Connexion

Syndicate content

Pourquoi François canonise Jean-Paul II et Jean XXIII ?

vendredi, 25 avril, 2014 - 16:02

En canonisant Jean Paul II et Jean XXII, le pape François confirme sa volonté de s'inscrire dans la lignée de ses deux prédécesseurs qui ont ouvert l'Eglise sur le monde dans sa diversité. Mais faire des papes des saints engendre des interrogations. Analyse en quatre questions.

Avec la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII, le Pape François veut-il aussi rendre à la Curie romaine son odeur de sainteté ?

Le blason de la Curie est terni par les multiples scandales de corruption et de pédophilie et il ne sera pas redoré par les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII. Le pape François le sait bien et il fait le ménage au sein du Saint-Siège. Il a, par exemple, modifié le système de fonctionnement de l'Ior, la banque du Vatican soupçonnée par les autorités judiciaires italiennes de blanchiments. Il aussi dénoncé à plusieurs reprises les prélats "onctueux, imposants et présomptueux" qui ne respectent pas le vœu de pauvreté et les enseignements de l’Eglise.

De plus, le processus de canonisation de Jean Paul II avait déjà été entamé au lendemain de sa mort, la communauté des fidèles réclamant sa sanctification. Jean XXIII a été béatifié par Jean Paul II à l’occasion des fêtes du Jubilé de l’an 2000.

Mais pour l’historien et catholique traditionnaliste Roberto de Mattei ces canonisations de papes engendrent, de fait, une hiérarchie papale. Pour lui,

Il n’y a pas de bons et de mauvais papes dans l’histoire de l’Eglise et le pourcentage de souverains pontifes solennellement élevés à la gloire des Autels est assez faible. On a le sentiment qu’une auréole de sainteté doit entourer l’ère du Concile et de l’après-concile pour rendre infaillible une époque historique durant laquelle la pratique pastorale est devenue plus importante que la doctrine".

Certains dignitaires et intellectuels de l’Eglise  ont également critiqué la canonisation de Jean Paul II comme le défunt archevêque de Milan.

Il était un homme de Dieu, un serviteur zélé et fidèle de l’Eglise capable de mobiliser les foules et surtout les jeunes. Mais nul besoin est de le canoniser"

avait déclaré le cardinal Carlo Maria Martini dans sa déposition durant le procès de sanctification de Jean Paul II.

Stanislao Dziwisz, le cardinal de Cracovie et ancien secrétaire personnel de Karol Józef Wojtyła, ne cache pas, lui aussi, sa perplexité :

Je ne comprends pas  vraiment la décision du pape François même s'il est certain que le lien entre les histoires et les pontificats unissant idéalement le pape (Jean XXIII, ndlr) qui a convoqué et ouvert le Concile Vatican II et celui qui en a été l’interprète et l’exécuteur, ne peut que renforcer l’idée de  continuité affaiblie par les dernières affaires ecclésiastiques".

Déclarer saints des successeurs de Saint Pierre était-il une priorité ? D'autres vont-ils suivre?

C’était une priorité en ce qui concerne Jean Paul II, puisque la communauté des fidèles réclamait cette canonisation depuis sa mort. En sanctifiant Jean XXIII sans attendre que la commission vaticane ait établie que ce souverain pontife a accompli les deux miracles nécessaires, le pape François n’a pas seulement bouleversé la tradition. Il a lancé un message important en reconnaissant à ce pape, un rôle essentiel dans la transformation d’une Eglise catholique auparavant fermée au monde et aux autres religions.

A son tour, le pape Paul VI qui a succédé à Jean XIII sera béatifié le 19 octobre prochain selon l’hebdomadaire religieux "Credere". Une béatification qui renforce encore l’idée de continuité depuis Jean XXIII, son successeur ayant inscrit son pontificat dans sa lignée. Ainsi, toute la période allant de Jean XXIII à Jean Paul II sera sublimée.

Cette cérémonie en grande pompe au Vatican était-elle nécessaire? Le pape François a déjà canonisé 2 femmes et 3 hommes dans la plus grande discrétion.

La vox populi ayant réclamé la canonisation de Jean Paul II au lendemain même de sa mort, le Vatican n’avait pas vraiment le choix et devait rendre hommage à ce pape en organisant une messe  aussi solennelle que celle de ses funérailles. Selon certains vaticanistes, le pape François aurait pourtant voulu éviter d'accentuer le culte de la personnalité pour Jean Paul II en organisant une canonisation moins médiatisée de ces deux papes. C'est raté.

Cette cérémonie grandiose se déroulera devant des chefs d’Etats, des rois et reines, des premiers ministres et plus d’un million de pèlerins selon les prévisions de la mairie de Rome. Mais elle sera aussi l’occasion pour François de prononcer l’un de ses fameux discours politiques sous couvert d’homélie.

Quelles sont les conséquences pour l'Eglise de ces canonisations à répétition?

La multiplication des canonisations introduites par Jean Paul II a déjà été très critiquée par de nombreux historiens et spécialistes de la religion. Ces canonisations à répétition diminuent la valeur morale de la sanctification, mais elles n’ont aucune conséquence directe pour l’Eglise.

Le pape est le représentant de la chrétienté sur terre. La canonisation de souverains pontifes au détriment d’autres croyants, peut-être aussi vertueux, laisse entendre qu'il y a des saints de première et deuxième classe.


Pays