Connexion

Syndicate content

L’Europe des populismes (8/8): vrais Finlandais xénophobes

jeudi, 15 mai, 2014 - 13:45

myeurop avec  

citizens@myeurop.info

En Finlande, les Vrais Finlandais (VF) détiennent actuellement 38 députés sur 200 à l’Eduskunta, le Parlement finlandais. Des "patriotes" aux relents xenophobes. 

Jusqu'en 2011 les Vrais Finlandais (VF) comptaient 39 députés sur 200. Mais l'un d'eux a été exclu l'an dernier par Timo Soini, le président des VF depuis 1997. C'était un transfuge du parti patriotique protestataire (SMP) de Veikko Vennamo, regroupant notamment des fermiers de Carélie spoliés par l’annexion soviétique de 1940. Mais le SMP, créé à la fin des années 50 n’a pas survécu à la fin de l’URSS. Le parti perdant toute crédibilité a fini par faire faillite en 1995. Les "PerusSuomalaiset" (Vrais Finlandais) ont pris sa place avec à leur tête Timo Soini (voir la vidéo ci-dessous), l'un des quatre membres fondateurs.

Patriotes et conservateurs

Les valeurs des VF sont avant tout patriotiques: la Finlande d’abord ! Ce qui entraîne logiquement leur refus de l’Union Européenne (UE) et leur "non" à l’immigration humanitaire. Seuls les étrangers ayant du travail peuvent s’installer en Finlande.

Le parti rejette également le mariage pour tous et l’homosexualité est contre l’avortement (tout en acceptant la contraception) et refuse que les femmes puissent devenir pasteurs. Un vrai débat dans un pays luthérien où la religion est importante.

Malgré son conservatisme, le président du VF, Timo Soini, refuse et combat le racisme, prôné par certains élus et sympathisants de son parti:

Les propos de certains membres du parti VF partent dans tous les sens ! En fait, Timo Soini se retrouve dans le rôle d'un gardien de square tentant de sécuriser les jeux des enfants, de cadrer certains discours qui ont produit des scandales dans les journaux",

commente Mari Toivanen, sociologue à l’Université de Turku.

Les partis traditionnels forcés de se démarquer

La proportionnelle, appliquée dans toutes les élections en Finlande, a permis aux élus VF d'intégrer les conseils municipaux. A l’Eduskunta (Parlement finlandais) il a fallu attendre les législatives de 2011 pour que les VF débarquent en masse: 39 députés sur 200 avec presque 20% des votants! La crise économique explique pour une bonne part ce succès avec des slogans pour "la sortie de l’UE" et contre les immigrés:

Je pense que l'arrivée des VF dans la vie politique finlandaise en 2011 a clarifié le débat. Avant, on avait du mal à différencier les valeurs des trois grands partis "de pouvoir": Kokoomus (conservateurs), SDP (socialistes) et Keskusta (centristes) sur l’UE et l’immigration. On tournait autour du pot. A partir de 2011, ils ont dû prendre position, notamment sur l'immigration."

Pas touche à l’égalité des genres

Dans un pays où l’on ne badine pas avec l’égalité hommes-femmes, le projet de loi déposé par les VF d’abaisser l’âge de la retraite pour les femmes ayant eu des enfants a fait monter au créneau les partis traditionnels.

Kaja Asikainen, jeune responsable du parti centriste déclarait à l'époque que :

ce projet n'est pas seulement incroyablement vieux jeu et paternaliste, il est, à plusieurs niveaux, discriminatoire et méprisant pour le corps féminin."

La presse et les associations ont aussi commencé à attaquer les VF ou à défendre les immigrés. Les Finlandais sont des gens d’action et se méfient des mots et discours. La rhétorique n’a pas le même impact qu’en France. Certaines ONG organisent des cours et proposent des logements aux immigrés nouvellement arrivés.

La risée dans les médias

Désormais la presse nationale – et surtout les deux quotidiens du soir Iltalehti et Iltasanomat – ne rate pas une occasion de ridiculiser les dérapages verbaux de certains représentants VF. Jussi Halla-aho, Teuvo Hakkarainen, deux élus des VF, entre autres, sont considérés comme des amuseurs publics.

Reste que l’onde de choc du succès de 2011 à l’Eduskunta demeure:

Dans la société finlandaise, la nouvelle respectabilité acquise par les VF, anesthésie, chez ceux qui les soutiennent, la capacité d’indignation face à la xénophobie et au racisme ordinaire. Après tout, ces derniers peuvent se dire: "les gens au pouvoir pensent comme nous!",

explique Mari Toivanen. À Lieksa, à plus de 500 km d’Helsinki, on en sait quelque chose…


FOCUS Apartheid rampant à Lieksa

Traditionnellement Lieksa et sa province de Carélie du Nord (Pohjois Karjala) sont des fiefs populistes. Aux élections communales de 2012 Lieksa a plébiscité les VF (22,5%) alors que leur moyenne nationale était redescendue ailleurs sous les 10% (9,6%). Sur 32 conseillers municipaux, 7 sont VF, proportionnelle oblige.

Parallèlement Lieksa a connu une arrivée relativement massive d’étrangers, principalement des Somaliens :
Commune rurale, Lieksa se désertifie peu à peu et le centre-ville offre les loyers parmi les plus bas de Finlande ce qui attire les revenus modestes", pointe une habitante.

Le nombre des Somaliens et autres immigrés d’Afrique ou du Moyen-Orient, regroupement familial compris, a dépassé les 200 membres sur les trois dernières années. En novembre 2013 le "scandale de Lieksa" a éclaté avec le refus du groupe VF d’utiliser la même salle que des Somaliens, sous prétexte du manque d’hygiène, de la transmission de maladies et de la contamination par des insectes parasites.

Ces joyeusetés énoncées, le groupe VF du conseil municipal a annulé dans la foulée une décision, considérée comme acquise, d’accueillir 9 enfants orphelins évacués de Syrie, sous prétexte que d’autres Syriens allaient arriver dans leur sillage. La presse locale a tiré la sonnette d’alarme. Un des ténors gaffeurs des VF – Jussi Halla-aho – en a profité pour débarquer à Lieksa et tenir une sorte de conférence-débat face aux étrangers locaux qui ont dénoncé ses arguments mensongers :

Halla-aho prétendait que notre groupe bénéficiait de subventions supérieures à celles perçues par les associations de Finlandais mais c’est faux! Et nous l’avons démontré"

se justifie un responsable somalien.

Jussi Halla-aho en a profité pour faire le buzz sur son blog politique qui est le plus lu de Finlande. Il est en troisième position sur la liste VF pour les Européennes 2014 et ira probablement grossir – et réjouir par ses incongruités – les rangs des futurs eurodéputés. 


Pays
Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous pour recevoir directement nos articles par mail.
ErrorHere