Connexion

Syndicate content

Obama à Bruxelles: une addition de 10 millions d’euros

mardi, 25 mars, 2014 - 14:47

Recevoir le président américain peut coûter cher. En visite express en Belgique à l'occasion des sommets de l'UE et de l'Otan, Barack Obama, dont il faut bien assurer la sécurité, laissera derrière lui une note salée: plus de 400.000 euros de l'heure…

"Très cher Barack…" C'est au propre comme au figuré que les Belges pourront adresser ces quelques mots au président américain, ce soir à son arrivée à Bruxelles. Car la visite de Barack Obama à l'occasion des sommets de l'UE et de l'Otan va leur coûter très cher.

Tout d'abord parce que pour des raisons de sécurité, la capitale belge s'est transformée en véritable zone militarisée. Hôpitaux et réseaux d'égout ont été passés au peigne fin pour sécuriser la ville. Des hélicoptères américains ont même été autorisés à survoler la capitale. Mais aussi parce que Barack n'y est lui-même pas allé avec le dos de la cuiller: une escorte de quelque 900 membres, 45 véhicules et trois avions cargo…

415.000 euros de l'heure

De quoi donner des sueurs froides au maire de Bruxelles, Yvan Mayeur. Car si la ville accueille très régulièrement des sommets de l'UE, pour une facture de sécurité estimée à un demi-million d'euros par édition, "cette fois vous pouvez multiplier ce montant par 20", s'est-il exclamé au quotidien britannique The Guardian.

Rien que pour les trajets de Barack Obama entre son Hilton du quartier de la Toison d'Or et les lieux de tenue des sommets de l'UE et de l'Otan mercredi, 350 policiers et militaires belges, à moto, ont été mobilisés. Pour sa visite d'un cimetière américain de la première guerre mondiale en compagnie du roi des Belges et du premier ministre Elio Di Rupo, ce seront cette fois 30 voitures blindées qui l'escorteront (et 9 hélicoptères américains).

Malgré ce contexte sécuritaire massif, les autorités belges sont dans leurs petits souliers: c'est la toute première visite de Barack Obama en Belgique, en 5 ans de présidence. Le roi Philippe ira d'ailleurs l'accueillir en personne à l'aéroport et lui collera aux basques jusqu'à la dernière minute du voyage officiel. Un plaisir de courte durée, puisque la présence du président américain sur le sol belge ne durera que 24H top chrono. Soit, en euros, tout de même 415.000 euros de l'heure pour les Belges, dont certains préfèrent en rire…




Pays