Connexion

Syndicate content

Chelsea-PSG : les quatre raisons de la défaite

mardi, 8 avril, 2014 - 15:09

Le PSG pouvait enfin entrer dans la cour des grands clubs européens en éliminant Chelsea... Mais patatras, un but encaissé en toute fin de match a douché les ambitions de Paris (2-0). Blanc vs. Mourinho, Qatar vs. Russie, Zlatan vs. Eto'o, … Myeurop revient sur les 4 duels (perdus) de ce match au sommet.

Le match des entraineurs: Grande gueule bat Langue de bois

Quand Blanc la langue de bois rencontre Mourinho la grande gueule, il n'y a pas photo: on n'entend plus que le second. Ce match là, celui des entraîneurs, est donc assurément gagné par le coach portugais de Chelsea. "Le Mou" prend d'abord toute la place dans la presse. Il joue très bien la comédie, se la joue, provoque, fait marrer les journalistes en mettant la pression sur son homologue parisien: "Si le PSG est éliminé, ce sera une grosse déception pour lui".

Il fait surtout le fier et montre les muscles, car, pour lui, le match commence dès les conf' de presse. "Je pense franchement qu’on va gagner", martelait-il à propos du match de mardi, tout en répétant que le favori, c'est Paris. A côté, Laurent Blanc, le gentil entraîneur du PSG, fait bailler.

Et puis il y a les CV… S'ils ont presque le même âge, Blanc (48 ans) et Mourinho (51 ans) n'ont pas tout à fait les mêmes références. Le premier a été un grand joueur, le second est un grand entraîneur. Avant Chelsea, José Mourinho a piloté quelques très grandes équipes européennes: le Real Madrid, l'Inter de Milan, le FC Porto ou encore l'immense Barça (comme adjoint, certes, mais tout de même). Il a déjà gagné deux ligues des champions (2004 et 2010) et plusieurs championnats nationaux (Portugal en 2003 et 2004, Angleterre en 2005 et 2006, Italie en 2009 et 2010, Espagne en 2012). De son côté, Laurent Blanc a entrainé un club, avant le PSG: Bordeaux (champion de France 2009)… Quant à son passage à la tête de l'équipe de France, il ne restera pas dans les annales (un quart de finale à l'Euro 2012).

VERDICT: Favori sur le papier, Mourinho le bluffeur l'a donc aussi emporté sur le terrain. Celui qui n'avait jamais de sa vie perdu un quart de finale de Ligue des champions confirme que le petit jeu psychologique d'avant match a bien une utilité…

Le match des nouveaux Crésus: la Russie tacle le Qatar

Avantage cette fois-ci à… Paris. Sans aucun doute. Ces temps-ci, le Qatar vaut bien mieux que la Russie: le proprio du PSG, le Qatar Sports Investments (QSI), jouet de l'Emir Tamim bin Hamad al-Thani, pèse 115 milliards de dollars, soit plus de 12 fois que les 9 malheureux milliards de l'oligarque russe et boss de Chelsea, Roman Abramovitch. Pour la première fois, lors de la saison 2012-13, les revenus du PSG ont d'ailleurs dépassé ceux de Chelsea: 398 contre 303 millions d'euros. A titre indicatif, preuve que les temps ont vite changé, le PSG n'enregistrait des revenus que de 100 millions d'euros en 2008-09, contre 242 pour Chelsea.

Le Paris St Germain est même entré l'année dernière dans le top 5 des clubs les plus riches du monde, derrière le Real Madrid, Barcelone, le Bayern de Munich et Manchester United. Ce n'est qu'une étape, puisque l'ambition affichée du président Nasser Al-Khelaifi n'est autre que de faire du PSG LE club le plus riche du monde.

VERDICT: Le match de mardi a cependant donné une bonne leçon aux Qataris-Parigos: plus que les milliards, c'est l'expérience qui paie dans les gros matchs.

Le match des stars boiteuses: Eto'o double Ibra…

Les deux sont les stars de leur équipe, des attaquants a priori indispensables, surtout lors de rendez-vous comme ceux là… Et les deux sont blessés. Toutefois, dans ce duel de boiteux, avantage au premier: Samuel Eto'o, l'attaquant camerounais de Chelsea, incertain, a finalement joué. Son entraîneur avait (vicieusement) laissé plané le doute, la veille du match: "Je ne sais pas si Samuel Eto’o est apte à jouer, je ne pense pas. Mais il pourrait peut-être jouer demain". Pour le géant suédois du PSG en revanche, c'était niet: Zlatan Ibrahimovic est kaput, blessé à la cuisse droite au match aller. Un vrai handicap pour ce PSG quand même plus vibrant avec Zlatan.

VERDICT: Eto'o sur le terrain, Zlatan dans les tribunes. Si le premier n'a pas été étincelant, l'absence du premier aura sûrement beaucoup pesé dans le déroulé de la partie.

…et des stars attendues au tournant: Hazard et Cavani hors-sujet

  Pour compenser l'absence de leurs cadors, les deux équipes devaient compter sur leurs autres attaquants vedettes: Eden Hazard pour Chelsea, Edinson Cavani pour le PSG.

Pour le premier, c'était l'occasion d'asseoir un peu plus encore son statut de jeune premier (23 ans) de l'attaque des Blues et de s'affirmer face à son vieillissant coéquipier (33 ans) Eto'o. Pour le second, même challenge: sortir de l'ombre de Zlatan, et justifier, accessoirement, le plus cher transfert de l'histoire de la Ligue 1 (64 millions d'euros).

Avant le match, léger avantage statistique à Cavani, et ses 4 buts en 7 matchs européens cette saison (contre 2 pour le même nombre de match du côté de Hazard).

VERDICT: Match nul, au propre comme au figuré. Le premier s'est vite blessé, le second n'a pas su marquer. Non, la vraie star du match aura finalement été Demba Ba, le Sénégalais de Chelsea (28 ans), buteur à la 87e minute (Vidéo). Ironie du sort, celui qui crucifie le PSG est originaire de… Paris.


Demba Ba Goal ~ Chelsea vs PSG 2-0 08/04/2014 par bruceblack0106


Article du 8 avril actualisé après le match Chelsea-PSG




Pays