. 

"Rajoy vend au monde la reprise", dénoncent les journalistes Miguel Jiménez et Amanda Mars dans les colonnes d'El País. Mais ni l'Europe ni le Fonds Monétaire International semblent convaincus.

La croissance reste trop basse et le chômage trop haut pour chanter victoire face à la crise"

juge Christine Lagarde, la directrice du FMI.

Quant à la commission européenne, elle prévoit, selon des chiffres récents, que l'Espagne dépassera en 2015 la Grèce pour devenir le pays d'Europe ayant le taux de chômage le plus élevé.




Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere