Connexion

Syndicate content

La jeunesse n’a pas de travail mais elle a des idées pour l’Europe

jeudi, 17 juillet, 2014 - 14:03

Quelle sera l'Europe de demain? Près de 5400 jeunes européens de 16 à 30 ans se sont réunis à Strasbourg en mai dernier pour en débattre et ont rendu un rapport à ce sujet il y a quelques jours. Tour d'horizon de leurs idées pour une meilleure Europe.

Pendant trois jours la moyenne d'âge du Parlement européen à Strasbourg a fortement baissé. Et pour cause, des milliers de jeunes venus de tout le Vieux Continent ont investi les lieux afin de réfléchir à l'avenir de l'Europe.

Ils ont pu donner leur avis, partager leurs craintes et leurs espoirs autour de cinq grands thèmes: le chômage des jeunes, la révolution numérique, le futur de l'Europe, le développement durable et les valeurs européennes. Ces "rencontres de la jeunesse européenne" (European Youth Event) ont permis de dégager quelques idées pour l'avenir.

Les jeunes d’aujourd’hui sont trop souvent critiqués pour leur manque d’intérêt pour la politique et de motivation pour aller voter. Ce que nous avons observé ce week-end, pourtant, ce sont des jeunes de tous bords politiques, ou sans conviction politique particulière, se rassemblant et débordant d’intérêt, d’enthousiasme et d’idées brillantes." 

a noté Peter Matjašič, président du Forum européen de la jeunesse.

Un nouveau plan Marshall pour l'Europe

Pour lutter contre le chômage les jeunes réclament la croissance. Exit l'austérité qui met l'avenir de toute une génération en danger. Aujourd'hui, le chômage des jeunes dans la zone euro atteint 23,7%, avec un triste record de 56,8% en Grèce.

Ces jeunes souhaitent mettre en place une sorte de plan Marshall européen qui mobiliserait 2% du PIB pour créer plus de 6 millions d'emplois. Ils ont également pour ambition de favoriser l'entreprenariat des jeunes.

Une protection sociale pourrait être mise en place pour pallier aux revenus aléatoires et aux conditions de travail difficiles des jeunes entrepreneurs. Le statut des stagiaires à travers toute l'Europe a également animé les débats.

Investir dans les nouvelles technologies

Les jeunes d'aujourd'hui connaissent les avantages et les inconvénients d'internet. Ils partent d'un constat simple: les utilisateurs d'internet du monde entier ont des droits fondamentaux tels que le droit à la vie privée et à la protection des données sur internet. Pour les préserver, ils proposent la mise en place d'une Agence de protection des citoyens européens (ECPA).

L'Europe doit devenir un des leaders dans le domaine numérique. Ils veulent permettre à tous les citoyens européens d'avoir un accès libre à internet et un wifi gratuit pour tous. Ils encouragent même la création d'un antivirus européen, si possible gratuit.

Renforcer l'identité européenne

Dans leur Europe idéale, les jeunes veulent se sentir plus investis dans la construction européenne et, pourquoi pas, abaisser l'âge du droit de vote à 16 ans comme en Autriche, en Slovénie et dans certains länder allemands. En permettant également de présenter des listes électorales transnationales pour les élections législatives, les jeunes assurent qu'ils se sentiraient plus concernés par la politique européenne.

Aux élections européennes de 2009, ils étaient seulement 29% à s'être déplacés pour voter. Pas de panique, les eurodéputés d'un jour ont la solution à ce problème: mettre en place le vote en ligne.

De nos jours, il est possible d’accomplir plusieurs tâches dans un environnement en ligne sécurisé, comme des opérations bancaires. Les pays européens devraient donc rendre possible le vote en ligne ou par smartphone, même si l’on est à l’étranger."

rappelle ainsi Jean-François Gérard, journaliste d'Arte présent à la cérémonie de cloture de ce parlement des jeunes.

Mais cela ne veut pas dire qu'ils ne veulent pas bouger de chez eux. En effet, ils proposent également la création d'une carte de transport européenne pour les étudiants, la carte Interrail, et la mise en place d'une bourse, permettant de passer douze mois en Europe, pour chaque personne obtenant un diplôme ou réussissant sa formation professionnelle.

Une Europe plus verte, "zéro déchets" en 2030

En termes de développement durable les idées fourmillent. De la suppression totale des sacs plastiques dans les supermarchés à la disparition de l'énergie nucléaire, les propositions sont vastes. Mais ce qui doit primer dans ce domaine selon eux, c'est l'éducation et la pédagogie.

Pourquoi ne pas proposer des cours sur le développement durable dès le primaire? Cela permettrait de prendre les bonnes habitudes dès le plus jeune âge. Avec en ligne de mire des produits 100% recyclables, de nouvelles normes de recyclage et une société à "zéro déchets" d'ici à 2030.

Plutôt que de sanctionner les entreprises trop polluantes, même si cela est nécessaire, les jeunes européens préconisent plutôt d'encourager les initiatives écologiques, notamment par la mise en place d'incitations financières, plutôt que des dispositions punitives.

Le rapport qui à fait la synthèse de toutes ces idées est désormais entre les mains des députés européens, à eux d'en faire bon usage.
 

 

Pays