Connexion

Syndicate content

La valse des opérateurs téléphoniques en Europe

lundi, 10 mars, 2014 - 15:10

En France, c'est le temps des grandes manoeuvres pour le marché de la téléphonie mobile: Numéricable devrait l'emporter dans sa bataille contre Bouygues pour le rachat de SFR. Ailleurs en Europe, ça bouge aussi, comme en Grèce ou en Allemagne.

Le marché français de la téléphonie mobile est en ébullition. Deux ans après l'arrivée fracassante d'un quatrième larron -Free en 2012- venu dynamiter les prix, le secteur a semblé un temps s'orienter vers un retour à son ménage à trois originel. Mais une indiscrétion du ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, a fait retombé le suspense:

Les dirigeants de Vivendi ont décidé de vendre coûte que coûte SFR à Numericable",

a-t-il annoncé ce matin sur Europe 1. Depuis plusieurs jours, Vivendi était face à un choix: qui de Bouygues ou de Numericable allait racheter SFR, deuxième opérateur en France aujourd'hui? Lors de son conseil de surveillance, cette après-midi, le groupe a confirmé ce qui était sous-entendu ici et là: sa filiale SFR devrait passer entre les mains de Numericable. Les négociations débutent. Il est prévu qu'elles aboutissent d'ici quelques semaines. 

Le choix du candidat Bouygues, un temps favori, semble désormais à priori écarté. Ce scénario aurait en effet entraîné une concentration du secteur sur trois acteurs majeurs: Free, Bouygues-SFR, et Orange. 

Ailleurs en Europe, ça bouge aussi beaucoup, non sans conséquences pour les consommateurs…

Allemagne : 4 opérateurs, bientôt 3 ?

L’Allemagne se prépare à une guerre des opérateurs de téléphonie mobile. Elle compte actuellement quatre opérateurs: T-Mobile (filiale du géant Deutsche Telekom) qui détient un quart des parts de marché, Vodafone (22%), le petit dernier O2 (13%) et E-Plus (10%). Or en octobre dernier, O2, filiale allemande de l’opérateur espagnol Telefonica, a offert 8,4 milliards d’euros pour acquérir son concurrent E-Plus.

Craignant notamment une hausse des tarifs avec l’apparition de cette nouvelle entité de même taille que Deutsche Telekom et Vodafone, la Commission européenne s’est saisie du dossier et rendra sa décision d’ici au 14 mai.

Actuellement, les clients allemands ont le choix dans une large palette de prix et de services. Un forfait de base se calcule sur la base de 50 minutes de communication.

  • Il vous en coutera 5€ chez E-plus,
  • 9€ chez T1 mobile (les minutes supplémentaires sont facturées 0,29€),
  • 10€ chez O2 qui vous propose systématiquement un forfait internet avec.
  • Quant aux forfaits illimités pour smartphone, ils varient de 22€ par mois chez O2 à 36€ chez Vodafone.

Grèce : plus que 2 opérateurs depuis cette semaine

En Grèce, le marché bouge aussi. Jusqu’en 1994, les télécommunications étaient un monopole de l’organisme public OTE (Organisme de Télécommunications de Grèce). La libération des fréquences a donné naissance à de nombreuses sociétés (souvent filiales de multinationales), mais de 37, puis 28, puis 12, il ne restait jusqu’à hier que l’opérateur historique COSMOTE, partiellement privatisé avec participation de Deutsche Telecom et deux grandes sociétés privées VODAFONE-Panafon et WIND Hellas.

Ces deux dernières viennent de conclure un accord cette semaine, en mettant en commun leurs réseaux  de téléphonie de 2° et 3° génération, Vodafone se réservant le réseau 4G, avec à la clé un investissement de 150 millions pour la remise à niveau des infrastructures. Malgré le mouvement social très suivi des employés qui craignent des licenciements massifs, la nouvelle société nommée VICTUS networks A.E. démarre ce lundi 10 mars 2014 avec 300 techniciens (130 de Wind et 170 de Vodafone).

Les consommateurs espèrent une baisse généralisée des prix. Car en Grèce, les tarifs restent élevés par rapport au reste de l’Europe. Le forfait basique est au minimum de 20€ par mois sans internet et de 40€ avec internet. Surtout, ces forfaits privilégient le réseau de l’opérateur, faisant payer pour les appels ou les SMS vers ou provenant d’autres opérateurs. Or comme les numéros d’appels, autrefois reconnaissables pour chaque opérateur, sont devenus interchangeables, cela induit nombre de dépassements.

Italie : 4 opérateurs

En Italie, quatre opérateurs se partagent le marché de la téléphonie mobile : le numéro un Tim (filiale de Telecom Italia), Vodafone, Wind et 3Italia, qui appartient à la multinationale chinoise Hutchison Whampoa. Chaque opérateur a son propre réseau.

  • Moyennant 15€/mois, Tim propose la formule 200 minutes plus 200 SMS et internet 1 GB/mois. Le coût de l’abonnement le plus cher est de 80 euros par mois avec appels, textos et internet illimités.
  • Du coté de Vodafone, le menu est plus ou moins identique.
  • Wind est certainement le plus intéressant mais la clientèle se plaint de la mauvaise qualité du réseau. L’abonnement le moins cher est à 12€/mois pour 250 minutes de conversation plus les SMS et internet illimité 1 GB.
  • La technologie de 3Italia étant basée sur l’utilisation des smartphones, la formule à l’heure et sans internet n’existe pas. En revanche, les utilisateurs ont le choix entre plusieurs types de forfaits. Le forfait base comprenant 800 minutes de conversation plus Internet coûte 10 euros par mois, l’abonnement le plus cher coûte 30 euros par mois avec appels et internet sans limite.

Pour s’accaparer le marché, les opérateurs organisent ponctuellement des campagnes de promotion en cassant légèrement leurs prix.

Royaume-Uni : 4 opérateurs

Il existe quatre opérateurs détenant leur propre réseau au Royaume-Uni: EE, un joint-venture entre Orange et T-Mobile (propriété d’Orange et de Deutsche Telecom), O2 UK (propriété de Telefonica), Vodafone UK et 3 UK (propriété d’Hutchison Whampoa). Il en existe pourtant d’autres qui utilisent les infrastructures de leurs concurrents: Virgin, Tesco Mobile et Talk Mobile. La guerre des prix est intense entre tous les groupes, ce qui a poussé T-Mobile et Orange à s’associer en juillet 2010.

  • Le forfait le plus faible est offert par 3 UK: 200 minutes de communication, 5.000 SMS et 500MB de donnés pour 6,90£ (8,3 euros par mois).
  • Pour 15£ (18 euros), Virgin propose un contrat tout illimité.

Article publié le lundi 10 mars mis à jour le vendredi 14 mars.

 




Pays