Connexion

Syndicate content

L’Allemagne s’interroge sur le statut de l’homéopathie

vendredi, 4 avril, 2014 - 08:56

En Allemagne, l'homéopathie, est en passe d'entrer à l'université, où des non-médecins pourront s'y former. Une occasion pour ses détracteurs de relancer la machine à suspicion, contre une médecine douce "pseudo-scientifique"… pourtant plébiscitée par les Allemands. Explications.

Traunstein, petite ville bavaroise de 20 000 habitants à la frontière autrichienne, est connue pour ses commerces nombreux, sa limonade et sa bière. Mais depuis quelques semaines, cette petite bourgade tranquille crée la polémique: elle s’apprête à accueillir, à la rentrée prochaine, une académie d’homéopathie.

Le réveil des opposants à l'homéopathie

Au total, une petite vingtaine d’étudiants, de niveau bac mais dotés de deux années au moins d’expérience en paramédical, devraient entamer cette formation privée d’enseignement supérieur. Objectif, devenir non pas médecins mais thérapeutes (Heilpraktiker, en allemand) spécialisés en homéopathie. La nouveauté réside dans le fait que cette formation sera délivrée dans le cadre d’une Hochschule, ou école d’enseignement supérieur de niveau universitaire.

Ce sera une première en Allemagne, où jusqu’à présent les thérapeutes homéopathes se formaient via des centres d’enseignements professionnels, non universitaires. À Traunstein, les élus locaux se frottent d’ores et déjà les mains, à l'image du maire Manfred Kösterke:

La ville va profiter de cette nouvelle formation. C’est un pas de plus pour notre ville vers la constitution d'un centre universitaire spécialisé dans les soins et la santé",

En revanche, la création de cette Académie de l'homéopathie hérisse le poil des plus ardents opposants à cette médecine alternative, à commencer par l’association GWUP (Société pour l’examen scientifique des parasciences):

La formation envisagée à Traunstein est une supercherie académique qui donne sa bénédiction à une pseudoscience",

estime son président Amardeo Sarma. Au sein de cette association, on critique à l’envi la soi-disant inefficacité et le seul effet placebo des petites gélules blanches.

La recherche en homéopathie vise uniquement à démentir les critiques faites sur son inefficacité et non à asseoir ses fondements scientifiques",

ajoute Norbert Aust, un autre de ses membres. Au sein de la GWUP, on se demande donc comment l’académie d’homéopathie de Traunstein a pu obtenir les autorisations pour proposer une telle formation de niveau universitaire.

Homéopathes : médecins vs. thérapeutes

Plus surprenant, la nouvelle formation est aussi critiquée… par les médecins homéopathes eux-mêmes. Ceux-ci aiment rappeler leur particularité face aux thérapeutes homéopathes.

Pour devenir homéopathe, il faut d’abord être médecin et ensuite suivre une formation continue en homéopathie reconnue par la chambre des médecins. Nous n’avons donc rien à voir avec cette nouvelle formation à Traunstein et ne sommes pas pour. Elle ouvre la porte à une académisation des praticiens de médecines douces",

explique Christoph Trapp de l’association des médecins homéopathes d’Allemagne.

La polémique a vite été relayée ces dernières semaines par de grands médias nationaux qui, au-delà du cas de Traunstein, se focalisent sur le bien-fondé de cette médecine douce. Les débats sont tels que la directrice de l’académie d’homéopathie de Traunstein refuse désormais de répondre aux interviews.

Début janvier, elle avait toutefois expliqué à un journal autrichien vouloir "grâce à cette nouvelle formation, créer un pont entre les médecins homéopathes et les thérapeutes en médecines douces". Elle avait aussi reconnu ne pas pouvoir "démontrer de manière scientifique les mécanismes d’efficacité de l’homéopathie".

Nous devons le reconnaître honnêtement. Je ne peux pas prouver avec des chiffres son efficacité. Mais je dis aussi que l’homéopathie est une science empirique qui a montré des effets thérapeutiques édifiants",

explique Anja Wilhem.

Trois fois plus d'homéopathes en 20 ans

Les patients allemands semblent en tout cas convaincus par l’efficacité de cette médecine alternative inventée justement chez eux, en 1786, par le médecin Samuel Hahnemann. Selon une étude réalisée par l’institut de sondage Allensbach, 57% d’entre eux ont déjà eu recours à l’homéopathie et seuls 2% affirment ne pas croire dans les effets des petites gélules blanches.

Parallèlement, le nombre de médecins homéopathes a lui aussi explosé, passant de 2 500 en 1993 à 7 000 en 2013 (Ils sont 5000 en France). L’Allemagne et la France, les deux principaux marchés européens en la matière, ont par ailleurs vu leurs ventes augmenter respectivement de 80% et 300% entre 1995 et 2005. Le succès est tel que de l’autre côté du Rhin, plus de 80 caisses d’assurances sociales publiques et privées remboursent désormais les consultations chez les homéopathes.

De quoi réjouir Christoph Trapp (Association des médecins homéopathes d’Allemagne):

Malgré les polémiques, l’homéopathie est acceptée par une très large majorité des allemands. Vous pouvez la critiquer autant que vous le voulez, cela ne change rien à l’avis des patients ! "




Pays