Connexion

Syndicate content

Grillo s’allie envers et contre tous aux europhobes anglais

mercredi, 4 juin, 2014 - 09:34

Le chef du mouvement populiste 5 étoiles (M5s), Beppe Grillo, veut s'allier au très à droite britannique Nigel Ferage, le patron europhobe de l'Ukip. Un choix qui n'est ni du goût des électeurs ni des membres du parti. Mais au M5s, on ne négocie pas avec le patron...

En annonçant sur son blog que le Mouvement 5 étoiles (M5s) s’alliera avec l’Ukip, le parti fondé par Nigel Farage, le comique Beppe Grillo n’a pas fait rire ses supporteurs. Le jugement de Ferdinando Imposimato, juge-émérite de la Cour de Cassation et référence du M5s est sans appel :

Je n’avais jamais entendu parler de ce Farage. Je me suis documenté et j’ai eu envie de m’arracher les cheveux ! Ce type est dingue. Il est la quintessence du racisme et du nationalisme. Le Mouvement 5 étoiles ne peut pas s’allier avec ce monsieur !. "

Pour la plupart des sympathisants du mouvement, les déclarations racistes, xénophobes, homophobes et les prises de position à l’emporte-pièce de l’Anglais sont incompatibles avec la philosophie du M5s. Sur Internet, les militants font état au quotidien de leur grogne. Certains vont jusqu’à évoquer la possibilité d’une fracture irréparable :

Farage est un extrémiste de droite. Le chef d’un parti où les sympathisants n’ont pas de cerveau. Je n’aurais jamais imaginé que le Mouvement puisse tomber aussi bas"

s’est défoulé Enrico P.

Il fallait le dire avant le vote que vous vouliez vous allier avec l’Ukip. Des millions de personnes comme moi n’auraient jamais voté pour vous. Si ça continue comme cela, aux prochaines élections, votre score ressemblera au premier numéro d’un préfixe téléphonique, c'est-à-dire zéro !"

s’énerve Marco M.

Mais pour le comique, tout cela n’a pas beaucoup d’importance. Bien qu’il affirme que l’alliance fera l’effet d’une discussion "saine et ouverte, comme d’habitude, sur le réseau et que seuls les militants ont le droit de trancher", Beppe Grillo n’a pas l’intention de faire marche arrière. Il joue sur les mots en bon comique et défend son nouveau meilleur ami : "Farage est un homme d’esprit ! Il nous aidera à changer l’Europe. Il n’a rien à voir avec le personnage raciste et nazi décrit par la presse."

"Si certains ne sont pas contents, ils n’ont qu’à se casser"

Le trublion est d’autant plus sûr de son fait que les députés qui ont osé exprimer leurs doutes sur une alliance, qualifiée de contre nature, avec le Britannique, ont déjà réintégré les rangs. Reste le problème des nouveaux "citoyens" (c’est ainsi que les députés du M5s s’appellent entre eux) qui iront combattre l’Europe à Bruxelles. Ils auraient établi des contacts en coulisse avec les Verts de José Bové. Une nouvelle qui n’a pas plu au grand patron du mouvement.

Beppe Grillo a écarté l’éventualité d’un tel rapprochement d’une main rageuse sur son blog en répétant en revanche, que l’alliance avec Farage se fera. Il a également menacé d'expulsion, manu militari, les "grillini" qui tentent de bloquer le "gentlemen agreement" entre les deux partis.

Si certains ne sont pas contents, ils n’ont qu’à se casser, il y a la queue dehors pour les remplacer !"

a tonné le chef. Visiblement, le comique a de plus en plus de mal à accepter qu'on le contredise. Mais la potion amère de Beppe Grillo a du mal à passer parmi les activistes, notamment en Belgique. Les délégués du Mouvement 5 étoiles de Bruxelles ont transmis au comique, et à son gourou, Gianroberto Casaleggio, un recueil de contacts à joindre au plus vite pour envisager d'autres scénarios d’alliances pour la création d’un groupe parlementaire européen.

La liste des formations "compatibles" avec le M5s comprend Podemos, les indignés espagnols ; le Parti Pirate allemand ; les grecs indépendants ; le parti de la terre portugaise… même l’action des citoyens insatisfaits de la République tchèque.
Si l’on en croit Beppe Grillo, un vote sur l’alliance avec Nigel Farage sera organisé sur le réseau le plus tôt possible. Un scrutin inutile selon nos sources qui évoquent de possibles manipulations pour entériner le choix du chef. 




Pays