Connexion

Syndicate content

L’Europe des populismes

lundi, 12 mai, 2014 - 09:22

10% des membres du futur Parlement européen devraient appartenir à une formation qualifiée de "populiste". Un danger pour l'avenir de l'Union européenne. A la veille des élections, Myeurop en partenariat avec Citizens for Europe a enquêté dans huit pays pour comprendre la stratégie d'implantation de ces partis et celle des partis traditionnels pour les contrer. Cette semaine Myeurop vous propose deux reportages chaque jour. 

 

Chronique sur RFI - Le poids des populismes 

 

60, 70, voire 75 ou 80 eurodéputés qui seront élus du 22 au 25 mai prochains appartiendront à une formation "populiste". Cela signifie que 10% des membres du Parlement européen seront des opposants farouches à la construction européenne telle qu’elle se déroule actuellement où même, dans certains cas, défendront des positions franchement anti-européennes, voire europhobes.

Il ne s’agit pas ici de porter un jugement normatif sur le caractère "démocratico-compatible" de ces formations qui sollicitent le suffrage des électeurs. Ni de donner a priori une connotation négative ou sulfureuse au terme "populisme", corpus idéologique consistant à contrer les dérives d’une démocratie qui serait confisquée par les élites en appliquant des politiques censées refléter le "bon sens" des masses populaires.

Au demeurant, les partis ou mouvements populistes européens sont très divers et offrent une combinaison de recettes allant d’un libéralisme à caractère poujadiste à un nationalisme ardent, parfois proche du fascisme ou même du nazisme (Hongrie, Grèce). Les idées les plus généralement défendues prônent le retour au protectionnisme, le rejet de toute tutelle européenne ou une résistance identitaire face à la mondialisation et à la montée du multiculturalisme.

Ces formations sont toutes hostiles à l’immigration et, pour certaines, ouvertement islamophobes (Pays-Bas, Scandinavie, Autriche). A l’Est de l’Europe, cette islamophobie s’estompe ou s’efface au profit de l’anti-sémitisme et/ou du racisme anti-Roms.

Myeurop, en partenariat avec la plateforme Citizens for Europe vous propose de regarder en face ces populismes dans huit pays où ils sont particulièrement actifs : France, Italie, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Autriche, Hongrie, Grèce. A l’exception de ce dernier pays où le très extrémiste mouvement "Aube Dorée" ne devrait pas dépasser 10% des suffrages, les populistes devraient obtenir dans les 7 autres pays des scores supérieurs à 15% voire à 20% en Italie, Danemark, France, et Hongrie.

 

(Cliquez sur chaque pays)


Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere