Connexion

Syndicate content

L’Italie tente d’entraver la marche triomphale des anti-européens

jeudi, 17 avril, 2014 - 14:29

À un mois et demi des élections européennes, les institutions et partis italiens se mobilisent pour freiner la marche triomphale des forces anti-euro et anti-européens, qui recueilleraient près d'un tiers des voix, selon les derniers sondages.. Une bataille à coup de castings parfois détonants...

Panique à bord. La semaine dernière, l’institut d’études Demopolis a révélé que 34% des Italiens sont favorables à l’abandon de la monnaie unique. Ils la jugent responsable de la crise économique et financière qui frappe la péninsule de plein fouet depuis trois ans.

Un constat inquiétant pour  les institutions transalpines, à commencer par le chef de l’État, qui a lancé un vibrant appel au lendemain de la déroute électorale des socialistes en France susceptible, à ses yeux, contaminer la péninsule:

L’Europe passe avant tout. Une forte représentation des forces eurosceptiques au Parlement européen freinerait la marche de l’Union européenne, qui ne doit pas revenir en arrière. L’unité de l’Union européenne favorise la paix, qui est une conquête que certains partis tentent aujourd’hui d’attaquer et de discréditer avec une grande superficialité",

estime Giorgio Napolitano.

Renzi appelle à bloquer Beppe Grillo

Tout en répétant que la politique européenne doit être amendée, notamment son versant économique pour favoriser la relance de la croissance, le président du Conseil, Matteo Renzi (photo), appelle aussi les Italiens à soutenir l’Union européenne. Comment ? Essentiellement en tournant le dos au Mouvement 5 étoiles (M5s). Le parti de Beppe Grillo base sa campagne électorale sur le retour à la lire et "la fin de la dictature moderne de l’Union européenne".

Donné en perte de vitesse par les sondages, qui lui attribuent moins de 20% d’intentions de vote le 25 mai prochain, Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi joue, lui, sur l’ambigüité. D’un coté, le parti réaffirme officiellement son soutien à la monnaie unique et à l'UE, de l’autre, l’entourage du Cavaliere affirme qu’il comprend la désaffection des Italiens pour l'euro.

A l'inverse, le Mouvement 5 étoiles est crédité de 25% d’intentions de vote, malgré les dérapages ponctuels de Beppe Grillo qui multiplie les provocations, et l’immobilisme de ses représentants au parlement, qui bloquent systématiquement les réformes. Comme d’habitude depuis sa descente dans l’arène politique, le comique prône le démantellement de l’euro et des institutions européennes, la disparition de la fameuse règle d’or établissant que le déficit public annuel ne peut pas excéder 3% du PIB. Enfin, il table sur le ras-le-bol général en évoquant les problèmes liés à l’immigration.

Candidats amateurs

Ces arguments seront déclinés par les candidats choisis par les sympathisants du mouvement par un vote en ligne organisé sur son blog. Au total, 70 candidats, le plus souvent sans aucune expérience politique directe et, surtout, totalement inconnus.

Des personnes merveilleuses qui représentent le peuple, et non pas une bande de clowns, de voleurs et de pom-poms girls comme les candidats des démocrates et de la droite",

explique le l'ex-comique génois…

Du coté des autres partis, le choix des candidats est varié et représente un savant mélange des genres: de la politique au sport, de la télévision à… la chirurgie ! De quoi séduire toutes les couches de l’électorat, y compris les plus exigeantes, estime les auteurs des différents castings. Certains suscitent la perplexité, comme Davide Vannoni (photo) pour le parti libéral. Davide Vannoni est l’inventeur de la méthode Stamina, basée sur l'utilisation de cellules mésenchymateuses (cellules de l'embryon) pour soigner certaines maladies dégénératives.

Mis au banc par la communauté scientifique internationale qui le traite de charlatan, l’homme est accusé par la justice italienne de fraude, d’association de malfaiteurs, d’usurpation de titre et d’exercice illégale de la médecine.

À droite, le nouveau centre droit (NCD) fondé par Angelino Alfano (photo), l’ex dauphin de Silvio Berlusconi, aligne entre autres deux ministres et un chirurgien plasticien.

Du côté de Forza Italia, le Cavaliere a recruté un conseiller municipal vénitien qui se promène avec un pistolet P38 glissé dans la ceinture de son pantalon genre John Wayne. Enfin, les démocrates du PD, qui tentent de séduire l’électorat féminin, ont privilégié les femmes sur leurs listes en propulsant 8 Italiennes têtes de listes.




Pays